La/the route

La/the route

Monday, November 9, 2015

Huahine 18-06 à/to 12/07/2015

 For English, see below the line in red.
 
Ces deux îles sont, à notre avis, les perles des îles sous le vents. Les habitants n'étant pas encore trop blasés par le tourisme y sont très sympathiques. L'ambiance est agréable et tranquille. Les Dimanche après-midis, quelques hommes du village de Fare se rassemblent pour un session de ukulélé (On a du pain sur la planche Fred!). C'est d'ailleurs tout ce qui se passe en ville, sauf pour la messe bien sûre. Les paysages sont superbes et il y a des endroits à visiter un peu partout. D'ailleurs, une de nos premières activités fut de louer des vélos et faire le tour des îles. Ainsi, nous avons pu admirer la superbe vue du haut du belvédère dont la descente brûle les freins (Oups! Nous avions promis de descendre à pied!) Nous avons aussi visité la galerie d'art d'une talentueuse américaine qui, en bonus, fait de la crème glacée au tarot. C'est
surprenant mais, c'est bon... Et mauve. Nous sommes arrêté pour dire bonjour aux anguilles sacrées de Fai. Plusieurs autres arrêts ont été fait pour visiter des sites archéologiques, pour faire un pique-nique, prendre des photos et pour se cacher de la pluie sous un pont. Ce fut une belle journée mais nous avons été un peu ambitieux en partant à 9h et revenant vers 15h après avoir fait le tour des deux îles sur des sièges de vélo étroits. La soirée passée à s'imaginer assis sur un bloc de glace pour réduire les douleurs à nos postérieurs nous a fait conclure que le tour d'une seule île aurait sûrement été plus sage. D'ailleurs, celle du sud n'a pas beaucoup d'attraits touristiques et plusieurs pentes.

Il est possible de naviguer sur presque tout le côté est des îles sans sortir du lagon donc toujours à l’abri de la houle. Cette année, le gouvernement a installé des moorings devant plusieurs site intéressants. Techniquement, c'est aux municipalités que revient le soin de les gérer et pour l'instant,  c'est gratuit. De plus, vu que presque personne n'est encore au courant car l'information ne se trouve dans aucun guide, les bouées sont souvent libres. Vu qu'une des difficultés des îles sous le vent est que les ancrages sont profonds surtout pour des gens comme nous qui remontent l'ancre avec un guindeau manuel, l'ajout des corps morts
nous facilite bien la tâche. Ainsi, nous en avons profité pour passer quelque jours en face de la plage de la pointe Teapaa où il est possible de faire de la plongée directement sous le bateau. Les sergent-majors, de petits poissons rayés, viennent partager le petit déjeuner si nous leur laissons quelques miettes de pains. Le gardien, compteur d'histoires, nous a bien fait rire. Quelques autres jours ont été passés sur les bouées en face du village de Haapai. C'est tout petit et on y fait le tour vite mais c'est un bon endroit pour faire quelques ballades à pied dont une qui part derrière l'école et monte en haut de la colline. Du haut, l'image d'une pieuvre se dessine dans l'eau de la baie. Par contre, il faut presqu'un traîneau pour la descente tellement c'est boueux et à pique. On avait les bobettes brunes un fois rendu en bas (l'extérieur, bien sur). Et, sans oublier, quelques jours au village  de Fare, le plus gros des deux îles où l'approvisionnement est facile.

Un dernier arrêt à été fait complètement au sud des îles. Nous étions à l'ancre dans 35 pieds d'eau à la baie
d'Avea ou l'eau est très clair. En allant à la pointe sud avec l'annexe, nous pouvions nous laisser dériver vers les bateaux tout en observant la vie marine. En plus de voir de jolis coraux et une variété de poissons dans de l'eau peu profonde, il y a des poissons clowns qui se cachent dans les anémones un peu partout et des grosses raies grises qui se reposent sur le sable.

Tous les mois de juillet en Polynésie Française, c'est le temps de la célébration du Hivea qui veut dire de tout ce qui est traditionnel. Et
comme au Brésil où le carnaval est célébré dans toutes les villes, ici c'est dans toutes les îles. Plus amateur que ce que Gaston avait vu à Tahiti l'année dernière mais quand même beau à voir. Nous avons donc assisté à des concours de femmes fortes et de vidage de noix de cocos. Les voir lever des pierres ou ouvrir des cocos à la hâche sans porter de soulier est un peu inquiétant.  Et aussi, un spectacle de chants et de danses avec des costumes colorés fabriqués maison par les participants.

Pour plus de photos cliquez sur ce lien.

_______________________________________________________________


These two islands are, in our opinion, the pearls of the Society Islands. The people are not too jaded by tourism so they are still very friendly. The atmosphere is slow and quiet. On Sunday afternoon, some men from the village of Fare gather for ukulele session. This is pretty much all that happens on that day with the exception of Mass, of course. The scenery is beautiful and there are many interesting places to visit. This I why one of our first activity was to rent bikes and ride around the islands. Thus, we could admire the beautiful view from the Belvedere and go down it's slope which burns down the brakes (Oops! We had promised to walk down!) We also visited the art gallery of a talented American who, as a bonus, made tarot ice cream.  It's surprising, but it's good ... And purple. We stopped
to say hello to the sacred eels of Fai. Several other stops were made to visit archaeological sites, to picnic, to take photos and to hide from the rain under a bridge. It was a beautiful day but we were a little ambitious in starting at 9 am and returning around 3pm after circling the two islands on narrow bicycle seats. We spent the evening imagining sitting on a block of ice to reduce pain in our posteriors and came to the conclusion that the tour of one island would surely have been sufficient. Besides, the South one does not have many attractions but has many climbs.

Almost the entire east side of the islands can be navigated protected from the swell without leaving the lagoon. This year, the government has installed moorings at several interesting sites. Technically, it is the municipalities that manages them and for now, they are free. In addition, almost no one is aware because the information isn't in any guides yet so, the buoys are usually available. The only problem of the Society Islands is that the anchorages are deep making it especially difficult for people like us who anchor with a manual windlass.  These mooring make life easier. So, we used the opportunity to spend a few days in front of the beach at Teapaa point. There is nice snorkeling directly under the boat. The sergent Majors come to share breakfast if we leave them some bread crumbs. The beach guard, a story teller, made us laugh. Another few
days were spent on the buoys opposite the village of Haapai. It is small and the visit doesn't take very long but, it's a good place to hike from. One trail leaves from behind the school and climbs up the hill that towers over the village. From the top, the image of an octopus emerges in the water of the bay. However, you almost need a sled for the descent since it's so muddy and apical. We ended up with a big wet and brown stain on our pant! And, of course, a few days in the village of Fare, the biggest of the two islands and where getting supplies is easy.

Our final stop was completely in the south of the islands. We were at anchor in 35 feet of water in the bay of Avea where the water is very clear. We took the dinghy to the southern tip and jumped in the water letting ourself drift over the corals in shallow water all the way back to the boat while observing marine life. In addition to seeing beautiful coral and a variety of fish, there were clown fish hiding in anemones everywhere and big gray stingrays resting on the sand.


Every July in French Polynesia is the time for the celebration of Hivea which means of all that is traditional. As in Brazil, where the carnival is celebrated in all the cities, here it is in all the islands. More amateur here than Gaston had seen in Tahiti last year but still pretty. So we attended the strongest women and coconuts emptying contests. Looking at them lifting rocks or using an axe to break the coconuts all the while being bare foot is a bit scary. There was also dancing and singing with beautiful and colorful costumes. Everything is homemade by the participants.

For more pictures click here.