La/the route

La/the route

Sunday, October 7, 2018

Est Malaisie/East Malaysia 13-06 à/to 03-10-2018

English is below the line in red.

À notre arrivé, les gens rencontrés qui naviguent dans ce coin depuis un bon moment, nous ont conseillé d’aller faire un tour du côté est de la Malaisie pendant la mousson du SE (juin à septembre) en disant que c’était beaucoup plus beau que l’ouest. Remarquez que nous n'avons pas été difficile à convaincre car nous savions déjà que le Détroit de Malacca n’est pas reconnu pour sa beauté. Comme nous pensions que mousson du SE voulait dire qu’il allait y avoir du vent, nous avons étudié toutes sortes de possibilités; aller dans le Golf de la Thaïlande, au Cambodge, au Vietnam, aux Anambas en Indonésie, à Brunei et à Bornéo (du côté ouest car c’est dangereux à l’est). Rien de tout ça n’est impossible mais, nous avons rapidement réalisé qu’il faut aimer faire du moteur. De Sebana Cove marina jusqu’à Redang au nord de la Malaise, pas de vent ou presque. Pour nous qui n’aimons pas le son de la machine, c’était assez. Nous aurions quand même pu décider d’aller faire un tour dans les Anambas mais, cette décision de ne pas y aller n’était pas autant basé sur la météo. L’année précédente, nous avions visité beaucoup d’îles où il fallait échanger avec les locaux pour se nourrir car il y a peu d’épiceries bien garnies ou de restaurants. Pour cet été, nous voulions avoir la vie plus facile. C’est ce que nous avons trouvé en Malaisie où il s’agit de demander pour trouver.  Il nous fallait quand même sortir du pays après 90 jours pour renouveler le visa alors nous avons laissé Bidule à la marina de Terengganu et avons pris l’avion pour une petite semaine à Bangkok en Thaïlande. 

La plus part des navigateurs rencontrés en chemin sont des Australiens ou des Néo-Zélandais qui n’ont pas d’ambition d’aller ailleurs que l’Asie du SE. Ce n’est clairement pas un coin visité par ceux qui font un tour du monde. Quand il y a 5-6 bateaux ancrés dans la même baie, c’est la foule.  En discutant avec un d’entre-eux du manque de vent, il nous a répondu: « Ah bien oui, je n’ai jamais réussi à faire plus de 20% de voile pendant une saison. Le reste est fait au moteur ou voile et moteur. ». Pour accomplir notre plan de départ, il aurait donc fallu une couple d’années!  Par ailleurs, il y a bien
pire malheur dans la vie que de passer quatre mois sur la côte est de la Malaisie. Dans la catégorie désagrément, il y a des mouillages rouleurs car pas de récif pour les protéger. Vu le manque de vent, la mer est généralement calme mais si le vent lève un peu… Les grains peuvent être plutôt violent mais ils ne durent pas très longtemps. Le bon côté est qu’il n’y a pas de voile à affaler. Par ailleurs, ils sont souvent en soirée ou la nuit alors il faut surveiller l’ancre. Sinon, en plus des petits restos par cher, il y a de belles plages de sable, de l’eau claire, des balades et de la plongée à faire. Nous avons aussi rencontré plusieurs guitaristes alors boire une (quelques) bière en jouant de la musique terminait bien nos journées. 

Donc notre top trois mouillages; Pulau Babi Tengah (2°28'47"N / 103°57’17"E), Pulau Kapas (5°13'41"N / 103°15’41"E) et Pulau Redang (5°47'14"N / 103°1’7"E). Au premier, il n’y a aucune âme qui vive. Ce n’est que des plages de sable, de la belle eau claire et de l’apnée. On trouve des plages et de l’eau claire à Kapas aussi en ajoutant des resorts et des petits restaurants. Comme Redang est un sanctuaire de tortues , il y en a un peu partout dans le mouillage. D’un côté de la plage il y a un gros ressort de luxe et de l’autre, des petites huttes où sont servis des repas moins élaborés mais combien pas cher! Plusieurs autres restaurants et une petite épicerie se trouvent aussi dans le village derrière le ressort. Les petites anses à la sortie de la grande baie sont idéales pour faire du snorkeling. Les poissons viennent passer à deux doigts de notre masque. Je parles beaucoup de nage car il fait chaud! Imaginez les canicules de l'été dernier au Québec mais à l'année longue. On a donc intérêt a aimer passer du temps dans l'eau. Les trois mouillages sont bien protégés du SE donc pas très rouleurs.  

Un autre commentaire qui nous a été fait mais qui, selon notre expérience n’a pas été confirmé est que les Malais ne sont pas aimables. Ils vivent différemment de nous, ça c’est clair mais, c’est la différence qui rend le voyage intéressant. Quelques uns semblent réticents de nous parler mais c’est souvent parce que leur anglais n’est pas très bon et cela les gêne. Reste que la plus part le parle très bien. Nous avons eu un bon accueil partout. Un couple avec qui nous avons discuté de notre voyage et qui a appris que nous célébrions notre 15 ans de vie commune, nous a même payé le lunch. 


Maintenant, pour les vrais marins qui aiment boire une bière avec le repas et qui apprécieraient que ce repas contienne du porc, il faut aller voir les Chinois. Ces Bouddhistes co-habitent en paix avec les Musulmans tout en servant de l’alcool. Il y a un joli quartier Chinois à Kulau Terengganu. De plus, on y trouve un marché et des supermarchés. Le bateau peut-être laissé en marina ou au mouillage de l’autre côté de la rivière donc une traversée en annexe ou en appelant un chauffeur Grab (3$) s’impose. Pour faire des stocks d’alcool, c’est à Tioman qu’il faut arrêter car c’est une île hors taxes. Ce n’est pas non plus son seul attrait. Pour ceux qui aime les émotions fortes, une balade en scooter dans la montagne pour traverser l’île avec ses côtes d’une inclinaison de 45% peut faire naître un peu de chair de poule. Par ailleurs, le mouillage est rouleur. L’alternative est la marina qui a un fonctionnement un peu spécial. Les locaux ne paient pas alors ils l’envahissent mais, si un capitaine de bateau de plaisance réussi à se trouver un trou, il devient prioritaire car il paie. Il faut donc surveiller les départs des locaux et se dépêcher à prendre la place. Nous avons réussi à en trouver une les deux fois où nous y sommes allés. D'ailleurs, les marins déjà dans la marina garde l'oeil ouvert pour les autres. Payer...il faut le dire vite car la marina ne coûte pas grand chose. 

Nos sommes donc de retour dans le sud de la Malaisie. Notre prochaine étape sera de remonter la côte ouest dans le Détroit de Malacca pour arrêter au chantier de Pangkor. Ensuite, nous aimerions visiter la région de Langkawi et aller faire un tour à Phuket en Thaïlande. Entre-temps, je me propose d’écrire un prochain article sur les alentours e Singapour. 
___________________________________________________________________




When we first arrived, the people who had been sailing in this area for a long time encouraged us to go visit the east side of Malaysia during the SE monsoon (June to September), saying that it was much more beautiful than the west. We were not very hard to convice since we already knew that the Strait of Malacca is not recognized for its beauty. Since we thought that the monsoon of the SE meant that there was going to be wind, we studied all sorts of possibilities; go to the Gulf of Thailand, Cambodia, Vietnam, Anambas in Indonesia, Brunei and Borneo (on the north-west side as it is dangerous in the east). None of this is impossible but, we quickly realized that one must love to motor. From Sebana Cove marina to Redang north of Malaysia, no wind or almost. For us who do not like the sound of the machine, that was enough. We could have decided to also go the Anambas but, this decision was not based on the weather. The previous year, we visited many islands where you have to trade with locals to find food because there are few well-stocked grocery stores or restaurants. For this summer, we wanted to have it easy. This is  what we found in Malaysia where all we had to do was ask to find anything. We still had to leave the country after 90 days to renew the visa so while Bidule was tied to a dock at Terengganu marina we flew to Bangkok, Thailand for a week.

Most sailors we met on the way were Australians or New Zealanders who have no ambition to go anywhere other than SE Asia. This is clearly not a corner visited by those who travel around the world. If there are 5-6 boats anchored in the same bay, it's a crowd. While talking to one of them about the lack of wind, he replied: "Oh yes, I have never managed to do more than 20% sailing during a season. The rest is done with the engine or sail and engine. ". So, to complete our first plan would have taken a couple of years! Anyway, there is much worse in life than spending four
months on the east coast of Malaysia. In the category of inconveniences, there are rolly anchorages because no reefs protect them. Given the lack of wind, the sea is usually calm but if the wind rises a little ... The thunderstorms can be rather violent but they do not last very long. At least there are no sails to drop. They are often in the evening or at night so we sometimes had to keep watch of the anchor. Otherwise, other than small inexpensive restaurants, there are beautiful sandy beaches, clear water, walks and diving. We also met several guitarists so getting together to drink a few beers while playing some music was a nice way to end the day.

So our top three anchorages; Pulau Babi Tengah (2 ° 28'47 "N / 103 ° 57'17" E), Pulau Kapas (5 ° 13'41 "N / 103 ° 15'41" E) and Pulau Redang (5 ° 47'14 ") N / 103 ° 17 "E). At the first, there is no living soul. It is only sandy beaches, beautiful clear water and snorkeling. There are beaches and clear waters in Kapas too but, also resorts and small restaurants. It’s possible to take a ferry to land to go grocery shopping. Redang is a turtle sanctuary so there are some everywhere in the anchorage. On one side of the beach there is a big luxury resort and on the other, small huts where less
elaborate meals are served. Several other restaurants and a small grocery store are located in the village behind the resort. The small bays near the exit of the large are ideal for a little snorkeling. The fish would swim right up to our mask. I write about swimming a lot and that is because it is realllllyyyyy hot here. Imagine last summers hot spell all year round. It’s in our best interest to spend time under water. All three anchorages are well protected from the SE so not rolly.



Another comment that was made to us but, this time, we didn’t find to be true according to our experiences is that the Malays are not friendly. Their customs and beliefs are different from us, that's clear but, it's the difference that makes traveling interesting. Some people seem reluctant to talk to us but it also seemed to be the ones whos English was not very good and it bothered them. Still, most of them speak it very well. We felt welcome everywhere. A couple met in a restaurant with whom we discussed our trip and who learned that we were celebrating our 15 years together as a couple, even paid for our lunch. 

Now, for the real sailors who like to drink beer with a meal and who would appreciate that this meal contained pork, the Chinese need to be visited. These Buddhists live in peace with Muslims while serving alcohol. There is a nice Chinatown in Kulau Terengganu. In addition, there is a market and supermarkets. The boat can be left in the marina or at the anchorage on the other side of the river so a crossing in the dinghy or with a Grab driver ($ 3) is required. To make stocks of alcohol, it is in Tioman that one must stop because it is a duty-free island. This is not it’s only
attraction. For those who love strong emotions, a scooter ride over the mountain with it’s hills of a 45% inclination to get to the bay on the east side might give you a few scare. However, the anchorage is very rolly. The alternative is the marina which has an interesting way of operating. The locals do not pay so they invade it but, if a pleasure boat captain manages to find a spot, he has priority because he pays. It is therefore necessary to monitor the departures of local boats and hurry to take a free dock. We did managed to one find the two times we went there. The other sailors already in the marina will help. When I say pay, I shouldn’t insist too much because it’s really cheap. 

So we are back in the south of Malaysia. Our next step will be to go up the west coast in the Strait of Malacca and stop at the Pangkor shipyard. Then we would like to visit the Langkawi area and go for a visit of Phuket, Thailand. In the meantime, I am thinking of writing the next article on Singapore and the suroundings.

No comments:

Post a Comment