La/the route

La/the route

Wednesday, February 16, 2011

Crossing from Senegal to Brazil

It all started well when we left the Casamance ont Feburary 19th with a wind of10-15 knotts from the NNE. For the first six day, we moved broad reach at 5-6 knots. Then we arrived in the doldrums. In case you don’t know, the doldrums an Intertropical convergence zone located around the equator. In this zone, one will usually find thunderstorms and little wind coming from different directions. The cloud formations are usually quite impressive. It’s usual spand is 200-300 nautical miles. So we expected a few days without much wind and thought we could get through them using the engin. In fact, the doldrums this year covered 450 nautical miles. We ended up spending 8-9 days without much wind. We weren’t really worried since we had plenty of water and food to last well over a month. Gaston caught two bonito and two dorados so we had plenty of omega 3. What was I saying? Oh right, the weather was hot and the lack of wind gave us a chance to go swimming. The thunderstoms spared us. We only got a few rain showers. The depressing bit is that everything we downloaded weather preditions, they always showed no wind for the next 7 days. We have a diesel tank of 140 liters and two jerrycans of 20 liters each. In the hopes of finding some wind, we decided to use up the content of the tank to head south. All the way, the wind would come back lightly but enough to sail for some time and then die again so back to the engin we went. When the engin stopped from lack of diesel, a light breezy of about 10 knotts SSE was starting to come our way. Very happily, we raised the sails but the wind died down shortly after. This time, not only was there not enough wind to raise the sails but the current was making us drift NW at 1.4 knotts. Great! We are going back to Canada and at this speed we will be there for next X-mas! We kept on telling each other that we would have to put up with it. However, we have diffenrent definition of the expression. In my can, this means cuddeling with a good book and wainting. In Gaston’s case, in means turning around in circles like a lion in a cage. We even asked a cargo ship to change is route because we didn’t have enough wind to avoid it. During 3 day we wondered if we should knowing we needed the engin to go up a river upon arrival use up on of the jerrycans to do and extra 10 hours towards the south. We took the decision on February 1st to change our heading to the Island of Fernando de Noronha because it’s closer than Jacare and they sell diesel. However, it’s also a natural reserve
which means an expensivetourist trap. On this same day, wecrossed the equator and gave Neptune the traditionnal glass of rhum. Once again, when the engin stopped a slight breeze started to blow in our favor. We managed to sail all night but the wind died again the next morning. Ok! Now were are starting to get impatient! Do you know how you can tell that there is absolutely no wind? You can see the reflection of the clouds in the water! Furthermore, there is no waves but the boat moves from side to side aggresively. Lukely, the wind started blowing at about 10 knotts from the SE a few hours later and did leave us again until we arrived on February 7th. The last night we even had to reduce our sail so that we would go slower and not arrive in the dark. Kind of ironic don’t you think? Finaly, now that we had an established wind, we decided to go back to the original plan of landing in Jacaré. A good decision since we learned on arrival that the cost of staying on the Island of Fernando de Noronha is 120 Euros per night. Ouch! Apparently, it is very nice however.


Traversée entre le Sénégal et le Brésil


Tout a bien commencé à notre départ le 19 janvier avec unvent du NNE entre 10-15 noeuds. Nous avancions pendant les six premiers jours à 5-6 noeuds au grand largue. Ensuite, nous avons rejoint le pot-au-noir. Pour les moins initiés, le pot-au-noir est une zone de convergence entre l’Atlantic Sud et Nord où il y a des orages et plus ou moins de vent de direction variable. Les formations nuageuses y sont assez impressionnantes. Habituellement, celui-ci aurait duré pendant 200-300 mn. Donc, nous nous attendions a quelques jours sans vent et nous pensions pouvoir palier à ce manque avec le moteur. Cependant, il a duré sur plus de 450mn. Nous nous sommes donc retrouvés dans la pétole pendant 8-9 jours. Nous n’étions pas inquiet car nous avions assez d’eau et de nourriture à bord pour beaucoup plus d’un mois. Gaston a pêché deux bonites et deux grosses dorades coryphènes donc ce n’est pas les oméga 3 qui manquaient.
Qu’est-ce que je disais jà? Ah oui, la température était chaude et le manque de vent permettait la baignade. Les orages nous ont épargné. Nous n’avons seulement eu droit qu’à quelques averses. Par ailleurs, le point décourageant était que les prévisions météo n’annonçaient toujours pas de vent pour les sept prochains jours. Nous avions un réservoir diesel de 140 litres plein et deux jerrycans de 20 litres chacun. Dans l’espoir de trouver du vent, nous avons décidé d’utiliser le diesel dans notre réservoir pour faire une route vers le sud.Tout au long, le vent revenait pour de courtes périodes de temps nous permettant de remettre les voiles pour ensuite retourner au moteur. Quand le moteur a finalement arrêté faute de diesel, un brise d’une dizaine de noeud du SSE était en train de s’établir. Tout heureux, nous avons hissé les voiles mais le vent est retombé aussitôt. Cette fois-ci, non seulement il n’y avait plus de vent au point où toutes nos voiles étaient affalées mais le courant nous faisait dériver vers le NO à 1,4 noeuds. Ça y est, nous retournons au Canada et à cette vitesse, nous y serons pour Noël!!! Nous nous disions que nous devions faire avec. Quoique nos définitions de l’expression sont un peu différente. Pour moi, c’est de m’assoir confortablement avec un bouquin pour Gaston c’est de tourner en rond comme un lion dans une cage. Nous avons même demandé à un cargo de changer sa route car nous n’avions pas assez de vent pour l’éviter. Pendant 3 jours nous nous sommes demandés si nous devrions utiliser un jerrycan pour faire un autre 10 heures de moteur sachant entre autre que nous avions besoin du moteur pour remonter la rivière à notre arrivé. La décision est prise le premier février, nous ferons route sur l’île Fernando de Noronha car elle est plus prêt que Jacaré et ils ont du diesel. Par ailleurs, c’est une île protégée et un attrape touriste qui va nous coûter cher. Cette même journée, nous avons passé l’équateur pour le première fois tous les deux et nous avons offert le traditionnel verre de rhum à Neptune. Une nouvelle fois, quand le moteur c’est arrêté, le vent c’est levé. Cette fois-ci nous avons passé la nuit à voile mais le lendemain matin, il est tombé de nouveau. OK! Là on commence à en avoir notre casque! Savez-vous comment on sait qu’on est vraiment dans la pétole? Quand on peut voir les reflets des nuages sur l’eau! De plus, il y avait une longue houle qui incitait le à se balancer assez agressivement d’un côté à l’autre. Par grâce, un vent d’une dizaine de noeuds s’est mis à souffler du SE quelques heure plus tard et ne nous a
pas abandonné jusqu’à notre arrivée le 7 février. La dernière nuit nous avons même dû prendre des ris pour ralentir notre course car nous ne voulions pas arriver dans le noir. Un peu ironique, non? Finalement, nous avons décidé vu que nous avions du vent établi de reprendre le cap original et d'atterrir à Jacaré. Une très bonne décision car nous avons appris à notre arrivé que de rester à l’île de Fernando de Noronha coûte 120 Euro par jours! Yikes! Il paraît que c’est très beau par contre.























Friday, February 11, 2011

The Casamance river




Then entrance to the Casamance was not quite relaxing. Waves coming from the East were crashing loudly on the reefs. At one point, we came very close to giving up and going back out at sea so we could wait for a more quiet time. The best time is actually two hours after low tide. However, we put the engine on full power and managed to make it through. On the other side of the reefs, everything becomes quiet. We later learned from some fishermen that they considered the sea to be particularly bad that day. Bruno and Elise from Lakatao were waiting to show us the first anchorage in front of the village of Kochiouane. By the way, somebody told them on X-mas eve that we had already left Dakar and would arrive on the river X-mas morning. They headed towards Kochiouane so they could greet us but on theway they got stuck in a sand bank. After working for a couple of hours to get out, they anchored because it was too dark to move on. So they spent X-mas eve next to the sand bank listening to the festivities in the distance. In the mean time, we were still in Dakar enjoying the X-mas party at the CVD. Oups! :(
It's difficult to decide what to write about this part of our trip because the culture is so different from what we are use that we could write pages and pages. Let's start with we managed to stay 3 weeks in Casamance without being eaten by crocodiles, being robed, catching malaria from insect bites, being attacked by rebels or dying from eating fruits and vegetables. We did however meet interesting people called Diolas who mostly believein sacred woods, sorcerers, fetish, ... and are adorable. They are interested by st rangers particularly the men. They will come and introduce themselves as soon as you walk on land. Some hope that you will give them a beer or a cigarette but most just like to share. We were introduced to many celebrities like Julius Cesar, Moses, Spirit and Sheriff.
They are poor however. The lucky ones have a small solar panel and a battery which might be enough to charge the cell phone, play the radio and light a bulb. Some villages have generators that they use only for special events if they have gas. Running water is very rare. Most get the water from wells or they dig in the fields. Everybody shares the same meal that is served in one bowl using their fingers or a spoon. A typical meal would be fish on rice with onion sauce. On special occasion, they might eat other meats. For example, we were invited in a family for New Years Eve and were fed chicken on macaroni. The also have mango, lemon and orange trees and of course, the monkey bread. More fruits and vegetables are available in towns but are too expensive for the average family.
For the people from Quebec, sailing around the small rivers of the Casamance is kind of like going around the Sorel Islands but much bigger. In each small chanel, there are villages to visit. In Kochiouane, we were invited to a baptism. Gaston showed off dancing. We shared their meal and drank some bunuk. Julian showed us close to Sifoka how he climbs palm trees to gather the sap which will become once it has fermented the light drink called bunuk. In the village, we were greeted buy a bunch of children who like to follow the alouloumes (white in Diola) around while holding them buy the hand. They love to have their picture taken and then watch themselves on the LCD screen. Note that bringing candy is optional but well worth it when you see the expression in their face when they see you pulling it out of your pocket and the dance they do when they have it in their hands. After, we went to visit the women in the rice fields. It's hard work to collect the rice in the burning sun! We stopped by Elinking to buy some fruits and vegetables. Since this is the place where they put out tons of fish to dry, the smell doesn't inspire to stay for very long. When we arrived in Niomoune, we picked up 3 little hitchhikers who were looking for a faster way to get to the village than their row boat. On New Years Eve, we were invited by Anouk (French woman living in Senegal for 5 years) and Justin (from Senegal) to a party in the dark. Everyone brought their Musical instrument. It was more noise than music but still we had fun. Two days later, Gaston and Bruno fixed a solar panel set up that wasn't working at the school. We had many small visitors on the boat in this village. They are very curious. We then visited Kamobeul, Enampor and Seleki were the village camps (African hotels) are built with impluviums. To the roof, they add a cone that goes towards the inside and is open in the middle to let water and sun come into the garden underneath. From Djilapao, we took a ride on a pirogue to go and buy some vegetables in Ziguinchor. We watched as they worked on making bricks that they will use later to build latrines. Gaston caught a barracuda. We finished the trip by going to Zinguinchor were we went to a few music concerts and we bought everything we needed before leaving for Brazil. To see our trip in pictures, you can look on the web site at http://bidule.micro.org/Bidule/Senegal.html.
Many Diolas are disappointed that the rebel activity in the region has scared away the tourists. Some depend on the industry to survive. In the past few years, the number of visitor has gone from 8 milion to 2 milion a year. In general, the rebels are further in land than were we visited but it's a good idea to check before visiting. Ideally when arriving, one would take the first channel on starboard making sure to avoid the sand bank on the port side and anchor in front of Kochiouane. There you can go to Chez Papi and discuss the situation with Moussa the barman or Sheriff. We used a guide called "West Africa" written by Steve Johns and the Royal Cruising Club Pilotage Foundation. It's old but it's better than nothing because you can't follow the electronic maps. They will put you on land most of the time. If you would rather visit by plane, an interesting plan would be to arrive in Dakar. Then take the ferry boat to Ziguinchor. From there take a taxi to Enampor where Moses would be very happy to great you in the village camp. If you stay a few days in each location, you will get a good feel for Senegal life. I chose Enampor because it is the only camp we have seen with running water and electricity. If you don't need those comforts, the owners of all the other camps we have met were also very nice.
On January 19th, we left Kochiouane to exit the Casamance River and head for the ocean. This time the sea was quieter and the less impressive.
Our trip on the Casamance was a rewarding experience. We are surprised of the impact it had on us even weeks later.

La Casamance




L'entrée de la Casamance n'était pas de tout repos. La houle de l'est allait se briser sur les hauts fonds en gros rouleaux. Il s'en est fallu de peut que nous revenions sur nos pas pour attendre une meilleure mer. D'ailleurs le bon moment pour entrer est deux heures après la basse mer. Avec le moteur à fond, nous avons quand même réussi à se faufiler entre les rouleaux. De l'autre côté des hauts fonds, tout s'est calmé. Par la suite, nous avons appris de pêcheurs que la mer était particulièrement mauvaise cette journée là. Bruno et Elise de Lakatao nous attendaient pour nous montrer le chemin vers le premier mouillage à Kochiouane. D'ailleurs, une source pas très fiable leur avait dit la veille de Noël que nous avions déjà quitté Dakar et que nous devions arriver le matin de Noël en Casamance. Dans le but d'être prêt de l'entrée pour nous accueillir, ils sont partis le 24 déc. pour aller s'ancrer à Kochiouane. Malheureusement, ils se sont échoués sur un banc de sable en chemin. Après des heures de travail pour s'en sortir, ils ont planté la pioche ou ils étaient car il faisait trop noir pour continuer. Ils ont donc passé la veille de Noël à côté de leur banc de sable à écouter au loin les festivités du village. Pendant ce temps, nous étions toujours à Dakar en train de fêter Noël au CVD. Oups! :(
C'est difficile de choisir quoi dire sur cette partie de notre voyage car c'est tellement différent de ce dont nous sommes habitués de vivre et nous pourrions en écrire beaucoup. Commençons par dire que nous avons réussi à passer trois semaines en Casamance sans se faire bouffer par des crocodiles, sans se faire voler, sans attraper le paludisme des insectes, sans être attaqué par des rebelles et sans mourir d'avoir mangé des fruits et des légumes locaux. Par ailleurs, nous avons découvert un peuple, les Diolas, majoritairement animiste qui croient dans les gris-gris, les fétiches, les bois sacrés et les sorciers et qui sont absolument adorables. Ils sont très intéressé pas les visiteurs et ils viennent discuter (surtout les hommes) aussitôt qu'ils en voient un. Quelques uns espèrent un peu d'argent, de bière ou de cigarette en retour mais la majorité le font parce qu'ils aiment partager. C'est ainsi que nous avons eu la chance de rencontrer de très grandes personnalité tel que Jules-César, Moïse, Esprit et Shérif.
C'est très pauvres un Casamancien. Les plus chanceux ont un petit panneau solaire avec des batteries pour charger leur téléphone portable et faire jouer leur radio. Certain village ont une génératrice (groupe électrogène) qu'ils utilisent seulement dans les évènements et lorsqu'il y a de l'essence. L'eau courante est rare. La plupart puise l'eau au puits ou creuse des trous dans les champs pour l'eau des cultures. Toute la famille mange dans la même assiette avec les doigts ou une cuillère. Un repas typique est un poisson avec du riz et une sauce aux oignons. Si il y a une fête le type de viande pourrait changer. Par exemple, nous avons été invité dans une famille pour la veille du jour de l'an et nous avons mangé du poulet sur des macaronis. Il y a aussi des manguier, des citronniers et des orangers. Sans compter du pain de singe. D'autres fruits et légumes son disponible mais coûtent trop cher pour la famille moyenne.
Pour les gens du Québec, se promener dans les bolongs de la Casamance est un peu comme se promener entre les îles de Sorel mais en beaucoup plus vaste. Dans chaque petite rivière, il y a des villages. A Kochiouane, nous avons été invité à un baptême. Gaston a fait valoir ses talents de danseur et nous avons partagé le repas accompagné de bunuk. Julien nous a montré, tout prêt de Sifoka, comment il récoltait la sève du palmier qui une fois fermentée se transforme en un breuvage légèrement alcoolisé (bunuk ou vin de palme). Dans le village, nous avons été accueilli par un groupe d'enfants qui aiment suivre les alouloumes (blancs en Diola) en les tenants par la main. Ils adorent aussi se faire prendre en photo et se regarder sur l'écran de la caméra. A noter qu'il n'est pas obligatoire de donner des bonbons aux enfants lors des visites de village mais de voir l'expression sur leur visage quand ils voient que nous avons quelque chose dans les poches et leur petite danse quand ils ont le bonbon dans la main en valent la peine. Nous avons ensuite été visiter les femmes dans les champs de riz. Dure travail la récolte du riz sous le chaud soleil! Nous sommes passés par Elinkin pour acheter quelques fruits et légumes. Etant l'endroit ou ils font sécher le poisson, l'odeur de cette ville ne nous incite pas à rester très longtemps. A notre arrivée à Niomoune, nous avons embarqué trois petits passagers clandestins qui cherchaient un moyen plus rapide que leur pirogue pour rentrer à la maison. La veille du jour de l'an, nous avons été accueilli par Anouk (française qui habite au Sénégal depuis 5 ans) et Justin (Sénégalais) pour une fête dans le noir. Chacun apportait un instrument de musique. Toute une cacophonie mais bien amusant. Le surlendemain, Gaston et Bruno ont été réparer une installation de panneau solaire qui ne fonctionnait pas à l'école. Nous avons eu beaucoup de petits visiteurs sur le bateau dans ce village. Ils sont très curieux. Ensuite nous avons visité les villages de Kamobeul, Enampor et Seleki ou les campements villageois (hôtel africain) sont construits avec des impluviums. C'est-à-dire que le toit est construit avec un cône vers l'intérieur pour laisser entrer soleil et eau de pluie dans un petit jardin. De Djilapao, nous avons pris une pirogue pour vivre cette expérience et nous permettre d'acheter quelques légumes à Ziguinchor. Nous avons vu comment ils fabriques les briques qui vont servir à construire des sanitaires (toilette sèche). Gaston a attrapé un barracuda. Finalement, nous avons terminé le périple à Ziguinchor ou nous avons assisté à quelques concerts de musique et fait l'approvisionnement pour le départ vers le Brésil. Pour voir notre évolution en photo, aller faire une tour sur notre site (http://bidule.micro.org/Bidule/Senegal.html).
Plusieurs Sénégalais sont triste du fait que l'activité rebelle dans la région freine le tourisme car plusieurs en dépendent pour leur survie. En quelques années, le nombre de visiteurs à passé de 8 millions à 2 millions par année. En général, les rebelles sont plus loin dans le pays que les endroits visités par bateau mais il est suggéré de s'informer sur les conditions avant d'y aller. L'idéal, en arrivant, c'est de prendre le premier bolong sur tribord en faisant bien attention au banc de sable à bâbord et de mettre l'ancre en face de Kochiouane. La vous pouvez aller chez Papi où une bière bien fraîche vous attendra et vous pourrez parler avec Moussa au bar ou Shérif de la situation. Nous avons utilisé le guide ''West Africa'' par Steve Johns and The Royal Crusing Club Pilotage Foundation. C'est vieux mais c'est mieux que rien car il ne faut pas se fier sur les cartes électroniques. Si jamais le goût vous prends d'aller faire un petit tour au Sénégal par avion, une voie intéressante serait d'atterrir à Dakar, de prendre le traversier pour Ziguinchor et ensuite prendre un taxi brousse pour Enampor où Moïse vous accueillera au campement villageois. En passant quelque jours à chaque endroit, vous aurez une bonne idée de la vie Sénégalaise. J'ai choisi Enampor car ce campement tout neuf est le seul que nous avons visité qui a l'électricité et l'eau courante. Sinon, tout les propriétaires de campement villageois que nous avons rencontré étaient sympathiques.
Le 19 janvier, nous quittions Kochiouane pour la sortie de la Casamance et ainsi reprendre la mer. La passe fut, cette fois beaucoup moins houleuse bien qu'encore impressionnante.
Pour conclure, l'escale en Casamance fut très enrichissante pour nous et nous nous surprenons encore de l'impact encore très présent des semaines plus tard.