La/the route

La/the route

Monday, December 16, 2013

Colombie-Britanique de Prince Rupert à Miles Inlet/British Colombia from Prince Rupert to Miles Inlet


Français en bleu.
English in red.

Nous ne nous attendions pas à des différences culturelles entre l’Alaska et la Colombie-
Britannique. Après tout, ce sont deux contrées anglophones. Et bien, tout de suite en arrivant à Prince Rupert, ce n’est plus pareil. Les marinas ne répondent plus au VHF et il faut se débrouiller seul pour trouver un endroit ou s’amarrer, généralement à couple d’un autre bateau. Le «chaos» remplace l’hyper-organisation américaine. Par ailleurs, les voiliers y sont en plus grand nombre et les gens s’entraident volontiers. Nous avons été accueillis par Steve et Roxana qui nous ont tout de suite prêté un téléphone pour appeler la douane. Ensuite, Mae et Marty se sont présentés et nous ont offert l’utilisation de leur douche, laveuse et sécheuse. Nous avons passés les jours suivants à se promener avec la voiture de Steve et a partager des repas avec les deux couples ainsi qu’avec Mark, un Néerlandais qui a fait le passage du Nord-ouest l’année dernière (pour ma belle-soeur curieuse: www.jonathanadvantures.nl. Il a de belles photos d’un ours polaire qui nage autour de son bateau). Leurs voisins du Nord étaient très serviable et polis mais les Canadiens sont plus chaleureux. D’ailleurs, offres un bière à un Américain et il te regarde d’un air suspect du genre «Qu’est-ce que tu me veux?» Faits la même chose avec un Canadien et il va t’en demander une deuxième. 
  
We did not expect cultural differences between Alaska and British Columbia. After all, these are two Anglophone countries right next to each other. Well, immediately upon arriving in Prince Rupert , changes were apparent. Marinas didn't respond to
VHF and we had to find a place to dock by ourselves, usually alongside another boat. A bit of chaos replaced the American hyper -organization. In addition, there are sailboats in greater numbers and people lend a hand . We were greeted by Steve and Roxana who immediately lent us a phone to call customs. Then Mae and Marty appeared and offered us the use of their shower, washer and dryer. We spent the next few days driving around in Steve's car and  sharing meals with both couples as well as Mark, a Dutchman who sailed the Northwest passage last year (for my curious sister in law: www.jonathanadvantures.nl. He has beautiful pictures of a polar bear swimming around his boat). The northern neighbors were very helpful and polite but Canadians are more friendly. Moreover , offer a beer to an American and he looks at you with a suspicious air like " What do you want me ?" Make the same offer to a Canadian and he will ask you for a second.

 

Une petite anecdote sur l’appel aux douanes : Je commence par appuyer sur le 1 pour avoir
un service en anglais croyant que ça serait plus simple de ce côté du Canada. Malgré cela, on me répond en français. Par l’accent, j’imagine que la dame est bien installé dans un bureau au Québec. Une partie de la conversation se déroule ainsi:

Madame des douanes: «Donc en résumé, vous avez une adresse au Québec mais vous avez quittez il y a trois ans. Vous venez d’arriver en Colombie-Britannique mais vous n’avez pas d’adresse ici. De plus, vous n’avez pas l’intention d’obtenir une adresse ou de rester. D’ici peu, vous allez quitter le Canada à nouveau. C’est exact?»
Moi: «oui, c’est exact.»
Elle: «hum... Je n’ai pas de catégorie pour ça. Je ne sais pas comment vous classer...»

Ça fait chaud a mon petit coeur de rebelle qu’il n’y ait pas de catégorie pour nous! :)

An excerpt of the call to Customs : I start by pressing 1 for service in English believing that it
would make things easier on this side of Canada. Despite this, the phone was answered in French . By the accent , I could picture the lady in an office all the way across the country, in Quebec. A part of the conversation went like this :Customs  Lady: "So in summary, you have an address in Quebec but you left there three years ago. You have just arrived in British Columbia, but you do not have an address there . In addition, you do not intend to get an address or stay . Soon, you will leave Canada again. Is that correct? " 
Me: "Yes , that's right .
"Her: " hum ... I do not have a category for this. I do not know how you enter this ... "

 
It warms my little rebel heart that there is no category for us!
:)
 

Si nous avions eu plus de temps, nous aurions peut-être décidé de rester à Prince Rupert

pour l’hiver et profitez de l’été suivant pour faire le reste de la côte du BC. Nous n’avons pas eu l’impression de bien profiter de l’endroit car nous avons fait des journées de 50 miles au moteur. L’ancre touchait le fond tard en après-midi et était levée tôt le lendemain donc nous avons à peine vu ce qui nous entourait. Les paysages restent superbes mais if faut être très attentif car il y a beaucoup de billots qui dérivent un peu partout et le brouillard est souvent très dense en avant-midi. 

If we had more time , we might have decided to stay in Prince Rupert for the winter so we could spend the next summer visiting the coast of BC . We did not feel we really had time to  appreciate the place because we had to motor 50 miles a day. The anchor touched bottom in late afternoon and was up early the next day so we barely saw what was around us. The landscapes are still very beautiful but one must be very careful of all the drifting logs everywhere and often very dense fog in the mornings. 

Notons ici quelques petites anecdotes dignes de mention :
Note here a few anecdotes worthy of mention :
 
- Dans la baie de Buttedal où une ville fantôme qui abritait jadis une centaine de personnes
tombe en ruine et seulement un gardien y habite maintenant, une femme nous accueil avec un gros «Bonjour!». Un peu plus tard, le Monsieur d’un bateau de pêche de plaisance se présente en français et nous invite a prendre un verre avec lui et sa femme. J’ai dit a Gaston : «Vérifie la carte! Je pense qu’on a fait le passage du Nord-Ouest à l’envers et on est de retour au Québec!» 

- In the Bay of Buttedal where a town that once housed a hundred people is falling apart and only a caretaker lives there now , we were welcome by a woman with a big " Bonjour! ". A bit later,  a man from a fishing boat introduced himself in French and invites us to have a drink with him and his wife. I said to Gaston : " Check the map! I think we did ​​the Northwest in reverse and are back in Quebec!" 

-Si vous arrêtez à Shearwater un jour, ne prenez surtout pas l’internet! Ça coûte 11$ par jour
et nous n’avons pas réussi à voir un courriel! Par ailleurs, les douches ne prennent que les vieux looneys. Gaston ne savait pas c’était quoi un looney. ??? L’oiseau sur les 1$ est un «loone» donc le 1$ est un looney et le 2$ est un twoney. Pis à part de ça, personne nous a dit qu’il y avait du nouvel argent au Canada. La caissière c’est demandée de quelle planète on sortait quand on lui a demandé si on pouvait voir les billets. De quoi je parlais déjà? Ah oui, les douches... J’ai laissé les deux seuls vieux looneys que nous avions a Gaston et ensuite, j’ai dû faire le tour de la ville annonçant à tout le monde que j’avais besoin d’une douche avant de finalement en trouver deux autres à l’épicerie où la caissière, en me les donnant m’a indiqué : les douches, c’est par là !

-If you stop in Shearwater one day , do not take the internet ! It costs $ 11 per day and we did
not managed to read one single email! In addition , showers only take old looneys . Gaston did not know what was a looney . ? ? The bird on the $1 is a loone, so the $ 1 is a looney and $ 2 is a twoney . Aside from that , nobody told us that there was new money in Canada. The cashier looked as us as is we were loons when we asked if we could see the new bills. What I was talking about again? Ah yes, the showers ... I gave the only two old looneys we had to Gaston and then I had to go around the city announcing to everyone that I needed a shower before finally finding the another two at the grocery store where the cashier told me while handing them over: ''showers are over there!'' 


- L’entrée de Miles Inlet est inquiétante avec son tapis de kelp et de billots le long des rives
mais une fois à l’intérieur c’est un délicieux havre de paix. La baie est toute petite et l’eau entre de trois côtés dont un court d’eau avec une petite cascade. C’est de toute beauté. 
 
- The entrance to Miles Inlet worried us with its carpet of kelp and logs along the shores but once inside it is a delightful haven of peace. The bay is very small and water comes in from three sides, one of wich is a small waterfall. Simply beautiful!

Nous avons pensés que nos copains Français aimeraient bien cette photo. Comment savoir
que tu es Canadien? Ton vin va bien avec la pizza et les Hamburgers!!!

We thought that our French friends would like this photo. How do we know we're Canadian? Our wine goes well with pizza and burgers!



Plus de photos ~ More pictures:
 https://picasaweb.google.com

Monday, September 2, 2013

Alaska: De/From Angoon à/to Ketchikan 6/08/2013 à/to 23/08/2013

Le Français est en bleu.
English in red.


La navigation au sud de l’Alaska est un peu comme celle du bas du fleuve mais avec moins de vent. Depuis notre départ de Sitka, c’est beau si nous avons fait 5 heures de voile. Quoiqu’après les 83 jours pour ce rendre ici, ça ne nous dérange pas trop. Il faut calculer marée et courant. Dans certain endroit c’est négligeable mais dans d’autre, c’est assez critique. Il fait toujours plus froid sur l’eau et plus chaud sur terre. Le brouillard et la pluie font partie du quotidien. Le brouillard se promène souvent par bancs au lieu d’être partout à la fois.  Pour la pluie, nous avons été très chanceux d’avoir la compagnie du soleil jusqu’à Petersburg. Ensuite, la météo s’est gâchée. Par ailleurs, les paysages sont spectaculaires et la faune abondante.

Continuons notre chemin après Angoon qui a terminé le dernier article...


Navigating in the south of Alaska is a bit like being on the St-Lawrence river but with less wind. Since we have left Sitka, we probably have not sailed more than 5 hours. We don’t mind all that much after spending 83 days sailing to get here. Tides ans currents have to  be calulated. In some places they are not noticible but in other they are critical. It’s always colder on the water than on the ground. Fog and rain are part of every day life. The fog travels in patches instead of being everywhere at once. We were lucky to have no rain until Petersburg. The weather got rainny after that. The sceeneries are spectacular and the fauna abondant.

Let’s continue with our trip after leaving Angoon which was the last place visited in the last text...





Whitewater bay: Ce mouillage ne se trouvait pas dans notre guide mais nous avons choisi



d’y arrêter pour rester sur la rive Est du Chatham strait le long d’Admiralty Island. Nous avions remarqué que les baleines à bosse avait tendance à rester de ce côté et nous voulions en voir quelques-unes de plus près. C’est ce qui est arrivé. J’ai même réussi à prendre quelques photos. Nous avons aussi vu des marsouins de Dall avec leur tâche blanche particulière sur l’aileron. La baie est très jolie et le fond tient bien, il faudrait l’ajouter au guide.




Whitewater bay: This anchorage was not part of our guidebook but we chose to stop here because we wanted to stay on the East side of Chatham Strait along Admiralty Island. We noticed that the humpback whales preferred that coast and we were hoping for a closer look. We had good intuition! We saw many whales and even managed to take a few pictures. We also saw some Dall’s porpoise with their particular white spot on the top fin. The bay is beautiful and the bottom hold is good. It should be added to the book.

 
Kake: Un autre village Tlingits mais ici les habitants te salue en te laissant marcher. Le
guide disait qu’il était possible de s’amarrer au quai public en face du village ou à la marina 2 miles plus loin. Nous avons d’abord été voir le quai public mais celui-ci était occupé par des petites chaloupes. Pensant que l’épicerie et le liquor store seraient en ville, nous nous sommes ancrés près du quai publique et avons utilisé l’annexe pour aller au bord afin d’éviter le transport de sacs lourds à pied.  Finalement, le liquor store est à côté du quai publique et l’épicerie à 1,5 miles en direction de la marina.  On a marché.  Tout près de la route principale, il y a une pisciculture de saumon que les ours noirs aiment bien car ils peuvent se nourrir facilement. Nous les avons donc vu de très près. Il y en a un qui a traversé la rue à une trentaine de pieds de nous. Pendant que nous conversions avec un local sur le côté de sa maison, nous avons réalisé qu’un ours était assis à quelques pas de nous occupé à se lécher les pattes. Il semblait attendre que nous terminions notre conversation pour passer. La baie en face du village est remplie de baleines à bosse. Nous avons vu jusqu’à 5-6 qui se promenaient ensemble. Le village est surmonté du plus haut totem au monde... pas tout à fait le plus beau par contre et il est placé de sorte qu’il fait concurrence avec l’antenne satellite. Deux kayakistes sont venus nous rendre visite attiré par notre pavillon québécois. Ils étaient originaires du Vermont et

de la Nouvelle-Angleterre.... Des voisins!

En chemin pour la prochaine baie, nous avons été surpris par des baleines chacun notre tour. Gaston était seul à la barre le matin quand une baleine a sortie la queue à deux longueurs de bateau sur le travers. Pendant mon tour de garde l’après-midi, il y en a une qui est sortie juste devant le bateau à tribord ; tellement près que j’était certaine que le bateau allait la frapper. J’ai plongé vers la manette du moteur pour l’arrêter. Ensuite j’ai vu une grosse bulle d’air faire surface à bâbord le long du bateau et la baleine ressortir de l’eau un peu plus loin.

Kake: Another Tlingits village but in this one they wave hello while letting you walk. Our guidebook said that there was two possibilities for mooring. One at the public dock and a second at the small boat harbour. We went to the public dock first because it’s in the middle of town but it was filledwith very small boats. We figured the harbour which was 2 miles further would not be convenient if we had to carry groceries so we anchored in front of the public dock and used the dinghy. Turns out the liquor store is right next to the dock but the grocery store is a mile and a half towards the harbour. Either way, we had to walk. On the way and close to the village, there is a hatchery where black bears go for an easy feed. We got to see them up close. One even cross the street about 30 feet away from us. Later on, we were having a chat with a local and noticed that a bear was licking its paw about a house length away. It seemed to be waiting for us to finish so he could pass. No sign of aggressiveness however even if he could easily turn us into lunch. The bay in front is filled with humpback whales. We saw up to 5 or 6 of them swimming together. Kake is also the home of the tallest totem in the world... not the prettiest however and it’s competing with the satellite tower. We had the visit of two kayakers who noticed our Quebec flag. One was from Vermont and the other from New-England... Neighbours!

 The next day, as we were leaving Kake, we were surprised by two whales. The first during
Gaston’s watch in the morning dove with its tail in the air two boat lengths away. The second during my watch around noon came up right in front of the boat on the port side. I was sure we were going to hit it so I dove to slow down the engine. I then saw a big bubble come up right on the starboard side. A few seconds later, the whale surfaced a boat length away. Impressive creatures!



Ici, quand quelqu’un te dis : «Tire-toi un bûche!», t’es mieux d’avoir mangé tes épinards!
When someone tells you to: «Pull up a log» here, you had better have eaten your spinach!



Portage bay: Nous étions un peu en avance sur notre temps pour l’arrivée; beaucoup de
remous à l’entrée. Le paysage de la baie est resté caché à cause de la pluie et du brouillard. Après avoir hésité, nous avons choisi de nous ancrer dans le fond même si l’entrée semblait intéressante. Sans regret car le lendemain matin nous avons remonté une ancre propre tandis que le voilier à l’entrée de la baie a remonté un énorme tapon d’herbe.

Portage bay: We were early on our tide for the entrance. There was still quite a bit of current. The bay hid its beauty from us under a curtain of fog and rain. We decided to go inside even if the entrance looked good for anchoring. We didn’t regret the choice when we pulled up a clean anchor in the morning and the sailboat at the entrance had a huge ball of grass on his.

Thomas bay: Nous y sommes allés pour voir des glaciers. Le guide disait de faire attention
car l’eau qui coulent de la glace qui fond entraîne beaucoup de vase dans la baie. Nous n’avons pas trop compris ce que cela impliquait au moment de la lecture. Effectivement, aussitôt que nous nous sommes rapprocher de la baie, l’eau a changé de couleur pour un vert laiteux. Comme nous nous rapprochions de la glace, le moteur c’est mis à chauffer légèrement. Après vérification, nous avons réalisé que la pompe à eau éprouvait de la difficulté à pomper l’eau vaseuse pour refroidir le moteur. Nous sommes sortis de ce coin et nous nous sommes ancrés pour la nuit dans l’autre bras. Jusqu’à maintenant ce fut l’endroit le plus froid que nous avons visité ; l’eau est descendue jusqu’à 6 degrés C. Gaston nous a attrapé 4 petits flétans. C’était les derniers poissons car son permis de pêche prenait fin. Pour la visite des glaciers, nous sommes sur notre appétit. Il ne restait pas beaucoup de neige sur le haut des montagnes. Peut-être a-t-il fait trop chaud cet été?

Thomas bay: We went to see a glacier. This time the guidebook said to be careful of the 
water in the bay because the melting ice drags down lots of mud. We didn’t quite understand what that implied. As we moved closer to the glacier, the water turned more and more to a milky green color. That is went our engine started to overheat a little. After checking, we realised that the water was too dense that the engine’s water pump. It couldn’t do its job properly anymore. So we moved out of that leg of the bay and went to anchor in the other one. This is the coldest place we visited. The water went down to 6C. Gaston caught 4 small halibuts. These where the last fish since it was the last day of our fishing permit. As for seeing glaciers, we were not satisfied. Not much ice or snow left on the top of the mountains. Too warm this summer, maybe?

Petersburg: Pour se rendre, il fallait faire moins de 20 miles en un peu plus de 5h.
Beaucoup de temps pour une courte distance! En effet, l’étale de marée basse pour sortir de Thomas bay était à 10h et la diminution de courant pour entrer dans Petersburg à 15h30. Nous avons donc trainé le long de la rive Est pour regarder les glaciers et remarquer que des icebergs en provenance du glacier LeConte descendaient le courant. En ville, nous étions à la marina sous le vent de la très odorante Oceans Beauty seafood inc. Ici se trouve la plus grosse flotte de bateau de pêche au flétan. La ville a été bâtie par des Norvégiens et un bateau de viking se trouve en plein milieu du village. Pour satisfaire notre appétit de voir de la glace et étant dans un lieu ou les hydravions sont très nombreux, nous avons décidé de nous payer un petit tour d’une heure dans un Cessna au-dessus du glacier LeConte.  Chanceux comme nous sommes, un gros morceau de glace c’est détaché du glacier et est tombé à l’eau dans un plouf spectaculaire juste au moment ou nous le survolions.


Petersburg: We had less than 20 miles to do in 5 hours. Lots a time for such a short
distance! This is because the low tide to leave Thomas bay was a 10 a.m. and the slowing down of current to enter Petersburg was at 15h30. We slowly sailed along the east coast of Frederick sound looking at the snow capped mountains and noticing that icebergs where coming down from LeConte glacier. In town, we were given a spot in middle harbour behind the very smelly Ocean Beauty seafood inc. The biggest fleet of halibut fishing boats is found here. The city was built by Norwegians so a Viking boat can be found in the middle of town. To satisfy our appetite to see glacier, we splurged and hired a Cessna seaplane for an hour.  Cole, our pilot, took us over the LeConte glacier. Since we are lucky people, a big piece of ice fell into the water in bubbling splash as we flew by.






Wrangell Narrows: Ceci n’est pas un mouillage ; c’est le canal entre les villes de
Petersburg et de Wrangell.  J’en parle car il est particulièrement difficile et c’est la raison pour laquelle nous avons passé trois jours à Petersburg. Il n’est pas large ce qui fait qu’il y a beaucoup de courant. Du trafique de bateau de croisière y passe et il y a de bonnes chances d’être dans le brouillard. De plus, les courants de marée de la partie Nord sont opposées à ceux de la partie Sud du canal. Pour le passer il faut idéalement : 1) attendre une belle journée ensoleillée, 2) attendre des marées de faible amplitude qui ont lieux pendant le décroissant ou le croissant de la lune. La pleine lune et la lune noire ne sont donc pas des bons moments. 3) Partir assez avancé dans la marée montante pour arriver dans le centre du canal vers l’étale et descendre la partie Sud sur le baissant.  Même si la journée que nous avons choisi était ensoleillé, il y avait des bancs de brouillard surtout dans la partie Nord. Un train de billots de bois que nous avons d’abord pris pour une île nous a surpris en nous barrant le chemin. Autrement, nous nous en sommes bien sorti en ne rencontrant qu’un seul bateau de croisière. Le guide décrivait ce passage comme «excitant». Pas sûre que c’est le mot que nous aurions choisit.

Wrangell Narrows: This is not an anchorage; it’s the strait between Petersburg and
Wrangell. I’m mentioning it here because it’s particularly difficult to pass and the reason we stayed in Petersburg for three days. It’s called Narrows because it is and this creates lots of current. Many cruise ships take this route and there is a high risk of fog. Furthermore, the currents in the North part are opposite to the South part. So to pass we wanted: 1) a nice sunny day, 2) small tide coefficient so when the moon is in the middle of increasing or decreasing but not at full moon or no moon. 3) Leave late enough in the rising tide to arrive in the middle of the strait at the slack and go down the south part with the lowering tide. Even when leaving on a sunny day, we had patches of fog particularly in the North part. A timber raft that we mistook for an island surprised us by blocking the way. Other than that, we did pretty good and only crossed one cruise ship. The Guide book said it was the most «exciting» narrows. We are not sure that this the word we would choose.

Zimovia bay: Jolie mais un peu moins bien protégé contre les vents du Nord-ouest. Mais
bon, il n’y a pas de vent en ce moment. L’eau est passée de 12C à Petersburg à 19C dans cette baie. On en profite pour prendre une petite «Alaskan amber» dans le cockpit en regardant possiblement un des derniers caps de neige au loin.  A partir de notre départ de cette baie, les nuages reviennent et la météo commence à ressembler plus au temps normal de la région.

Zimovia bay: Nice little bay not too well protected from the Northwest. But what do we
care, it’s dead calm. The water went from 12C in Petersburg to 19C here. Good time to relax in the cockpit and drink an «Alaskan Amber» while looking at some of the last snow caps for this area. The weather started to go downhill from the moment we woke up in this bay. It is now more typically rainy.




Meyer Chuck: Petite baie habitée avec un quai publique gratuit un peu comme à port
Alexander.  Cette fois-ci par contre, il n’y a qu’un sentier battu recouvert de brin de scie pour relier les maisons. Pour indiquer où se trouve le chemin publique et les chemins privés, les résident on fabriqués des indicateurs très orignaux et comiques en recyclant des objets désuets. Nous avons fait la rencontre d’un couple de voileux avec qui nous avons soupé. Youpy! Des copains! Si jamais vous passez par ici un jour, il faut absolument que vous trouviez une dame du nom de Cassy. Vous lui commanderez des brioches à la cannelle maison avec noix de Grenoble ou des caneberges. Elle les livrera délicieuses et encore chaudes directement au bateau vers 7h am.

Meyer Chuck: Small bay with a few houses and a free public dock like in Port Alexander.
This time however the houses are linked by only a beaten path covered with saw dust. To indicate which path is public and which lead to private houses, the inhabitants built some creative and sometimes funny indicators with recycled materials. We met a couple on another sailboat and shared diner with them. Woohoo! Buddies! If you ever come this way, you have to find a women by the name of Cassy. You will order from her some homemade cinnamon buns with walnuts or cranberries. She will deliver them straight to the boat warm, sticky and delicious at 7 am.

Ketchikan: Après les thèmes de la Russie à Sitka et de la Norvège à Petersburg, ici on
trouve la ville Western en souvenir des rués vers l’or. Même le ship chandler vend des assiettes en tôle et même en plastique pour ceux qui penserait encore pouvoir s’enrichir en brassant le sable des rivières.  En bons Nord-Américains modernes, ils ont transformé le chic bordel en musée.  Il y a beaucoup de trafique de bateaux de croisière et d’avions devant la ville. Le mouillage n’est donc pas recommandé. Il y a deux possibilités de ports pour les petits bateaux en transit qui sont gérés par le même bureau.

Bar Harbor est plus loin de la partie touristique de la ville mais près de l’épicerie, des douches, de la buanderie et du centre d’achat.  Thomas bassin est en plein centre de l’action touristique mais loin du reste. Pour un gros dollars, il est possible de prendre un autobus qui se promène entre les deux. On a fait quelque chose que nous n’avions pas fait depuis très longtemps et ça commençait à paraître.... se faire couper les cheveux par une vraie coiffeuse!

Ketchikan: After a taste of Russia in Sitka and of Norway in Petersburg, here we land in a western town in memory of the gold rushes. Even the ship chandler sells metal or plastic plates for those who still believe that they could make it rich
by shaking the sand in the rivers. In good modern North Americans, the brothel is now a museum. Lots of cursing ship and seaplane traffic in front of the town so not a good place to anchor. Docking in two harbours is possible. Both are managed by the same office. Thomas basin is close to the downtown area and the tourist stops but far from the showers, the Laundromat, the grocery store and the liquor store. In Bar Harbour you are close to the latter and a couple of miles from downtown. For a buck, a bus will take you from one to the other. We did something here that we had not done in a very long time and it was really starting to show.... we got a haircut by an actual hairdresser!

Ainsi se termine notre périple en Alaska. L’endroit a répondu à nos attentes. Nous vous laissons sur un petit film en hommage aux saumons qui sautent en Alaska et dédié à Karine, la fille à Gaston, pour son amour du saumon.

This is the end of our trip to Alaska. I was everything we were hoping it would be. We will leave you with a short film in tribute to the jumping salmon of Alaska. We dedicate this film to Karine, Gaston’s daughter, who just loves salmon.




Allez voir les photos:
Go see the pictures:


Tuesday, August 13, 2013

En/In Alaska de/from Sitka à/to Angoon 20-07-2013 à/to 06-08-2013

Ce qui est écrit en bleu est en Français
For English read in red. 

Cré moi, Cré moi pas, que’que part en Alaska, y’a un phoque qui s’ennuie en maudit... C’est pas vrai! Regardez moi tous ses chums!


Apologies to the Anglophones this text starts with the beginning of a French Canadian folk song which could be loosely translated has: «Believe me, believe me not, somewhere in Alaska there is a seal who is very lonely...» 
Wrong! Look at all the friends he has



Ha! Ces Américans! Ils en font toujours plus! Nous avons des hirondelles sur nos mâts et eux ont des aigles. Des ratons fouillent dans nos poubelles et eux ont des ours bruns. Il faut partager les mouillages avec des baleines. Les saumons sautent de partout et presque directement dans les assiettes. Même les mouches sont de la grosseur d’un colibri.

Ahhh! These Americans! They always have to do everything bigger! We have sparrows perched on our mast, they have eagles. Raccoons go through our garbage but they have grizzlies in theirs. We have to share the bays with humpback whales. The salmon jumps everywhere and straight in our plate. Even the flies are the size of a small bird.

Maintenant un petit tour des potins  : ici, ça parle de pêche. Dans les restaurants, les magasins, les rues et sur les pontons, nous n’entendons que des histoires de pêche. Si quelqu’un ne peut pas leur en parler ou pêcher, il a le même effet sur eux que s’il était un petit bonhomme vert. D’ailleurs, la saison est excellente particulièrement pour le saumon. C’est une année de météo exceptionnelle ; trois semaines sans pluie c’est du jamais vu. Excellent pour nous mais moins bon pour la reproduction des saumons qui meurent avant d’avoir réussi à remonter les rivières car l’eau est trop chaude et basse. Les baleines sont moins nombreuses que l’année dernière mais il y a beaucoup d’ours. 


Now for the gossip... Here, they talk about fishing. On the docks, on the streets, in the restaurants and in the stores all we heard are fishing stories. If you can’t talk to them about it or do it, you have the same effect on them as being a little green Martians. So this year is a great season for the fishing particularly for the salmon. The weather is exceptional; three weeks without rain is unheard of around here. Good for us but not so good for the reproduction of salmon. They’re not making it to fresh water to lay their eggs because the water is too warm and shallow. Less whales this year but more bears. 































Examinons le cheminement que nous avons fait jusqu’à maintenant. Notez que le terrain de jeu est vaste. Il y tellement de possibilité de mouillage que nous ne savons plus trop où donner de la tête. Nous pensions acheter un guide à notre arrivé à Sitka mais ce n’est pas évident à trouver.  Alors, nous partageons les mouillages où nous avons été pour faire part de notre expérience et non car nous croyons que se sont nécessairement les meilleurs endroits où aller. Partout où nous avons mouillé l’ancre, nous étions très bien protégés avec une bonne tenue de fond quoique assez profonde (60-70 pieds).  Notre guindeau manuelle demande du jus de bras!


Let’s check out where we have been. Note that the play ground is very large. So many possibilities that we didn’t know where to start. We hoped to buy a sailing guide in Sitka but that turned out more complicated than expected. So we are sharing the following information has our experience and not necessarily has the best places to go. Everywhere we anchored, we were more than well protected and the hold was very good but deep (60-70 feet). Our manual windlass required much muscle strength!

Sitka: Charmant petit village. Pour les navigateurs, l’épicerie, liquor store, buanderie et shipchandler sont tous à 2 ou 3 coins de rue de la marina et quai à essence à la marina. Pour le tourisme, ils misent beaucoup sur leur héritage Amériendien et Russe et les batailles entre les deux. Nous avons visité le parc de totem et l’église russe orthodoxe. Deux couples de voileux nous ont donné des filets de King, du saumon rose fumé et du black cod pour
débuter notre dégustation du poisson d’Alaska. Le plus impressionnant de l’île Baranof où se trouve Sitka est le nombre de montagne enneigé. Ce type de paysage est vu sur la côte habituellement, pas sur une île.  La température ne va jamais sous zéro même en hiver. Les saumons sautent de partout!



Sitka: Charming village. For the sailors, the grocery store, liquor store, ship chandler and Laundromat are all 2 or 3 street corners away. For the tourist, they center on their Native and Russian heritages and the
fights between them. We visited for example the totem park and the Russian Orthodox Church.  Two local couples with sailboats gave us some filets of King, smoked pink and black cod so we can start tasting the fishes of Alaska. What is most impressive about Baranof Island where Sitka is located is the number of snow capped mountains. This type of scenery would be expected on the coast not on an island. The temperature never goes below zero even in winter because of the Japanese current. The salmons jump everywhere!


Kluckevoi Bay: Nous avons croisés plusieurs otaries en chemin qui se laissaient
tranquillement flotter avec les pattes sorties de l’eau. À l’entrée de la baie se trouvait 2 ou 3 baleines à bosse avec des jets bruyants. Sur la droite il y a des sources chaudes. Pour aller au fond de la baie, il faut passer entre deux gros cailloux. Les guides disent de coller celle de gauche mais il faut pas coller trop proche car il y a une partie submergée qui pourrait égratigner la peinture. Heureusement, nous l’avons
remarqué à temps!

Kluckevoi bay: On the way, we crossed many sea otters floating lazily with their little paws out of the water. In the entrance of the bay, we saw 2 or 3 humpback whales with very loud sprays. On the right are warm springs. To anchor in the most protected area of the bay, we have to go between two rocks. The guide says to pass close to the one on the left to avoid the one on the right. But not too close apparently because there is a submerge part to the rock that could scratch the paint job. Fortunately, we noticed in time!


Port Banks: La pêche commence par des poissons crapeaux! C’est pas ça qu’on
veut! Heureusement, elle se fini par deux saumons roses. Nous ne sommes pas les seuls à attraper du poisson. Les ours bruns ont leur endroit désigné en haut de la chute à marée haute. Nous ne savons pas si c’est les ours ou l’hydravion qui s’en vient directement vers notre annexe qui est le plus impressionnant. Pour finir, une loutre de mer est venue tellement proche que j’ai été trop surprise pour prendre une seule photo.

Port Banks: Our fishing experience starts with frog fishes. That’s not what we want!!!! Fortunately, it ended with two pink salmons. We are not the only ones catching fish. The grizzlies have their
designated spot on top of the water fall at high tide. We don’t know what is the most impressive; them or the seaplane coming straight for our little dinghy. We also saw an otter from so up close that I was too surprise to take pictures.



A date, nous trouvons qu’il manque un peu de confrère.  Quand nous avons des voisins, il ressemble à ceci: 
Notez que le propriétaire du Evviva et sa femme sont venus nous dire bonjour. Ils n’ont pas souvent de voisin non plus!

So far, we find that fellow sailors are missing. When we have neighbors, they usually look like this: (see above)

Note that the owner of the Evviva and his wife who are the owners of Westport shipyard stopped by to say hello. 





Port Alexander: C’est même pas un village. Il n’y a pas de rue, d’électricité ou
d’épicerie mais les habitants sont bien heureux de nous offrir l’internet. Le quai public est gratuit et on peut manger hot dog et hamburger au seul restaurant: «Problem corner cafe». Dans cette baie ou il doit y avoir un maximum de 50 habitants et rarement de touriste, tous le monde est amical. 
Port Alexander: It’s not even a village. They have no streets, no electricity and no grocery store but they are happy to offer us the internet. The public dock is free and we can eat hot dogs and hamburgers at the only restaurant: «Problem corner cafe». In this bay with 50 residents at the most and not many tourist, everybody is very friendly.


Port Armstrong: Le guide disait que nous pouvions nous ancrer en face d’une
ancienne manufacture de baleine et d’huile de hareng désaffectée. Surprise!!! Elle a l’air pas mal en vie! Que faire? Nous décidons d’aller nous installer dans le fond de la baie. L’ancre vient à peine de toucher le fond que le gérant de l’entreprise, Ben, vient nous voir pour nous souhaiter la bienvenue et nous offrir une visite. Nous acceptons et allons faire un tour le lendemain matin pour apprendre que c’est maintenant un organisme à but non lucratif qui élève des saumons. Nous arrivons juste au moment ou ils fertilisent des oeufs de saumons chums. Ce fût très éducatif. Ensuite, nous avons eu la chance de voir une famille d’aigle avec trois générations; un adulte, un jeune de 2-3 ans et un autre de 1-2 an. Entre temps, Gaston nous attrape un cohoe ou saumon argent de 24 pouces très sanglant. Il en met partout à tribord. Juste comme nous le croyons
mort, il donne un dernier coup de queue et glisse entre les mains de Gaston. Arrivée à l’eau, il se met à couler pendant que nous courons frénétiquement pour trouver quelque chose pour le rattraper. Nous abandonnons car nous ne le voyons plus et au même moment, il se met à remonter. Oups, il redescends. Attends! Il remonte! Nous finissons par l’avoir avec la gaffe et le crochet. Ouf! il fait chaud en Alaska! Au moins là, nous avons notre histoire de pêche! 


Port Armstrong: The guide says that we can anchor in front of an old closed whale
or herring oil plant. Surprise! It looks very alive to us! What to do? We decide to go anchor in the back of the bay. The anchor as barely touched the bottom when Ben, the plant manager, comes to welcome us and offer us a visit. We take him up on it the next morning and find out that it is a nonprofit private hatching plant. We arrived just in time to see them harvest and fertilize chum salmon eggs. It was very educational. After, we got to observe a family of eagles with three generations: an adult, a young of 2-3 years and another of 1-2 years. Meanwhile, Gaston catches a very bloody 24 inches silver salmon or coho. It dripped blood all over the starboard side of the boat. Just as we thought it was dead, it slapped its tail one last time and slipped out of Gaston’s hands. Once in the water, it started
to sink while we were running like crazy to find something to catch it with. We gave up because we couldn’t see it anymore but at the same moment, it started to come back up. Oups! It’s going down again! Wait! It’s coming back up! We finally managed to catch it with the gaffe and a hook. Fiew! It’s warm in Alaska! At least now we have our own fishing story!




Tebenkoff bay: Petit changement d’île, question d’aller reluquer ce qui se passe
de l’autre côté du canal. Il y en aurait pour des semaines à découvrir toutes les possibilités de mouillages dans cette baie. Sans compter que le fond est moins profond (20-30 pieds) et en vase. Super mouillage de mauvais temps. Nous avons vu plusieurs baleines à bosse à l’entrée dont une qui a sauté hors de l’eau et d’autres qui plongeaient la queue en l’air. Dans la baie, les otaries nous observaient de loin. Nous croyons d’ailleurs que l’un d’eux est venu voir de plus près quand nous étions rentrés pour la nuit. Il y a eu un gros plouf! à côté du bateau. Plus gros que ceux fait par les saumons. Ai-je mentionné que les saumons sautent partout!

Tebenkof bay: Small change of Island just to see what is happening on the other
side. It would take weeks to discover all the anchoring possibilities in this bay. Also, the water is not as deep (20-30 feet) and bottom is of mud. Great anchorage in bad weather. We saw many humpback whales at the entrance. One even jumped out of the water. Others dove with their tails up in the air. In the bay, the sea otters where observing us from far. Although we suspect that one came for a closer look after we turned in for the night. We heard a big splash next to the boat. Too big to be a salmon. Did I mention that salmons jump up everywhere around here?



Red bluff bay: Wow! La cascade est superbe ainsi que les glaciers qui la
surmontent. Les alques pâles pataugent autour du bateau. Les saumons sautent partout. Gaston en attrape un rose. L’eau est clair et nous donne le goût de nous baigner mais la température et les méduses nous font vite changer d’idée. 

Red bluff bay: Wow! The waterfall is magnificent and so are the glaciers in the back ground. The Kittlitz’s Murrelets swim close to the boat. The salmons jump everywhere. Gaston caught another pink. The water is clear and makes us want to go for a swim but the temperature and the infinite amount of jellyfish makes us change our minds.



Baranof warm springs: Cette baie est plus touristique. Le quai publique dans le
fond de la baie est plus achalandé. La chute est visible du bateau. Dans le village, il y a des bains dont l’eau provient des sources chaudes. Un chemin qui mène aux sources chaudes et au lac qui est la source de la chute. Pas difficile et pas long comme marche mais peut être boueuse après une pluie. Il faut pas oublier de faire du bruit pour éloigner les ours. Aucun approvisionnement n’est possible.  
Baranof warm spring: This is more of a tourist attraction. The public dock is busier than the others visited so far. The waterfall is visible from the boat. In the village, it is possible to wash in the public bath with water coming from the warm springs. A trail leads up to the springs and to the lake beyond which is the source of the waterfall. Not a difficult or a long walk but it can get muddy after rain. We can’t forget to make some noise to warn the bears we are coming. No provisioning available.


Ell Cove: Petite baie très tranquille avec des saumons qui sautent partout et une parade de mamans ours bruns avec leurs petits. Tout d’abord une grosse maman avec trois petits qui sont venus, disparus et revenus pendant au moins une heure. Ensuite, une mère plus jeune avec un seul petit qui n’a fait que passer. Un aigle a, pendant un bon moment, observé les techniques de pêche de Gaston mais est parti car celui-ci n’attrapait rien. Peut-être que s’il avait su parler
français, il aurait pu lui donner quelques conseils. Des drôles de bibittes remonte sur la chaîne. Nous avons découvert plus tard que c’est une étoile de mer même si elle avait une vingtaine de pattes (toujours plus gros ! ).

Ell Cove: Very small quiet cove with salmon jumping everywhere and a parade of mommy brown bears with their cubs. First, a very big mommy came, left and came back again with her three
cubs for about an hour. Then, a younger one passed by with only one cub. An eagle was observing Gaston’s fishing technique but got bored when he saw he wasn’t catching anything. Maybe if he could have spoken French he would of given Gaston a few pointers. Weird creatures come up with the anchor. We found out later that it is a sea star even if it has about twenty legs (always bigger!).



Angoon: Une autre surprise! Le guide nous disait qu’il y avait un quai d’essence
du côté ouest de ce village donc pas besoin de faire le tour de la pointe mais le quai est en fait à l’intérieur de la baie. Vous allez penser que c’est pas si grave ; il n’y a qu’à faire le tour. Pas tout à fait car il y a un rapide avec du courant pouvant atteindre jusqu’à 7,5 noeuds dans un passage truffé de récifs. Bien sûr, nous sommes arrivés presque qu’au plus fort du courant car nous n’avions pas planifié entrer. Et bien, nous avons fait des zigzags devant l’entrée en singeant les pêcheurs à la traine. Les gens d’ici, de la tribut des Tlingits, ne laissent personne marcher. Quand nous sommes partis pour aller visiter le village, à peine avions nous mis le pied sur la route que la première voiture s’arrêtait pour nous offrir de nous embarquer. Au retour, la même chose mais cette fois-ci la voiture roulait dans le sens inverse. Nous leur avons dit : «Mais, vous n’allez pas vers le village?» Ils ont répondu: «C’est pas grave, nous irons après.» La dame nous a demandé pourquoi venir de si loin pour visiter Angoon. Bonne question ! Pourquoi pas ? L’île au complet est
un monument national alors nous sommes venus voir pourquoi. La dame a fait parti de ceux qui ont rédigé la demande. Elle me dit qu’ils voulaient protéger les arbres. En effet, de grosses compagnies de coupe de bois menaçaient de s'installer sur l’île et faire une coupe à blanc.  C’est la seule démarche qu’ils ont trouvé pour les arrêter.  Ils sacrifient la possibilité d’un développement économique pour protéger leur environnement car aucune autre compagnie ne pourra s’installer sur l’île. Impressionnant ! Un couple en vacance avec leurs filles nous ont fourni des renseignements utiles et donné du crabe Dungeness frais. Avec un peu de beurre, ce crabe donne envie de s’installer en Alaska !

Angoon: Another surprise! The guide said that there was supposed to be a fuel dock on the west side of the town so we didn’t have to go around to the inside of the bay.  In fact, the dock is inside the bay. You might be thinking that it’s no big deal; that we just have to go around the corner. Not quite! There is a rapid with up to 7.5 knots of current. Of course, since we were not planning on entering we didn’t time our arrival and we arrived almost at the top current speed. So we waited for the tides to change and the current to calm down. The people from the Tlingit tribe who live here don’t let anybody walk. When we got onto the road heading for the village, the first car to pass by stopped to offer us a lift. Same thing on the way back except the car was on the opposite side of the road. I said: «Aren’t you heading for the village? » They answered: «No matter, we’ll go later. » The woman in the car asked us why we would come all this way to visit Angoon.
Good question! Why not? The entire island is a National Monument and we wanted to find out why. She said they wanted to save the trees. A big lumber company wanted to come over and cut them all down. The only way they found to prevent it, is to petition to become a monument. They are sacrificing their economic growth because no other plant will be able to come here to save their threes. Hats off! A couple on vacations with their daughters gave us some useful information and some Dungeness crab. This crab fresh and served with some butter might make me move to Alaska.
À suivre...
More to come... 


Une petite idée de l’immensité du paysage... trouvez Bidule sur cette photo.

To give you an idea of the immensity of the surrounding, try and find Bidule in this picture. 



Allez voir plus de photos en cliquant sur le lien suivant...  Ça vaut la peine. 
For more pictures, follow this link... it’s worth it.