La/the route

La/the route

Wednesday, July 20, 2011

L'arrivée aux Iles du Salut

Nous sommes aux Îles du Salut en Guyanne Française depuis deux jours. Les vents durant la traversée ont été très changeant surtout en intensité passant de 0 à 20 noeud. Ceux-ci provenant généralement du sud-est, nous avons fait le voyage surtout au portant; tantôt au grand largue, tantôt vent arrière avec les voiles en ciseaux et quelque fois au spi. Plusieurs grains sont venu nous entourer surtout durant les dernières nuits. Gaston nous a pêché un thazard rélé au début du voyage. C'était la première fois que nous avions l'honneur de manger de se magnifique poisson rayé ayant une chair succulente. Juste avant notre arrivé, il a aussi attrapé une bonite dont nous avons dégusté la chair rouge avec plaisir à notre arrivé à l'ancre. Notre traversé fut tranquillo (j'ai pas tout à fait décroché des expressions brésiliennes); pas beaucoup de cargo, de dauphin, de pêcheur et de vent. Les derniers 120 miles sur 1415 miles nautiques se sont fait au moteur et le voyage complet a pris 11 jours. Les Îles du Salut font une bonne première impression. La tenue de l'ancre est bonne dans la vase. Nous avons vu plus d'animaux sauvage en un après-midi sur l'Île Royale qu'en cinq mois au Brésil. Plus d'informations vous parviendront sur les îles lorsque nous serons a Kourou dans quelques jours...

Arrival at the Salut Islands

We have been anchored in front of Royal Island in the Salut Islands for two days. While crossing, the wind varied often in intensity from 0 to 20 knots. They were mostly south-easterly which meant we spend most of the trip with the wind on our backside. So light it was on some days that we used only the spinnaker. Some rain showers came to us especially on the last two nights but nothing too violent. Gaston caught a thazard rélé (please use a translator and let me know what it's called in English. I don't have the internet) at the beginning of the trip. It was the first time we experienced eating this stripped fish with excellent meat. Right before we arrived, Gaston also caught a red tuna. We were delighted to savor it when we arrived at anchor. The crossing was tranquillo (still can't get rid of all the Brazilian expressions); not many cargo ships, fisherman, dolphins and wind. The last 120 miles out of 1415 nautical miles where done with the engine. The entire trip took us 11 days. The Salut Islands make a good first impression. The anchor is holding very well in mud. We have seen more wild animals in one afternoon here than in five months in Basil. More to come when we are in Kourou in a couple of days...

Wednesday, July 6, 2011

Macéo (English)

When we left Jacaré, we had no intentions of stopping along the way but we used up our entire diesel reserve since there was no wind. So we decided to stop at Macéo to fill up. We didn’t regret it! The yacht club lets us use a mooring, the showers, the internet and the water free for two or three days and everybody is very helpful. The fisherman will give you a ride to the shore and back for a few bucks or the dinghy can be left inside the wall of the yacht club. The fishing village next to the club is a place were one should be careful. Like in the rest of Brazil, this is a good example of the very rich next to the very poor. On one side of the street, a bank employee is going to work dressed in a suit and on the other, a fisherman’s wife is washing clothing in hole filled with water in a parking lot. Actually, here is a story about the fishing village:
Once upon a time, two sailors that needed to fill their diesel tank by going back in forth to the gas station with jerry cans were waiting for traffic to stop so they could cross the street in front of the fishing village and the yacht club. One the other side of the street, in the village, a man and a woman were exchanging loud words. The navigators didn’t speak the language well enough to know exactly what they were saying but could guess it wasn’t luvy duvy stuff. Then, the woman who’s arm had been hiding behind a wall until then, pull the arm out to show the man she had a machete and was ready to use it. In return, he picked up a rock and shouted something back while waving the rock above his head. She yelled back showing the machete again and he yelled with the rock again. This went on for a few more minutes until a third party showed up and calmed both of them down. He seemed to be use to it.. All the while, the female sailor who notices all that was going on wasn’t too exited about crossing the street. But he, who was too busy trying to get the buggy with the jerry cans down from the sidewalk to the street to notice the weapons, crossed the street and passed in the middle of the two completely oblivious. It’s nice to not always notice everything! In case you are wondering, the sailors were Gaston and I.
We did meet less dangerous people. In the small food buffet restaurant that was close by, the owner would come up to us everyday to show us what we absolutely had to try on that day. While on the way to finding restaurants on a Sunday were everything was closed, we ended up in the practice hall of a percussions band. The teenagers were nice enough to give us a tour. In return, we bought a couple of T-Shirts. When we left Macéo, we notice that the wind could be found near the shore. By staying close, we had wind all the way to Salvador.

Macéo en Français

Quand nous avons quitté Jacaré, notre intention était d’aller directement à Salvador mais il n’y a pas eu de vent entre les deux alors nous avons manqué de diesel. La décision a donc été prise de faire un arrêt à Macéo pour faire le plein. Nous n’avons pas regretté! Le Yacht club nous laisse nous amarrer à une bouée, prendre des douches, faire de l’eau et utiliser l’internet gratuitement pendant deux ou trois jours et toutes leur équipe est très serviable. Les pêcheurs offrent en échange pour quelques réais de faire la navette entre le bateau et la rive mais ont peu aussi utiliser notre annexe et le laisser à l’intérieur des murs du club. Il faut dire ici que le village de pêcheur autour craint un peu mais la ville est très bien. Comme le reste du Brésil, les très pauvres côtoient les très riches. Sur une rue l’employé de Banque va travailler en habit et sur la rue d’à côté, les femmes font leur lavage (lessive) dans un trou d’eau en plein milieu d’un stationnement. D’ailleurs une petite anecdote sur le village des pêcheurs...
Il était une fois, deux navigateurs qui devaient remplir leur réservoir de diesel en faisant des aller retours à la station de service avec leurs jerricans. Lors d’un voyage de retour, ils attendaient sur le terre-plein d’un grand boulevard en face du village des pêcheurs et du yacht club que le trafique cesse afin de traverser. Pendant ce temps, de l’autre côté de la rue, un couple qui semble bien intoxiqué même s’il n’est pas encore midi se crient des paroles que nous ne comprenons pas mais que nous devinons ne pas être des mots d’amour. La femme qui avait un bras caché derrière le mur jusqu’à maintenant, le sort pour menacer son conjoint à l’aide d’une machette et ensuite le cache de nouveau derrière le mur. En réponse, le conjoint ramasse une pierre et la menace en faisant signe qu’il va lui cogner sur la tête. Elle répond en son tour en montrant brièvement la machette de nouveau. Ceci continue pendant seulement quelques minutes jusqu’à ce qu’un voisin décide de s’en mêler et calme les deux sujets. Il semblait habitué... Pendant ce temps, sur le terre plein, la navigatrice a observé toute la scène et n’est pas certaine de vouloir traverser. Lui par contre était trop occupé à faire descendre le diable avec les jerricans dans la rue pour avoir remarqué quoique se soit et il traverse la rue comme si de rien était tout en passant directement entre les deux. C’est bon de pas toujours tout remarquer! Au cas où il y aurait des doutes, les navigateurs étaient bien Gaston et moi.
Nous avons aussi fait des rencontres moins dangereuses. Dans un petit restaurant au kilo, le propriétaire aimait venir nous dire ce qu’il ne fallait absolument pas manquer de son buffet à chaque midi. Pendant que nous marchions sur la rue en quête d’un restaurant ouvert le dimanche, nous sommes tombé sur une troupe de percussion. Les adolescents fort sympathiques nous ont fait visiter leur local de pratique. En échange, nous avons acheté une couple de T-shirts pour les encourager. En quittant Macéo, nous avons réalisé que finalement le vent se trouvait proche de la rive. En restant tout près, nous avons eu du vent jusqu’à Salvador.

Sunday, July 3, 2011

Jacaré (Part II)

First note that I often use in my writing the terms Brazil and Brazilians in general. In fact, we only partially visited four of the twenty six States of Brazil and all of them are in the North-East. This is a huge country. It’s almost as big as Canada but with 10 times more people. So what applies to the regions we visited doesn’t necessarily apply for the other regions of Brazil. The same way Montreal isn’t the same as Vancouver. For example, it was very easy for us to get a 90 day extension so that we could stay for 180 days in the country. However, we have heard rumors that the same extension is harder to get in the south of Brazil. Different States, different rules. I will keep using the general terms so please keep in mind I mean the North-East.
As you will see in further writing, an interesting subject in Brazil is the people. We have stories after stories of very generous and helpful Brazilians. For example, in Jacaré, we attempted to return our fresh water maker to the US to have it fixed. I say attempted since we never succeed because of complicated custom rules. It made its way back to Canada in Gaston’s sister’s suitcase. Anyway, to return it, we needed a box, tape, bubble wrap ...

so we set out to find it all. We were very happy to find that all the merchants we visited took the time to understand our very poor Portuguese and answer vvveeerrryyy sssllloooowwwllly so we could understand their response. You might say that is just basic politeness and that might be true but what makes the Brazilians special is that if they didn’t have what we were looking for, they would explain to us exactly were we could get it. To top, now that they knew what we were looking for, they would write it down in Portuguese on a piece of paper so we could show it to the next merchant. Very sweet! Our only regret was to not speak better Portuguese to get to know them better. We also have to mention Francis, one of the marina owners, and his wife, Christine. They go to much trouble to make navigators feel welcome. When Gaston had a tooth ache, Christine set everything up for him and translated. They joined us at the Carnival and the St-John celebrations. Their presence was much appreciated.
A few quick remarks for sailors... Brazil is not a good place to have parts shipped to you. The customs are complicated and the tax on imports is 100%. It’s also not a very good place to buy parts that are not made in Brazil because of the same tax. And, as we found out, not a good place to ship from. Customs will request all sorts of documentation in Portuguese to justify the export. For the navigation on the Paraiba, the entrance at Cabedelo is pretty straight forward. The buoys show the way but ideally, one should go up the rest of the river in day light and on rising tide because of current. It is possible to anchor in front of Cabedelo to wait for light or the tide. A dredger always seems to be working in the entrance of the river. Be careful because it’s big and it changes direction often. There are also some boats that cross regularly for one coast to the other to watch out for. There is space to anchor a bit everywhere in front of Jacaré or you can go to the marina. If you want to get more wind and fewer mosquitos, anchoring is recommended. The marina offers a price to dock your dinghy and use their services. The one annoyance of Jacaré is the bugs that bite. Much bug spay is needed and good nets.

I added another photo montage to the web site. This one is on Jacaré and the surroundings. You can find it at http://bidule.micro.org/Site/Jacare.html.

Jacaré (suite)

Une petite note sur mes textes sur le Brésil. J’utilise souvent le Brésil ou les Brésiliens en général. Nous avons seulement visité une petite partie de quatre sur vingt six États du Brésil, tous au Nord-Est. C’est immense comme pays... Presque aussi grand que le Canada mais avec dix fois plus d’habitants. Donc ce qui est écrit sur le Nord-Est ne s’applique pas nécessairement aux autres régions tout comme Montréal n’est pas comme Vancouver. Par exemple, il a été facile pour nous d’obtenir un extension de 90 jours pour pouvoir rester au Brésil pendant 180 jours en tout. Par ailleurs, nous avons entendu des rumeurs que ce n’est pas aussi facile d’obtenir la même extension au sud du Brésil. Différents États, différents règlements. Je vais continuer à utiliser les termes généraux donc gardez en tête que je parle du Nord-Est.
Comme vous allez voir dans plusieurs des textes que je vais écrire dans le futur, un sujet très intéressant du Brésil est le peuple. Nous avons histoires après histoires de Brésiliens qui ont été généreux et aidant avec nous. Par exemple, à Jacaré, nous avons essayé

d’envoyer notre désalinisateur au États-Unis pour réparation. J’écris essayé car il est finalement retourné au Canada avec le concours de la soeur de Gaston parce que l’envoyer par colis était trop compliqué à cause des douanes. Donc nous avions besoin d’une boîte, du ruban, du rembourrage, etc. et nous sommes parti à la recherche de ces articles. Et bien, chaque marchand rencontré a fait de grands efforts pour comprendre ce que nous voulions et nous répondre ttttrrrèèèèssss llleeennnttteeemmmeeennnttt pour s’assurer que nous comprenions la réponse. Vous allez peut-être dire que c’est seulement un peu de politesse de base. C’est peut-être vrai mais, ce qui rend les brésiliens encore plus spéciaux est que si ils n’ont pas la marchandise demandée, ils nous indiquent exactement où aller la trouver. De plus, lorsqu’ils avaient compris ce que nous voulions, ils nous l’écrivaient sur un bout de papier pour que nous puissions le montrer au prochain marchand. Nous avons souvent regretté de ne pas mieux parler portugais pour pouvoir discuter plus avec eux. Il faut aussi parler de Francis, un des deux propriétaires de la marina, et Christine, sa femme. Ils se donnent beaucoup de peine pour aider les navigateurs. Gaston a eu un problème avec une dent et c’est Christine qui a pris pour lui le rendez-vous chez la dentiste. Elle a aussi servi de traductrice. Ils ont aussi participé à plusieurs activités avec nous dont le Carnaval et la Saint-Jean. Leur présence fut bien apprécié.
Quelques petites notes rapides aux navigateurs... Brésil n’est pas le bon endroit pour se faire livrer des pièces d’équipement. Les douanes imposent une taxe de 100% sur l’importation. Ce n’est pas non plus un bon endroit pour acheter des pièces qui ne sont pas fabriqués au Brésil car la même taxe s’applique. Retourner de l’équipement est aussi presque impossible. Les douanes veulent savoir exactement pourquoi le matériel est retourné par écrit et en portugais. Pour la navigation sur le Paraiba, l’entrée sur Cabedelo se fait bien. Les bouées indiques bien le canal à prendre mais idéalement, il est préférable d’arriver de jour à la marée montante. Si l’arrivée est faite de nuit, il est recommandé de mettre l’ancre en face de Cabedelo et d’attendre au lendemain pour remonter jusqu’à Jacaré. Il y a un dragueur qui se promène dans le chenal d’entrée. Il faut faire particulièrement attention car il est gros et change souvent de direction. Attention aussi aux traversiers entre Cabedelo et la rive opposée. Il y a de la place pour mouiller un peu partout en face de Jacaré ou vous pouvez aller sur pendille à la marina. Le mouillage est pratique si vous arrivez l’été et que vous voulez avoir plus d’air et moins de moustiques. De plus, la marina offre un forfait pour utiliser ses services tout en étant au mouillage. Le bémol de Jacaré c’est les moustiques. Plein, plein, plein. Ça prend beaucoup de stuff à bibite et de bons moustiquaires.
J’ai ajouté un autre montage sur le site web. Celui-ci est de Jacaré et des environs. Vous pouvez le trouver au http://bidule.micro.org/Site/Jacare.html.