La/the route

La/the route

Sunday, January 19, 2014

De/From Victoria, BC à/to San Francisco


For English, see the red text below the line.

Notre première idée était de partir de Victoria pour se rendre à San Francisco sans arrêt en quittant au mois de septembre pour éviter le mauvais temps de l'automne. Mère nature aime bien bousiller nos plans. Après une semaine passée à Victoria, il n'y avait pas de fenêtre météo en vue. Nous avons donc décidé de traverser le canal
Juan de Fuca pour gagner Port Angeles, Washington. La première raison de ce déplacement était que la marina ainsi que le coût de la vie sont bien moins cher à Port Angeles. De plus, nous nous sommes dit qu'il serait probablement plus facile d'obtenir le cruising permit dans une petite ville qu'à San Francisco et, ce l'était effectivement. L’approvisionnement et le seul attrait touristique, le parc du mont Olympic, n'étant pas à la porte d'à côté, nous avons opté pour la location d'une voiture pendant deux jours et ainsi dévouer une journée à chaque activité. Il a plu des cordes pendants les deux jours tel que décrit par Stephenie Meyer dans la série de livres Twilight. D'ailleurs en conduisant sous la pluie dans le parc, nous nous sommes retrouvé à dîner dans la ville de Forks ou Edward et Bella sont tombés en amour. Vu qu'il n'y a rien d'autre à voir, nous avons fait les vrais touristes en allant
voir l'école secondaire et le poste de police tout en essayant de trouver le plus de jokes plates sur les vampires et les loup-garous possible. Juste avant de sortir de la ville, nous avons trouvé une jolie petite rivière. En allant voir de plus près, j'ai aperçu un loup. J'ai donc crié: ''Regardes Gaston, c'est Jacob!'' (Si vous trouvez que les photos ne montrent pas les mêmes bâtiments que les films, c'est pcq les films ont été tournés ailleurs.)



En quittant Port Angeles, au moment ou je me disait qu'il était dommage de ne pas avoir vu plus d'orques autour le l'île de Vancouver, un banc d'une vingtaine de ceux-ci est apparue à l'horizon. Il y en avait tellement que nous ne voyons pas comment les éviter. Finalement, ils sont passés de chaque côté du bateau et nous ne savions plus où donner de la tête. C'était superbe. Nous étions restés une semaine à Port Angeles avant de voir une fenêtre météo sur les cartes. Elle était petite mais aurait pu être assez grande pour se rendre à San Francisco. Et bien, non ! Deux jours après notre départ, les gribs annonçaient un coup de vent se dirigeant directement sur nous et plus rapidement que nous. Alors, la décision a été prise de dévier notre route et de rentrer à Newport, Oregon. La barre à l'entrée nous inquiétait mais finalement, elle c'est bien passée. D'ailleurs, le lendemain de notre arrivée, la garde côtière a annoncé une restriction pour les petites embarcations qui a durée plusieurs jours. Pour les néophytes, la barre est l'effet de la houle à l'entré du port qui existe seulement dans les entrées qui sont ouvertes sur les vents dominants et sur le large. Il y en a une dans tous les ports de la côte ouest américaine car les vents dominants sont d'ouest. Si la houle devient trop forte, l'entrée ou la sortie du port devient dangereuse car les vagues qui y cassent pourraient drosser le
bateau sur la rive ou les brises lames. Donc, nous avons passé presque une semaine sous la pluie battante avec des vents qui ont atteint les 55 nœuds au plus fort. Des pêcheurs encore saouls de la veille ont décidé de déplacer leurs bateaux dans un endroit plus sécuritaire... à côté de nous. Ça bien failli mal tourner surtout pour notre balcon arrière mais on l'a échappé belle. Malgré le mauvais temps la providence ne nous a pas laissé nous ennuyer car juste après nous, est arrivé un bateau français. Gaston est accouru pour les aider à accoster car la manœuvre était
difficile dans tout ce vent et il à fait connaissance avec Babette et André qui ont eux aussi été détournés de leur destination; Hawaï. De plus, nous avons découvert une brasserie sur le terrain même de la marina. Dites-moi que ce n'est pas un des fantasmes de tous les marins ça! Bonne compagnie et bonne bière, les journées ont passé vite. J'ai tout de même réussi à faire une petite marche autour de la marina pendant une heure pour y trouver un village de pirate fantôme car tout était fermé.



La barre à la sortie était encore plus impressionnante qu'à l'entré avec sa houle de 3 mètres surtout quand nous regardions le catamaran français devant nous ouvrir le chemin mais, les deux bateaux sont encore passés sans incident. Les quatre-cent quelques miles restant pour arriver à San Francisco ont été parcourus avec plus ou moins de vent. Nous sommes passés souvent du moteur aux voiles et vice versa. Nous
nous sommes éloignées à environ 100 miles de la côte. Les deux premiers jours, la vague toujours de 3 mètres et croisée encore sous l'influence du coup de vent nous brassaient de tous les côtés. Nous avons eu l'impression qu'une fois la frontière de l'Orégon passée, le ciel c'est dégagé. Gaston nous a attrapé deux beaux gros thons et nous avons eu la visite d'un banc de dauphins. Le dimanche 6 octobre à 8h, nous passions sous le Golden Gate bridge.




Our first idea was to go staight from Victoria to San Francisco and leaving in September to avoid the bad weather of autumn. Mother nature likes to screw up our plans. After a week in Victoria, there was no weather window in sight. So we decided
to cross the Juan de Fuca strait and settle in Port Angeles, Washington. The primary reason for this move was that the marina as well as the cost of living is much cheaper in Port Angeles. In addition, we thought it would probably be easier to get the cruising permit in a small town than in San Francisco and it was. Getting supplies and the only tourist attraction, Mount Olympic Park, required some sort of transportation . So we decided to rent a car for two days to devote a day to each activity. It rained cats and dogs for two days. Exacly as described by Stephenie Meyer in the Twilight series of books . Acutualy, while driving in the rain through the park, we found ourselve having lunch in the town of Forks were Edward and Bella fell in love . Since there is nothing else to do, we acted like real tourists by going to see the high
school and the police station while making stupid jokes about vampires and werewolves. Just before leaving the city, we found a nice little river. While going for closer look, I saw a wolf so I shouted: '' Look Gaston it's Jacob!'' ( If you find that the buildings in the pictures do not look like the ones in the movies it's because the films were shot elsewhere.)

Leaving Port Angeles, just when I was thinking that it
was a pity not to have seen more orcas around Vancouver Island, a school of twenty whales appeared on the horizon. There was so many that we didn't know how to avoid them. Finally, they passed on either side of the boat and we did were took loon anymore. It was wonderful! We stayed a week in Port Angeles before seeing a weather window on the charts. It was small but could be long enough to get to San Francisco. Well, no! Two days after our departure, the grips announced a gale that was heading directly for us and was moving faster than us. So the decision was made to divert our route to Newport, Oregon. The bar at the entrance worried us but ultimately it went well . Moreover, the day after our arrival, the Coast Guard announced a restriction for small boats which lasted several days. For the uninitiated, the bar is the effect of the waves in the entrance of a port that exists only in entries that are open to the prevailing winds. There is one in all the ports of the West Coast because the prevailing winds are from the west. If the wave becomes too high, entering or exiting the port becomes dangerous because the
waves could run the boat a shore or on the breakwaters. So, we spent almost a week in the pouring rain with winds up to 55 knots at their strongest. Fishermen still drunk from the night before decided to move their boat in a more secure place… beside us. That almost turn out all bad especially for our back balcony but disaster was closely avoided. We didn't really want to go out in the pouring rain. But providence did not let us get bored because just after we arrived a French ship came in. Gaston rushed to help them land because the maneuver is difficult in all this wind and was acquainted with Babette and Andre who were also diverted from their destination: Hawaii. In
addition, we discovered that there is a brewery on the grounds of the marina. Tell me this is not a fantasy of all sailors! Good company and good beer, the days passed quickly. I still managed to go for a little walking around the marina long enough to find a ghost pirate village
because everything was closed.


The bar when exiting was even more impressive than when entering with its 3 meter swell especially when watching the French catamaran that was opening the way but both boats still passed without incident. The little more than 400 miles remaining to reach San Francisco were covered with more or less wind. We
often switched from sails to engin and vice versa. We went about 100 miles away from the coast. The first two days, the waves still at 3 meters and crossed (left overs from the gale) were coming at us from all sides . We had the impression that once the line between the two States had passed, the sky was all of a sudden clear. Gaston caught us two beautiful and big tunas and we were visited by a school of dolphins. On Sunday, October 6 at 8 am , we passed under the Golden Gate bridge.

Thursday, January 9, 2014

Colombie-Britanique/British-Colombia (Campbell River à/to Victoria)

Comme d'hab. Français en bleu.
As usual, English in red. 

Il faut faire encore plus attention au courant et au marée particulièrement le long de l’île de
Vancouver. Dans une même journée, nous avons passé trois rapides. La marée était au plus fort du baissant pour le dernier qui se trouve dans le Discovery chanel. Les remous assez impressionnants. Quelques temps plus tard, a Campbell river, des locaux nous ont demandé quand nous avons abordé le sujet: 
Le bateau a-t-il décidé de faire un 360 degré par lui-même?
Euh, non. 
Ah bon, comme ça, tout a bien été!
Eh bien! Contente de ne pas vous avoir parlé avant d’entrer dans le rapide!

We had to pay even more attention to current and tides particularly along Vancouver Island. In one day, we went down three rapids. The tide was at the height of the ebb on the last one in the Discovery chanel . Pretty impressive swirls of current. Some time later, in Campbell River, locals asked us when we broached the subject :
- Did the boat decided to turn on itself by 360 degree?
- Euh, no .
- So everything went well then!
- Phiew! Glad not to have spoken to you before entering the rapid!

Une fois à Campbell River, c’est le retour à la civilisation. Les marinas sont grandes et chères mais ils répondent sur le VHF. Nous recevons à souper Bill & Brenda que nous avions rencontré à Hawaii. Je quitte le trio pour quelques minutes car j’ai oublié d’acheter du pain en demandant à nos invités d’en profiter pour faire pratiquer l’anglais à Gaston. (La marina Discovery est à côté d’un gros centre d’achat. Le pain est pas bien loin.) A mon retour, c’est Bill et Brenda qui parlent français!!! Décidément, c’est pas gagné! Par contre, ça ne le dérange pas de parler le phoque pendant 15 minutes avec un local plutôt bruyant
deux jours plus tard à Comox harbour.

Once in Campbell River, it's back to civilization. Marinas are large and expensive, but they answer on the VHF . We invited for supper Bill & Brenda whom we had met in Hawaii. I left the trio for a few minutes for a  bread run but not before asking our guests to practice English with Gaston . ( The Discovery marina is adjacent to a big shopping center. Bread is not far away. ) When I returned, it was Bill and Brenda who were speaking French! I give up! Can get him to talk English but he’ll talk to a seal in his langage for 15 minutes two days later in Comox harbor .

Un matin, toujours à Campbell River, Gaston décide qu’il est temps de faire l’entretien du
moteur. Question de m’enlever de dans ses jambes, je décide d’aller faire un petit tour. Au bureau d’information touristique, j’entends un couple parler français alors je vais les voir. C’est ainsi je fais la connaissance de Sabine et Gérard qui on traversé sur un cargo de la France avec un motorisé qu’ils appèlent « le Cube » et qui n’est pas plus gros que notre bateau. Ils ont accosté en Argentine et pendant 4 ans, ils ont roulés de l’Amérique du Sud vers le nord. Que d’histoires ils ont a raconter! Nous avons passé un belle soirée en leur compagnie. Finalement, je n’ai jamais visité la ville. Après notre rencontre, ils ont traversé le Canada vers l’est et sont rentrés à Marseille. 

One morning, still in Campbell River, Gaston decided it was time to do engine maintenance.
To get out of the way, I decided to go for a walking visit. At the tourist information office, I heard a couple talking French so went in for a closer look. This is how I met Sabine and Gerard who crossed on a cargo ship from France with a RV they call  "The Cube" which is not bigger than our boat. They landed in Argentina and for the next 4 years, they drove from South America to the north. What stories they have to tell ! We had a lovely evening with them. I never did get to visit the town. After our meeting, they crossed Canada towards the east and returned to Marseille.

A Nanaimo, nous avons eu l’impression de faire un petit voyage dans le temps de plus d’une ciquantaine d’année en visitant le parc de l’île Newcastle ou se trouve un petit musée de photos. Cette île appartenait au Canadian Pacifique qui y exploitait un centre de villégiature du genre de celui dans le film «Dirty Dancing» (Danse lascive). Pas de Patrick par contre. :( Il a un joli petit restaurant sur l’île à côté du mouillage nommé Dinghy Dock. Super pour boire une bière et surfer le net. 


In Nanaimo, we had the impression of being on a trip back in time of more than a fifty years while visiting the park of Newcastle Island it’s small photo museum. This island belonged to the Canadian Pacific who operated as resort kind of like the one in the movie  " Dirty Dancing ". No Patrick however. :( There is nice little restaurant on the island next to the anchorage called the Dinghy dock. Great place to have a beer and surf the net.




Gaston a renouvelé son passeport en une semaine sans trop de difficulté à Victoria. Ce temps nous a permis d’aller flâner entre autre au Fisherman’s wharf en mangeant un cornet de crème glacée et en regardant les touristes nourrir les phoques. Ensuite, de visiter le musée maritime habilement aménagé. Nous y avons appris tout de sorte de faits intéressants tel que le «Flying Dutchman», célèbre pirate, a été condamné et pendu à Nanaimo. Au dernier étages, il y a une veille salle d’audience. J’en ai profité pour déclarer Gaston coupable d’adultère avec une sirène (Bien sûre,
seulement lui l’a vu). 
Pendant une soirée, nous avons retrouvé Cheryl et David que nous avions rencontrés aux San Blas et avec qui nous avons visité les environs ainsi que leur maison et un joli yacht club. 
Souvent, juste aller chercher de l’alcool à brûler pour le poêle est une aventure. Line, une québécoise qui habite sur son bateau dans le coin, a voulu nous aider en nous donnant un lift. Pauvre elle, toutes les routes étaient bloquées. Nous avons fait le tour de la ville pour se rendre au Canadian Tire. Ça nous a donner du temps pour la connaître un peu mieux. 
Nous nous sommes fait prendre dans une attrape touriste. Le restaurant Red fish Blue fish
devait avoir le meilleur fish & chip en ville. Il est particulier car ce n’est qu’un container sur le bord de l’eau et les gens mangent sur le quai. On y trouve une longue file d’attente à tous les midi. Nous étions bien placé pour surveiller cette file car la marina où nous nous trouvions était directement à côté.  Une journée que la file n’était pas trop longue, nous en avons profité. Nous avons été déçu par leur nourriture trop cuite et salée. 
J’ai passé pour une folle. Vous allez sûrement vous dire avec raison que ce n’est pas la première fois. Cette fois-ci, c’était chez David’s tea. Une copine m’a donné de leur Chai coco avant de partir de Montréal et j’en suis tombé amoureuse mais mon stock avait disparu depuis longtemps. Je ne crois pas que la vendeuse ait déjà vu quelqu’un venir acheter du thé avec autant d’enthousiasme. 


Gaston renewed his passport in a week without too much difficulty in Victoria . This gave us
time to stroll along the Fisherman 's wharf eating an ice cream and watching the tourists feed the seals. Then we visited the maritime museum. One of the nicest museum of this type we have visited so far. We learned many interesting facts such as the "Flying Dutchman" , famous pirate, was convicted and hanged in Nanaimo . On the last floor, there is a old courtroom . I took the opportunity to declare Gaston guilty of adultery with a mermaid (Of course, only he has seen her). 
We met up with Cheryl and David for an evening. We had crossed paths with them in the San Blas. They took us for a ride to visit the surroundings as well as their home and a nice yacht club. 
Often , just fetching burning alcohol for the stove is an adventure. Line, a Quebecer who lives on her boat in the area, tried to help us by giving us a lift . Poor her, all the roads were blocked. We toured the city just to get to Canadian Tire . It gave us time to get to know her a little better. 
We got caught in a tourist trap. The Red fish Blue fish restaurant as the reputation of being
the best fish & chip in town. The place it’s self is particular because it is a simple container on the side of the water and the people eat on the dock. There is a very long line in front of the place every day at lunch and we were very well positioned to see it since it is right next to the marina we were assigned. On day, the line was shorter so we decided to check it out. Over cooked and very salty was our opinion. 

I passed for a crazy person. You may be thinking with reason that it’s not the first time. This time was in David’s tea. A girlfriend of mine gave me some of their Coco Chai before I left Montreal and I totally fell in love with it. My stock had of course ran out a while ago. I don’t think the sales lady has ever seen anybody shop for tea with so much enthousiasme.