La/the route

La/the route

Friday, December 31, 2010

Dakar, Senegal

Dakar, c'est pollué, c'est sale et ça pue. Un Français vous dirait que "c'est crasse". Par ailleurs, nous n'avons pas le choix d'y aller pour faire les papiers d'entrée. Étrangement, ça vaut l'expérience quand même. Imaginez un grande ville Européenne avec ses ronds points et ses gros édifices. Des gens d'affaires avec de beaux vêtements et de belles voitures se promènent ici et là. Ajoutez de grands panneauxpublicitaires à l'américaine avec de belles images et des slogans du genre "L'élégance Africaine" ou tout les figurants sont noirs. A ce portrait, il faut aussi ajouter des structures qui tombent en morceaux et des poubelles qui traînent par terre. Chaque coin de trottoir disponible est rempli d'abris à la bidonville. Maintenant, imaginez les squigys (pas certaine del'orthographe) de Montréal (pour ceux qui ne sont pas de Mtl, les squigys sont des jeunes sans abris qui nettoient les pare-brises aux feux rouge obligeant les conducteurs à leur donner de la monnaie) multipliez le nombre par 10 000pour que vous en voyez des dizaines par coin de rue et donnez leur à vendre des tupperwares, des pièces de voiture, des montres Rolex, des toiles, des serviettes, des gougounes (babouches), ... Ils sont partout et ils cherchent des opportunités.
A travers tout se fouillis, les Sénégalais sont toujours bien habillé. C'est important. La maison, la voiture, ... on s'en fou mais les vêtements, il faut qu'ils soient beaux. De plus, les Sénégalais sont très sympathiques et pas du tout agressif. Autre que de faireattentions à sa caméra et son porte-feuille, nous ne nous sentions pas en danger. Nous n'avons pas fait énormément de tourisme faute de temps car nousétions attendu en Casamanceet de plus, la ville ne comportait pas beaucoup d'attraits. Habituellement, les gens restent le temps d'obtenir une autorisation d'importation temporaire de 6 mois pour le bateau. Nous n'avons pris qu'un mois mais noussommes restés une semaine pour faire les démarches afin d'obtenir un visa pour le Brésil. Entre nos démarches, nous avons été faire une tour à Thies et Fandème mais je vais raconter cette promenade dans le prochain article. Nous avons célébré Noël au CVD (club de voile de Dakar). Le club est un oasis enplein milieu de la ville. Je ne suis pas né dans les années soixante mais si j'avais à m'imaginer une commune hippie, ça ressemblerait au CVD. Donc chaque navigateur apportait un plat et nous avons passé la soirée à manger et à discuter. C'était tranquille comme soirée. Gaston et moi avons apporté une paëlla et du jus de pain de singe. Étrangement, à la fin de la soirée, tous les Sénégalais présent se sont retrouvé autour de nous. Je ne sais pas si c'est les blagues de Gaston ou le jus de pain de singe mais nous étions populaires. Nous avons quitté Dakar le lendemain pour la Casamance. Commencez-vous à vous demanderce qu'est du jus de pain singe? À suivre...
Une conversation typique avec un chauffeur de taxi Wolof:
-Salamolekoum
-Molekoumsalam
- Ça vas?
- Ça vas. Ça vas?
- Oui, ça vas.
- Ça vas.
- Et la famille, ça vas?
- Oui, ça vas. La tienne?
- Ça vas. Les enfants?
- Ça vas. Ça vas.
- Combien pour aller à Dakkar?
- Pour toi, c'est pas cher... 4000 CFA (Environ 8$)
- C'est trop cher. Pas plus que 1500 CFA (Environ 3$).
- Tut! Tut! Je travaille fort. Ça ne couvre pas mes frais.... 3000 CFA (environ 6$).
- Non. Non. C'est trop cher. 1500 c'est raisonnable.
- Il faut que je rapporte de quoi à la famille.... 2000 CFA (environ 4$)
- D'accord pour 2000 CFA.
A noter que nous n'avons pas de connexion internet pour l'instant donc pas de photo...
Bonne année tout le monde!!!


We are not in Kansas anymore Toto!!!

Dakar... It's polluted, it's dirty and it stinks. However, we don't have a choice but to stop so we can do the entry paperwork. Strangely, it's worth the experience. Imagine a big European city with it's big buildings and it's round abouts. Business people can be found with nice close and nice cars here and there. Tall billboards with nice pictures of only black people and slogans like "The African elegance" arehung a bit everywere. To this picture add structures that are falling appart and garbage on the ground. On every available space of sidewalk there are huts made of wood pilers and sheet-iron roofs. Now imagine the Montreal squigys (not sure how it's spelled. They are kidswho live on the street and clean your windshield at red lights for change) and multiply them by 10 000 so that you see very many on each block. Then give them to sell some tupperwares, car parts, Rolex watches, paintings, towels, flip flops, ... They are everywere and they are looking for an opportunity.
A native Wolof is always well dress even if everything around is chaos. The house, the car, ... who cares but the clothes have to be nice. They are also very likeable and not at all agressive. Besides keeping an eye on your wallet and camera because of pick pockets, there are no security worries. Usually, people stay the time it takes to acquire a 6 month temporary importation permit for the boat. We only took a month so it was immediate but we needed to get a visa for Brazilwhich took a week. We didn't do much tourism inside of Dakar because of lack of time and lack of interest.
We did however go to Thies and Fandème but I will talk about these places in my next post. We celebrated X-mas at the CVD (Dakar sailing club). It is like an oasis in the city. I wasn't born in the sixties but if I had to imagine what a hippie encampment would look like th
e CVD would be it. So each
sailor brought a plate of food and we spent the evening eating and talk
ing. It was pretty quiet. We brought a paëlla and monkey bread juice. Strangely, by the end of the evening all the local present were sitting around Gaston and I. I don't know if it was because of Gaston's jokes or my monkey bread juice but we were quite popular. We left the next day to go on the Casamance river. Are you wondering yet what monkey bread juice is? to be continued...
In the french version I added a typical conversation with a Wolof taxi driver. Senegal being french, some of the subtilities would be lost if I translated it... sorry.
Note that we do not have a internet connection at the moment so no pictures...
Happy New Year everybody!

Tuesday, December 21, 2010

On the way to Dakar

We have arrived in Dakar! When navigating, our shifts tend to make it hard to figure out which day is which and what happened on what day. So in general, we had the wind in our back at about 10 knots or less and we had a sail on each side. We also did about 50 hours with the engine to cover the times with no wind. We only got some stronger winds on the last night. Bidule reacted like a horse that wants to head back to the stables! There was way too many Cargo ships on this heading for our taste and enough dolphins to satisfy. Speaking of dolphins, if you like them, you will love the new movie I added on the web site (the one on Gran Canariais has also been added). A lot of ''First'' happened during this crossing; my first complete crossing of the Atlantic (Gaston's third), the first time we both set foot in Africa, the first time we use our hydorgenerator because the windmill doesn't work when the wind comes from the back and the solar panels where in the shadows of thesails, our first flying fishes (and they really do fly!), the first use of our new GPS since the old one was dying and it would of cost too much to repair (it was about 15 years old), catching the first dorados. Gaston caught a second one which was 43 inches long and weighed 14 lbs. Since then, that is all we have been eating. We have made grilled dorado, dorado cooked in lemon juce and served in coconut milk, dorado in the oven, dorado in coconut milk and curry, dorado in a paella, dorado in a soup and we froze some dorado... Don't I sound like Baba with his shrimps in Forest Gump?So far, we had a first impression of Africa but I will not share it just yet. Bec
ause I'm a bit shocked and would like to live the experience more fully before I start sharing. In the mean time, some people have asked me how we can update the blog from the boat when we do not have an internet connection. It's magic you see. Ok, it's not magic but it's not very complicated either. We are amate
ur radio operators and we can send emails thought the high frequency radio using a special modem. However, it doesn't go faster than 1400 bauds. Kind of reminds us of the old days about 20 years ago before the internet when we use to BBS (bulletin board system). Wow, that was geeky! We also use blogger.com (Google blog) and this site let's us update by sending an email. So in short, we send an email to a special google address from our HF radio and voila! The only down side is that considering the very slow transmission speed, I can only send my witty comments, the pictures have to wait until we get back on the ground.




Le chemin vers Dakar

Nous sommes arrivés à Dakar!. En navigation, les quarts nous font un peu perdre la notion du temps et les jours qui se succèdent se ressemble et deviennent difficile à différencier. Donc en résumé, nous avons surtout fait du vent arrière avec une dizaine de noeuds de vent qui poussait la grande voile et le foc tangonné en ciseaux. Une cinquantaine d'heures au moteur pour combler les moments sans vent. Les vents plus forts sont seulement arrivés la dernière nuit. Bidule s'est comporté comme un étalon qui veut rentrer à l'étable! Il y avait beaucoup trop de cargo à notre goût et des dauphins à notre satisfaction. D'ailleurs, si vous aimez les dauphins, vous allez être servi avec le film que j'ai ajouté sur notre site web (J'ai aussi ajouté celui deGran Canaria). Cette traversée fut celle de bien des premières pour nous. Ma première traversée complète de l'Atlantique (la troisième pour Gaston), la première fois quenous mettons les pieds sur le continent africain, la première fois que nous utilisons notre hydrogénérateur car l'éolienne ne fonctionne pas vent arrière et les panneaux solaires étaient à l'ombre des voiles, nos premiers poissons volants (pis c'est vrai que ça vole pas à peu près!), la première utilisation de notre nouveau GPS car l'ancien était en train de rendre l'âme et le faire réparer n'aurait pas valu la peine (il avait une quinzaine d'année), les premières dorades pour Gaston. Il a attrapé une deuxième dorade de 43 pouces et 14lbs. Depuis, on ne mange que ça. Nous avons fait dela dorade grillée dans la poêle, de la dorade cuite au citron servi dans le lait de coco, de la dorade en papillote, de la dorade dans le lait de coco et curry, de la dorade en paella, de la dorade en soupe et congelé de la dorade ... Es-ce que vous trouvez que je commence à ressembler à Baba avec ses crevettes dans Forest Gump?
Nous avons eu quelques premières impression de l'Afrique jusqu'à maintenant mais je ne veux pas les décrire tout de suite étant encore sous le choc. Je veux vivre l'expérience africaine un peu plus longtemps avant de partager. En attendant, on m'a demandé comment je faisais pour ajouter des messages à notre blog pendant que nous sommes en mer et n'avons pas accès à l'internet.
C'est pas compliqué, c'est de la magie. Ok, c'est pas de la magie mais c'est pas très compliqué non plus. Nous pouvons à l'aide de notre radio haute fréquence (car nous sommes radio amateur) et un modem spécial envoyer des courriels. Par ailleurs, ce modem communique à environ 1400 baud maximum ce qui rappelle le bon vieux temps des débuts de l'internet d'il y 20 ans. De plus, nous utilisons blogger.com (Google blog) comme site et celui-ci permet de mettre à jour un blog par courriel. Donc voilà, j'ai une adresse spéciale pour envoyer des emails sur Google et j'envoie des messages à cette adresse par le modem qui est connecté à notre radio haute fréquence. Le seul problème est que vu la rapidité d'exécution lente, je peux seulement écrire mes conneries! Les photos doivent attendre l'arrivée sur terre.




Tuesday, December 14, 2010

Il a réussi!!!!! He did it!!!

See english below
Et oui! Gaston a pêché sa première dorade coriphene! Elle était superbe et mesurait environ 26 pouces. Il l'a remonté comme un pro. Elle n'a pas eu de chance. Nous sommes en train d'en préparer des filets pour le souper et je salive déjà.
Depuis 24h, des dauphins se promènent autour du bateau. Ils vont peut-être au Sénégal aussi. J'ai essayé de les filmer avec le petit IPOD. J'ai bien hâte de voir ce que cela à donné et de travailler sur le montage.

_________
Yes! Gaston caught his first fish (don't know the name of it in english. Will add a picture when we have the Internet on board). It was about 26 inches long and so beautifull. He brought it in like a pro. It didn't have a chance. We are cooking the first filets now and my mouth is watering.
Over the last 24h, some dolphins have been swimming around the boat. Maybe they are heading our way. I have tried filming them with the small IPOD. Can't wait to see how it turned out and work on the editing.


Monday, December 13, 2010

Vers Dakar/On the way to Dakar

See english below the line.

C'est la deuxième nuit de navigation vers Dakar et nous sommes beaucoup plus tranquille qu'hier. Entre les Canaries et la côte Africaine, les cargos se succèdent comme sur une autoroute. Il faillait être bien vigilant lors de nos quarts. Vu le manque de lumière en provenance des côtes, nous pouvons voir des milliards et des milliards d'étoiles. La dernière fois que j'en ai vu autant, j'étais chez une copine au Nouveau-Brunswick. Mais ici, il y a tellement d'étoiles filantes que nous ne savons plus quoi faire comme voeux. A l'heure du coucher du soleil, une quinzaine de dauphins sont venus faire un spectacle autour du bateau. On est toujours excité comme des enfants à chaque fois qu'ils apparaissent. Nous sommes au moteur présentement car depuis notre départ, nous manquons de vent à l'occasion et cette fois-ci, la houle secoue tellement les voiles que nos n'avons pas le choix d'affaler. La majorité du voyage s'est fait à voile par contre. Généralement, vent de travers à vent arrière et pas plus de 15 noeud de vent. Il n'y avait pas beaucoup de houle à notre départ mais celle-ci a augmenté jusqu'à deux mètre en provenance de l'ouest. Elle c'est calmée en début de nuit pour nous donner un peu de répit. Étrangement, nous nous rapprochons de plus en plus de l'équateur mais il ne fait pas très chaud. Nous passons nos journées et nos nuits habillé en long avec des polars. Le moral est bon, la bouffe et bonne... tout vas bien.
---------------------------------------------------------
It is the second night of navigation towards Dakar and we are much more at ease than yesterday. Between the Canaries and the African coast, the cargo ships go by like on an express way. We had to keep our eyes wide open all night. Because of the lack of light from the coast, we can see thousands and thousands of stars. The only other time I have seen so many was at a friends house in New-Brunswick. But here we also see so many shooting stars that we don't know what to wish for anymore. At sundown, we were visited buy about fifteen dolphins who gave us quite a show. We are still as excited as children every time they appear! We are presently using the engin since the wind dies down on ocasion. Most of the trip so far has been done with the sails however. Mostly, with the wind on our side or in the back with a max speed of 15 knots. There was much waves at the start of the trip but they swell pick up to 2m during the days and has died back down for the night to let us get some rest. Strangely, we are getting closer to the equater and yet it is cold. We have spent our days and night wearing long pants and polar sweaters. The Cew's moral is good and so is the food... all is good.

Friday, December 10, 2010

The Chase

There are moments in life were you wish your camera was on hand but instead it is neatly packed in it's case. Sunday evening was one of those missed moments. In Las Palmas, it was 36°C after sundown so we didn't want to cook inside an already warm boat and our propane tank for the BBQ is empty. Finding propane gas in Europe is like finding a needle in a haystack because they use butane. We did find some the next week by going all the way to a factory but they didn't have the proper adaptor. So no propane for us but that is another story. Back to this one, we decided to take our electric stove into the cockpit to cook a goulache (kind of like a beef stew with a lot of paprika). I'm inside cutting up some vegetables and Gaston is outside stirring everything in the cooking pot when a giant cockroach appears on one of our benches. By giant I mean we could of saddled it up to visit the island. So Gaston, armed with the wooden spoon used to stir the goulache starts hunting the reached bug. Tap! Tap! Tap! It is faster that he is and hides under the electric stove. All of a sudden, Gaston decides the meal is ready! So I take off the pots from the stove and he lifts it up but... no cockroach. Where did it go? It shows up in the cracks of our woden benches. Again, Gaston goes after it with his spoon and WAM! He turns it into fish food. Fiew! Gaston the Hero! Note that we have since installed traps all over the boat to get rid of these bugs. And the spoon was not use to stir the goulache again.
Yesterday, we decided to take a break from the preparation of our next trips so we could visit the island by car. Here is a tip, always keep an eye on the gas gage! On this Island the service stations are far apart. We found ourselves with the gage needle in the red on top of the highest volcano. The nearest station was at the base. Half way back down, a message that we were about to run out of fuel appeared on the dash. Gaston kept on going by avoiding to step on the gas as much as possible and keeping his fingers crossed (Thank God we were going downhill!). We finally managed to ge
t to the pump but we were running on vapors! It may be a good thing that we are not far-sighted because it would not give us any stories to tell other than the images of the mountains were so spectacular that our brains could barely assimilate them. We don't really enjoy staying in Las Palmas because it is a big city (noisy and polluted but we can find everything we need) but we really enjoyed the panoramic views of the rest of the island. Unfortunatly, I haven't started to put together my picture montage yet but I did add 3 others to the web site today (http://bidule.micro.org/Site/Canaries.html).
We will be leaving on Saturday morning to head for Dakar in Senegal. The trip should take us 7-8 days. According to our sources, the internet is available in the marina in Dakar so we should be able to give you more news from there.






La chasse

Il y a des moments dans la vie ou nous aimerions avoir sous la main notre caméra mais elle est bien rangé dans sa boîte. Dimanche soir dernier était un de ces moments ratés. Après le coucher du soleil, la température à Las Palmas était de 36°C. Nous ne voulions donc pas faire le souper à l'intérieur car le bateau était déjà chaud mais nous n'avions plus de propane pour faire un BBQ. Trouver du propane en Europe c'est comme chercher un aiguille dans une botte de foin car ils utilisent du butane. Nous en avons trouvé plus tard dans une usine à 20 km de Las Palmas mais ils n'avaient pas le bon adapteur. Donc pas de propane mais c'est une autre histoire.Si nous retournons à nos moutons, nous avons sorti notre poêle à deux ronds électriques dans le cockpit pour préparer une goulache. Pendant que je suis à l'intérieur à couper des légumes, Gaston est à l'extérieur à assembler les ingrédients dansle presto et une coquerelle (cafard) se présente sur un des bancs. Elle est probablement montée par une des amarres. Mais en parlant de monter, elle est tellement grosse que nous aurions pu lui mettreune selle et faire le tour de l'île. Gaston armé de lacuillère de bois qu'il utilise pour brasser la goulache se lance à la chasse. Tap! Tap! Tap! La coquerelle est plus vite que lui et se cache sous la plaque chauffante. Soudainement, il décide que le repas est prêt. J'entre donc les casseroles à l'intérieur, Gaston soulève le réchaud et.... pas de coquerelle! Oû est-elle? La voilà qui apparait entre les lattes des bancs de cockpit. Gaston reprend sa chasse à la cuillère de bois et WAM! la coquerelle devient de la bouffe pour poisson. Ah! Fiew! A noter que nous avons maintenant des pièges partout dans le bateau pour se débarrasser de ces bestioles et que la cuillère de bois n'est pas retournée dans la goulache.

Hier, nous avons décidé de prendre une pause de la préparation des voyages futur pour faire un tour de l'île en voiture. Petit conseil, toujours garder un oeil sur le niveau d'essence ! Ici les stations services sont très loin l'une de l'autre et nous nous sommes retrouvés avec l'aiguille dans le rouge sur le dessus du plus haut volcan. Pour trouver la première station, il fallait retourner à la base. À mi-chemin, un message est apparu sur le tableau de bord nous indiquant que nous allions manquer de carburant. Gaston a continué de descendre en appuyant le moins possible sur la pédale à gaz (une chance que nous descendions!). Nous somme arrivés à la station sur les vapeurs! Dans le fond, une chance que nous ne sommes pas très prévoyant car nous n'aurions rien à raconter sinon que les images des montagnes sont tellement spectaculaire que nos cerveaux avaient de la difficulté à les assimiler. Autant nous avons hâte de quitter Las Palmas car nous n'aimons pas particulièrement lesgrandes villes (c'est bruyant et pollué mais nous y trouvons de tout) autant nous avons trouvé le reste de l'île spectaculaire. Malheureusement, je n'ai pas encore faitlemontage photo. Par ailleurs, vous en trouverez trois nouveaux sur le site web (http://bidule.micro.org/Site/Canaries.html).
Nous quitterons Las Palmas pour Dakar au Sénégal samedi matin. Le voyage devrait prendre environ 7-8 jours. Selon certaine de nos sources, l'internet est disponible à la marina de Dakar alors nous pourrons vous donner de nos nouvelles.



Sunday, December 5, 2010

Leaving for Las Palmas

My new way of adding pictures to the site doesn't seem to work so I will go back to the old way... I will need a couple of days however...

In the mean time, we have been in Las Palmas, Gran Canaria for a few days. Our stay in Fuerto Ventura was very nice and the marina is very comfortable. Although there is little touristique interest in the village of Gran Tarajal, it is still very charming. We decdied not to rent a car  and only stick to walking around the same city. We got accainted with a couple on a boat called Anna-Pournâ devi (Indian godess of abondance). Pierre (french) and Candide (Portugese) told us so many interesting stories that we decided that our next stop should be Senegal.

So we are now in Las Palmas preparing our trip to the African coast. We beleive that we have for about a week's worth of work to do. We don't thing provisioning will be an issue around here... the city is hudge!

Thursday, December 2, 2010

Départ pour Las Palmas

Ouain! Ma nouvelle façon d'ajouter des photos sur le site ne semble pas fonctionner. Je vais donc retourner à l'ancienne méthode mais je vais avoir besoin de quelques jours...

Entre temps, nous avons quitté Gran Tarajal hier en milieu d'après-midi pour arriver vers 8h ce matin à Las Palmas. Notre séjour d'une semaine et d'un jour sur Fuerto Ventura fut très bien. La marina est confortable même si il n'y a pas énormément de service. Gran Tarajal n'est pas un lieu touristique très intéressant mais la ville est quand même charmante. De plus, nous avons choisi de ne pas louer de voiture. Nous avons fait la connaissance de Candide (Portuguaise) et Pierre (Français) sur Anna-Pournâ Devi (déesse hindou de l'abondance). Ils ont été partout et à force d'écouter leur histoires, nous avons décidé d'aller faire un tour au Sénégal.

Donc nous sommes maintenant Las Palmas ou nous allons faire nos préparatifs pour aller sur la côte Africaine. Nous avons un peu d'entretient à faire sur le bateau donc nous croyons avoir une semaine bien occupée. L'approvisionnement ne risque pas d'être un problème car la ville est énorme.