La/the route

La/the route

Monday, September 2, 2013

Alaska: De/From Angoon à/to Ketchikan 6/08/2013 à/to 23/08/2013

Le Français est en bleu.
English in red.


La navigation au sud de l’Alaska est un peu comme celle du bas du fleuve mais avec moins de vent. Depuis notre départ de Sitka, c’est beau si nous avons fait 5 heures de voile. Quoiqu’après les 83 jours pour ce rendre ici, ça ne nous dérange pas trop. Il faut calculer marée et courant. Dans certain endroit c’est négligeable mais dans d’autre, c’est assez critique. Il fait toujours plus froid sur l’eau et plus chaud sur terre. Le brouillard et la pluie font partie du quotidien. Le brouillard se promène souvent par bancs au lieu d’être partout à la fois.  Pour la pluie, nous avons été très chanceux d’avoir la compagnie du soleil jusqu’à Petersburg. Ensuite, la météo s’est gâchée. Par ailleurs, les paysages sont spectaculaires et la faune abondante.

Continuons notre chemin après Angoon qui a terminé le dernier article...


Navigating in the south of Alaska is a bit like being on the St-Lawrence river but with less wind. Since we have left Sitka, we probably have not sailed more than 5 hours. We don’t mind all that much after spending 83 days sailing to get here. Tides ans currents have to  be calulated. In some places they are not noticible but in other they are critical. It’s always colder on the water than on the ground. Fog and rain are part of every day life. The fog travels in patches instead of being everywhere at once. We were lucky to have no rain until Petersburg. The weather got rainny after that. The sceeneries are spectacular and the fauna abondant.

Let’s continue with our trip after leaving Angoon which was the last place visited in the last text...





Whitewater bay: Ce mouillage ne se trouvait pas dans notre guide mais nous avons choisi



d’y arrêter pour rester sur la rive Est du Chatham strait le long d’Admiralty Island. Nous avions remarqué que les baleines à bosse avait tendance à rester de ce côté et nous voulions en voir quelques-unes de plus près. C’est ce qui est arrivé. J’ai même réussi à prendre quelques photos. Nous avons aussi vu des marsouins de Dall avec leur tâche blanche particulière sur l’aileron. La baie est très jolie et le fond tient bien, il faudrait l’ajouter au guide.




Whitewater bay: This anchorage was not part of our guidebook but we chose to stop here because we wanted to stay on the East side of Chatham Strait along Admiralty Island. We noticed that the humpback whales preferred that coast and we were hoping for a closer look. We had good intuition! We saw many whales and even managed to take a few pictures. We also saw some Dall’s porpoise with their particular white spot on the top fin. The bay is beautiful and the bottom hold is good. It should be added to the book.

 
Kake: Un autre village Tlingits mais ici les habitants te salue en te laissant marcher. Le
guide disait qu’il était possible de s’amarrer au quai public en face du village ou à la marina 2 miles plus loin. Nous avons d’abord été voir le quai public mais celui-ci était occupé par des petites chaloupes. Pensant que l’épicerie et le liquor store seraient en ville, nous nous sommes ancrés près du quai publique et avons utilisé l’annexe pour aller au bord afin d’éviter le transport de sacs lourds à pied.  Finalement, le liquor store est à côté du quai publique et l’épicerie à 1,5 miles en direction de la marina.  On a marché.  Tout près de la route principale, il y a une pisciculture de saumon que les ours noirs aiment bien car ils peuvent se nourrir facilement. Nous les avons donc vu de très près. Il y en a un qui a traversé la rue à une trentaine de pieds de nous. Pendant que nous conversions avec un local sur le côté de sa maison, nous avons réalisé qu’un ours était assis à quelques pas de nous occupé à se lécher les pattes. Il semblait attendre que nous terminions notre conversation pour passer. La baie en face du village est remplie de baleines à bosse. Nous avons vu jusqu’à 5-6 qui se promenaient ensemble. Le village est surmonté du plus haut totem au monde... pas tout à fait le plus beau par contre et il est placé de sorte qu’il fait concurrence avec l’antenne satellite. Deux kayakistes sont venus nous rendre visite attiré par notre pavillon québécois. Ils étaient originaires du Vermont et

de la Nouvelle-Angleterre.... Des voisins!

En chemin pour la prochaine baie, nous avons été surpris par des baleines chacun notre tour. Gaston était seul à la barre le matin quand une baleine a sortie la queue à deux longueurs de bateau sur le travers. Pendant mon tour de garde l’après-midi, il y en a une qui est sortie juste devant le bateau à tribord ; tellement près que j’était certaine que le bateau allait la frapper. J’ai plongé vers la manette du moteur pour l’arrêter. Ensuite j’ai vu une grosse bulle d’air faire surface à bâbord le long du bateau et la baleine ressortir de l’eau un peu plus loin.

Kake: Another Tlingits village but in this one they wave hello while letting you walk. Our guidebook said that there was two possibilities for mooring. One at the public dock and a second at the small boat harbour. We went to the public dock first because it’s in the middle of town but it was filledwith very small boats. We figured the harbour which was 2 miles further would not be convenient if we had to carry groceries so we anchored in front of the public dock and used the dinghy. Turns out the liquor store is right next to the dock but the grocery store is a mile and a half towards the harbour. Either way, we had to walk. On the way and close to the village, there is a hatchery where black bears go for an easy feed. We got to see them up close. One even cross the street about 30 feet away from us. Later on, we were having a chat with a local and noticed that a bear was licking its paw about a house length away. It seemed to be waiting for us to finish so he could pass. No sign of aggressiveness however even if he could easily turn us into lunch. The bay in front is filled with humpback whales. We saw up to 5 or 6 of them swimming together. Kake is also the home of the tallest totem in the world... not the prettiest however and it’s competing with the satellite tower. We had the visit of two kayakers who noticed our Quebec flag. One was from Vermont and the other from New-England... Neighbours!

 The next day, as we were leaving Kake, we were surprised by two whales. The first during
Gaston’s watch in the morning dove with its tail in the air two boat lengths away. The second during my watch around noon came up right in front of the boat on the port side. I was sure we were going to hit it so I dove to slow down the engine. I then saw a big bubble come up right on the starboard side. A few seconds later, the whale surfaced a boat length away. Impressive creatures!



Ici, quand quelqu’un te dis : «Tire-toi un bûche!», t’es mieux d’avoir mangé tes épinards!
When someone tells you to: «Pull up a log» here, you had better have eaten your spinach!



Portage bay: Nous étions un peu en avance sur notre temps pour l’arrivée; beaucoup de
remous à l’entrée. Le paysage de la baie est resté caché à cause de la pluie et du brouillard. Après avoir hésité, nous avons choisi de nous ancrer dans le fond même si l’entrée semblait intéressante. Sans regret car le lendemain matin nous avons remonté une ancre propre tandis que le voilier à l’entrée de la baie a remonté un énorme tapon d’herbe.

Portage bay: We were early on our tide for the entrance. There was still quite a bit of current. The bay hid its beauty from us under a curtain of fog and rain. We decided to go inside even if the entrance looked good for anchoring. We didn’t regret the choice when we pulled up a clean anchor in the morning and the sailboat at the entrance had a huge ball of grass on his.

Thomas bay: Nous y sommes allés pour voir des glaciers. Le guide disait de faire attention
car l’eau qui coulent de la glace qui fond entraîne beaucoup de vase dans la baie. Nous n’avons pas trop compris ce que cela impliquait au moment de la lecture. Effectivement, aussitôt que nous nous sommes rapprocher de la baie, l’eau a changé de couleur pour un vert laiteux. Comme nous nous rapprochions de la glace, le moteur c’est mis à chauffer légèrement. Après vérification, nous avons réalisé que la pompe à eau éprouvait de la difficulté à pomper l’eau vaseuse pour refroidir le moteur. Nous sommes sortis de ce coin et nous nous sommes ancrés pour la nuit dans l’autre bras. Jusqu’à maintenant ce fut l’endroit le plus froid que nous avons visité ; l’eau est descendue jusqu’à 6 degrés C. Gaston nous a attrapé 4 petits flétans. C’était les derniers poissons car son permis de pêche prenait fin. Pour la visite des glaciers, nous sommes sur notre appétit. Il ne restait pas beaucoup de neige sur le haut des montagnes. Peut-être a-t-il fait trop chaud cet été?

Thomas bay: We went to see a glacier. This time the guidebook said to be careful of the 
water in the bay because the melting ice drags down lots of mud. We didn’t quite understand what that implied. As we moved closer to the glacier, the water turned more and more to a milky green color. That is went our engine started to overheat a little. After checking, we realised that the water was too dense that the engine’s water pump. It couldn’t do its job properly anymore. So we moved out of that leg of the bay and went to anchor in the other one. This is the coldest place we visited. The water went down to 6C. Gaston caught 4 small halibuts. These where the last fish since it was the last day of our fishing permit. As for seeing glaciers, we were not satisfied. Not much ice or snow left on the top of the mountains. Too warm this summer, maybe?

Petersburg: Pour se rendre, il fallait faire moins de 20 miles en un peu plus de 5h.
Beaucoup de temps pour une courte distance! En effet, l’étale de marée basse pour sortir de Thomas bay était à 10h et la diminution de courant pour entrer dans Petersburg à 15h30. Nous avons donc trainé le long de la rive Est pour regarder les glaciers et remarquer que des icebergs en provenance du glacier LeConte descendaient le courant. En ville, nous étions à la marina sous le vent de la très odorante Oceans Beauty seafood inc. Ici se trouve la plus grosse flotte de bateau de pêche au flétan. La ville a été bâtie par des Norvégiens et un bateau de viking se trouve en plein milieu du village. Pour satisfaire notre appétit de voir de la glace et étant dans un lieu ou les hydravions sont très nombreux, nous avons décidé de nous payer un petit tour d’une heure dans un Cessna au-dessus du glacier LeConte.  Chanceux comme nous sommes, un gros morceau de glace c’est détaché du glacier et est tombé à l’eau dans un plouf spectaculaire juste au moment ou nous le survolions.


Petersburg: We had less than 20 miles to do in 5 hours. Lots a time for such a short
distance! This is because the low tide to leave Thomas bay was a 10 a.m. and the slowing down of current to enter Petersburg was at 15h30. We slowly sailed along the east coast of Frederick sound looking at the snow capped mountains and noticing that icebergs where coming down from LeConte glacier. In town, we were given a spot in middle harbour behind the very smelly Ocean Beauty seafood inc. The biggest fleet of halibut fishing boats is found here. The city was built by Norwegians so a Viking boat can be found in the middle of town. To satisfy our appetite to see glacier, we splurged and hired a Cessna seaplane for an hour.  Cole, our pilot, took us over the LeConte glacier. Since we are lucky people, a big piece of ice fell into the water in bubbling splash as we flew by.






Wrangell Narrows: Ceci n’est pas un mouillage ; c’est le canal entre les villes de
Petersburg et de Wrangell.  J’en parle car il est particulièrement difficile et c’est la raison pour laquelle nous avons passé trois jours à Petersburg. Il n’est pas large ce qui fait qu’il y a beaucoup de courant. Du trafique de bateau de croisière y passe et il y a de bonnes chances d’être dans le brouillard. De plus, les courants de marée de la partie Nord sont opposées à ceux de la partie Sud du canal. Pour le passer il faut idéalement : 1) attendre une belle journée ensoleillée, 2) attendre des marées de faible amplitude qui ont lieux pendant le décroissant ou le croissant de la lune. La pleine lune et la lune noire ne sont donc pas des bons moments. 3) Partir assez avancé dans la marée montante pour arriver dans le centre du canal vers l’étale et descendre la partie Sud sur le baissant.  Même si la journée que nous avons choisi était ensoleillé, il y avait des bancs de brouillard surtout dans la partie Nord. Un train de billots de bois que nous avons d’abord pris pour une île nous a surpris en nous barrant le chemin. Autrement, nous nous en sommes bien sorti en ne rencontrant qu’un seul bateau de croisière. Le guide décrivait ce passage comme «excitant». Pas sûre que c’est le mot que nous aurions choisit.

Wrangell Narrows: This is not an anchorage; it’s the strait between Petersburg and
Wrangell. I’m mentioning it here because it’s particularly difficult to pass and the reason we stayed in Petersburg for three days. It’s called Narrows because it is and this creates lots of current. Many cruise ships take this route and there is a high risk of fog. Furthermore, the currents in the North part are opposite to the South part. So to pass we wanted: 1) a nice sunny day, 2) small tide coefficient so when the moon is in the middle of increasing or decreasing but not at full moon or no moon. 3) Leave late enough in the rising tide to arrive in the middle of the strait at the slack and go down the south part with the lowering tide. Even when leaving on a sunny day, we had patches of fog particularly in the North part. A timber raft that we mistook for an island surprised us by blocking the way. Other than that, we did pretty good and only crossed one cruise ship. The Guide book said it was the most «exciting» narrows. We are not sure that this the word we would choose.

Zimovia bay: Jolie mais un peu moins bien protégé contre les vents du Nord-ouest. Mais
bon, il n’y a pas de vent en ce moment. L’eau est passée de 12C à Petersburg à 19C dans cette baie. On en profite pour prendre une petite «Alaskan amber» dans le cockpit en regardant possiblement un des derniers caps de neige au loin.  A partir de notre départ de cette baie, les nuages reviennent et la météo commence à ressembler plus au temps normal de la région.

Zimovia bay: Nice little bay not too well protected from the Northwest. But what do we
care, it’s dead calm. The water went from 12C in Petersburg to 19C here. Good time to relax in the cockpit and drink an «Alaskan Amber» while looking at some of the last snow caps for this area. The weather started to go downhill from the moment we woke up in this bay. It is now more typically rainy.




Meyer Chuck: Petite baie habitée avec un quai publique gratuit un peu comme à port
Alexander.  Cette fois-ci par contre, il n’y a qu’un sentier battu recouvert de brin de scie pour relier les maisons. Pour indiquer où se trouve le chemin publique et les chemins privés, les résident on fabriqués des indicateurs très orignaux et comiques en recyclant des objets désuets. Nous avons fait la rencontre d’un couple de voileux avec qui nous avons soupé. Youpy! Des copains! Si jamais vous passez par ici un jour, il faut absolument que vous trouviez une dame du nom de Cassy. Vous lui commanderez des brioches à la cannelle maison avec noix de Grenoble ou des caneberges. Elle les livrera délicieuses et encore chaudes directement au bateau vers 7h am.

Meyer Chuck: Small bay with a few houses and a free public dock like in Port Alexander.
This time however the houses are linked by only a beaten path covered with saw dust. To indicate which path is public and which lead to private houses, the inhabitants built some creative and sometimes funny indicators with recycled materials. We met a couple on another sailboat and shared diner with them. Woohoo! Buddies! If you ever come this way, you have to find a women by the name of Cassy. You will order from her some homemade cinnamon buns with walnuts or cranberries. She will deliver them straight to the boat warm, sticky and delicious at 7 am.

Ketchikan: Après les thèmes de la Russie à Sitka et de la Norvège à Petersburg, ici on
trouve la ville Western en souvenir des rués vers l’or. Même le ship chandler vend des assiettes en tôle et même en plastique pour ceux qui penserait encore pouvoir s’enrichir en brassant le sable des rivières.  En bons Nord-Américains modernes, ils ont transformé le chic bordel en musée.  Il y a beaucoup de trafique de bateaux de croisière et d’avions devant la ville. Le mouillage n’est donc pas recommandé. Il y a deux possibilités de ports pour les petits bateaux en transit qui sont gérés par le même bureau.

Bar Harbor est plus loin de la partie touristique de la ville mais près de l’épicerie, des douches, de la buanderie et du centre d’achat.  Thomas bassin est en plein centre de l’action touristique mais loin du reste. Pour un gros dollars, il est possible de prendre un autobus qui se promène entre les deux. On a fait quelque chose que nous n’avions pas fait depuis très longtemps et ça commençait à paraître.... se faire couper les cheveux par une vraie coiffeuse!

Ketchikan: After a taste of Russia in Sitka and of Norway in Petersburg, here we land in a western town in memory of the gold rushes. Even the ship chandler sells metal or plastic plates for those who still believe that they could make it rich
by shaking the sand in the rivers. In good modern North Americans, the brothel is now a museum. Lots of cursing ship and seaplane traffic in front of the town so not a good place to anchor. Docking in two harbours is possible. Both are managed by the same office. Thomas basin is close to the downtown area and the tourist stops but far from the showers, the Laundromat, the grocery store and the liquor store. In Bar Harbour you are close to the latter and a couple of miles from downtown. For a buck, a bus will take you from one to the other. We did something here that we had not done in a very long time and it was really starting to show.... we got a haircut by an actual hairdresser!

Ainsi se termine notre périple en Alaska. L’endroit a répondu à nos attentes. Nous vous laissons sur un petit film en hommage aux saumons qui sautent en Alaska et dédié à Karine, la fille à Gaston, pour son amour du saumon.

This is the end of our trip to Alaska. I was everything we were hoping it would be. We will leave you with a short film in tribute to the jumping salmon of Alaska. We dedicate this film to Karine, Gaston’s daughter, who just loves salmon.




Allez voir les photos:
Go see the pictures: