La/the route

La/the route

Friday, November 26, 2010

Départ de Arrecife

Nous avons célébré le60ième anniversaire de Gaston en louant une voiture pour faire le tour de l'île de Lanzarote en compagnie de Karry du Zaliah (BR) et Guy du Gaara (FR) (www.gaaraguy.com). Notre but premier était la visite d' el Parque Nacional de Timanfaya. C'est un parc de volcans qui ont fait irruption en 1730 créant de nouvelles montagnes sur l'île et un énorme champs de lave. Trèsimpressionnant comme paysage particulièrement pour les couleurs et les formes. Sur la montagne ou se trouve le point de départ de l'expédition en autobus, le restaurant utilise la chaleur du volcan pour faire cuire les grillades. Autre que le parc, nous avons fait un arrêt dans la jolie ville de Haria. Cette ville avec ses grands palmiers et ses lauriers est un oasis au milieu du désert. Nous nous sommes arrêté à Teguise pour un lunch de tapas. Pour ceux qui ne savent pas, les tapas sont de petites assiettes de nourriture quel'on partage. Dans ce cas ci, nous avons mangé de la pieuvre aux oignons et poivrons verts, des tomates avec jambon, fromage et sauce balsamique, des patates servi avec les sauce au piment et carry typique des Canaries, une tranche de tortillas (omelette aux patates typiquement espagnole)et des crevettes dans une sauce tomate. Pour le souper, nosdeux copains sont venus manger une paella (riz espagnole aux fruits de mer) que Gaston a préparé sur notre bateau. En passant, si vous vous demandez ce que font les trois amis sur la photo, ils comparent leurs cicatrices sur les tibias laissées par des pédales de vélo de montagne. (Dans un lointain passé pour ce qui est de Gaston)
Le dos de Gaston va mieux. Ou du moins il est capable de bouger alors nous avons décidé qu'il était temps de découvrir la prochaine île. Nous avons quitté Arrecife pour passer une nuit au mouillage à Playa Mujeres au sud de Lanzarote. C'est un beau mouillage mais seulement par temps doux car le fond est un mélange de roche et de sable donc la t

enu n'est pas assurée. Par mauvais temps, il faudrait aller à la marina de Rubicon juste à côté. Cette grande marina toute neuve et entourée de centres commerciaux est justement un peu trop commerciale pour nous. Nous sommes donc parti pour Fuerto Ventura tôt le matin car nous avions 80 milles à parcourir avant d'arriver à Gran Tarajal ou nous sommes présentement. Faute de vent, le voyage c'est fait au moteur. Petit fait intéressant de cette île est qu'elle est la plus proche des côtes africaines et plus précisément du Sahara avec seulement 60 miles nautiques de distance. Quand il y a des tempêtes de sable dans le désert, le sable est transporté par le vent sur les côtes de l'île et forme des plages de sable blanc sur une île brun foncé. Du mauvais temps est annoncé pour la finde semaine prochaine; quelques grains avec une trentaine de noeuds de vent du sud-ouest.
Nous allons donc rester bien sagement dans la marina de Gran Tarajal entouré de gros murs de béton jusqu'à ce que le beau temps revienne. La marina coûte 6,55 Euro par jour incluant électricité et eau mais pas de douche, de laveuse ou de Wi-fi. La douche et le lavage se font dans le cockpit et le Wi-fi au centre culturel qui est à 15-20 minutes de marche. Pour plus de photos, aller faire un tour sur le site web... Nous essayons une nouvelle formule. Donnez-nous vos impressions.

Leaving Arrecife



We celebrated Gaston's 60th Birthday by renting a car and visiting the Island of Lanzarote with Karry from Zaliah (BR) and Guy fromGaara (FR) (www.gaaraguy.com). The first goal of the visit was to see the Parque Nacional de Timanfaya. This is a park of volcanos which erupted in 1730 creating new mountains and a field of lava as far as the eye can see. It is impressive for it colors and shapes. On the mountain were the bus tourstarts, the restaurant uses the heat from one volcano to grill the food. Besides the park, we visited the lovely city of Haria. With it's tall palm trees, it is like an oasis in the middle of the desert. We stopped in Teguise to eat tapas for lunch. For those of you who don't know, tapas are small dishesthat are shared. Kind of like feeding yourself with different appetizers. Inthis case, we had some octopus with onions and green peppers, potatoes with curry and pimento sauce typical of the Canaries, tomatoes with ham, cheese and balsamic sauce, a slice of tortillas (spanish potato omelet) and shrimps in a tomato sauce. For diner, our two new friends joined us on the boat to enjoy a paella (spanish rice with seafood) cooked by Gaston. By the way, if you are wondering what the three of them are doing on the picture, they are comparing scares from bicycle pedals that have slipped and hit their shin-bone.Gaston's back is better. Or at least he can move now so we have decided to move on to the next Island. We first headed to Playa Mujeres in the south of Lanzarote to spend the night anchored next to the beach. It is a beautiful anchorage in nice weather but since the bottom is made of mix of rocks and sand, the hold in not guaranteed. In bad weather, the marina Rubicon which is right next to the beach would be a better option. However, it's new, it's big and it's surrounded by shopping centers... a bit too commercial for our taste. So the next morning we left early to head fo
r the island of Fuerto Ventura since we had about 80 nm to cover to get to Gran Tarajal. The trip was all done using the engine since we had no wind. An interesting fact about this island is that it is the closest to the African coast with only 60 miles to get to the Sahara desert. When a storm hits the desert, the sand is transported to Fuerto Ventura by the wind. This created beaches of white sand on an island that is otherwise all dark brown. We are expecting some bad weather for the weekend; a few stormsand 30 knots of wind from the SW. So since we are at present surrounded by concrete walls, we will sit still until the sun comes back. The marina is 6,55 Euros a night and includes electricity and water but no showers, laundry or wi-fi. The first two are done in the cockpit and the later in the cultural center which is about 15-20 minutes walking distance. If you would like to see pictures more pictures of the canaries, check out the web site. We are trying a new format for the picture. Let us know what you think.

Thursday, November 11, 2010

Still in Arrecife

Not moving much these days. The anchorage in Arrecife is a bit like "Hotel California"... "you can check out anytime you want but you can never leave". An Englishman has been here since May. A Frenchmen stayed because he hurt a finger and even after it finished healing, he stayed. Just before he was to leave a canadian hurt is back so he's been staying put since. No worries however, Gaston is healing slowly. We have had some winds of up to 25 knots but since they were from the North-East, we were well protected. However, in that much wind, there is a bit of wave in the bay which can turn into a shower when you try to get to the shore in the dinghy. We end up looking like people who peed in their pants. And when salt water dries, it leaves a white mark on your trousers. Very classy! This anchorage is actually more dangerous when there is no wind at all. The boats circle around the blocks according to current instead of wind so they go every which way and since the blocks are close to each other, there is a danger of collision. We crashed into our neighbor twice in one night without serious damage. I dived to get the rope of a second block close by the next morning. Using the two blocks has put enough distance between the two boats.
Since there is not way to fill up our fresh water tanks in this port and our water levels were getting low, we decided to start up our desalinisator which had never work before. Other than have to change the breaker because it was not strong enough, the start up went very well. We produced enough water to fill up our tanks again in a few days since we only produce around noon when the sun provides the most electricity. Our Katadyne produces between 4 to 5 liters of fresh water per hour using 4 amps. Not too bad!
Other than Arrecife, we visited Teguise the oldest city of the Island with our friends from Lakatoa. To keep ourselves busy, we also go on other boat to play cards, drink or eat and then we invite people on our boat an do the same. One night, Tony an Ozzy invited everybody in the bay over on his boat with their musical instrument for a jam session. His boat is name Ragin Cajun and he is a violin player. We were about 15 on the boat and Gaston had a ball playing his harmonica. I also go diving for glasses after someone jumped in forgetting to take them off.
Before we left Canada, Gaston and I received vaccines for most of the dangerous diseases but we could not get the last of the doses for the Hepatitis vaccine since we had to wait 6 month in between doses. So the 6 months came to anytime after October 24th. We are on a spanish speaking Island, not in a marina and we have no idea how the health system works. So we decide to show up at the first hospital, say to the receptionist : "Buenos diàs. Es necessita una vacuna por hepatite. Es disponible aqui?" and cross our fingers. The man understood! However he then needed to explain to us that we had to go to the government to get a prescription then to the pharmacy to get the medication and finally back to the hospital to get it injected. Of course, we didn't get all this the first time around but the man was very patient and all smiles! So we go to the government building and the receptionist sends us to an office where the woman is not quite as patient and smiling. Frowny face said something very fast in Spanish and I answered: "que?" so she said it again just as fast. A man next to her who noticed our "deer in headlights" expression talked to us in English. Alleluia!!! So we found out that she wanted to give us an appointment with a doctor that only comes to the island on Friday mornings in a totally different building. The next Friday, our appointment is at 10h and the same unhappy woman is at the desk and she gives us a paper all in Spanish to fill out. Fortunately, we have a dictionary with us but we are a bit worried about the conversation with the doctor. Turns out that she was absolutely charming. She spoke to us in a pot-pourri of French, Spanish and English and we managed to understand everything. We left not only with our prescriptions for the vaccine but also for malaria medication and a lot of useful information. All of this for free! We had to go to two pharmacies to get the medication because we didn't want to wait an extra day and that was not free but close to the same prices as in Canada. Then back to the first hospital and after waiting for about 5 minutes, a very nice nurse injected the vaccines. Still not quite sure what she said to us however.

Toujours à Arrecife

Nous ne bougeons pas beaucoup. Le mouillage dans le vieux port d'Arrecife est un peu comme "Hotel California" une fois attaché tu ne peux plus repartir. D'ailleurs un des bateaux, un anglais, est ici depuis le mois de mai! Un Français est resté car il s'est blessé à un doigt et même après la guérison, il n'est pas reparti. Juste avant son départ,un Canadien du nom deGaston c'est fait mal au dos alors, nous sommes encore ici. Pas d'inquiétude, il va s'en remettre. Nous avons eu quelques vents de 25 noeuds mais du Nord-Est alors nous somme bien protégés. Le seul problème de ces vents est qu'ils soulèvent un petit clapot dans la baie qui nous fait prendre un douche lorsque nous nous nous rendons en ville avec l'annexe. Une fois arrivé a destination, nous avons l'air de gens qui ont fait pipi dans nos culottes. Sans compter que l'eau salée laisse un cerne quand elle sèche. Ça fait vraiment classy! Ce qui est surprenant est que ce mouillage est plus dangereux quand il n'y a pas de vent. Les bateaux font alors des cercles autour de leur corps-mort selon les courants, c'est-à-dire un peu n'importe comment. Vu que certains blocs sont très près les uns des autres, il y a risque de collision entre les bateaux. Nous avons heurté le bateau voisin deux fois dans une nuit sans faire de dommage. Le lendemain, j'ai plongé pour aller chercher la corde d'un tout petit bloc tout prêt. En utilisant les deux blocs de béton, nous avons réussi à nous éloigner suffisamment.
Vu qu'il n'y a pas d'endroit pour remplir l'eau potable et que nos réservoirs baissait dangereusement, nous avons décidé de mettre en marche notre dessalinisateur qui n'avait pas encore servi. Mis à part un disjoncteur qui a sauté et que Gaston a du remplacer, la mise en marche a bien été et nous avons produit assez d'eau douce pour remplir les réservoirs. Notre Katadyne produit entre 4 et 5 litres à l'heure à 4 ampères / heure. Pas si pire!
Autre que la ville d'Arrecife, nous avons visité Teguise qui est la ville la plus vieille ainsi que l'ancienne capitale de l'ïle avec nos copains de Lakatao. Pour se garder occupé, nous allons régulièrement sur d'autres bateaux pour jouer au Tarot (jeu de carte français qui n'a rien à voir avec le Tarot de Marseille qui prédit le future), prendre un coup ou manger et ensuite, c'est à notre tour d'être les hôtes. Un soir, un Australien du nom de Tony a invité tout le monde du mouillage avec leur instrument de musique sur son bateau pour une session de jam. Nous étions une quinzaine sur le voilier et Gaston c'est lâché lousse à l'harmonica. Je m'amuse aussi a repêcher des lunettes quand quelqu'un saute à l'eau sans penser de les enlever ; ce qui me vaut le surnom de "sirène d'Arrecife".
Avant de quitter le Canada, Gaston et moi avons reçu une série de vaccins contre plusieurs maladie mais nous n'avons pas eu le temps d'avoir le dernier vaccin de l'hépatite car il faut attendre 6 mois. Donc le dernier vaccin était dû à partir du 24 octobre 2010. Hors a cette date, nous sommes sur une île espagnole et nous avons aucune idée de comment fonctionne le système de la santé. Nous décidons d'aller à l'hôpital le plus près, dire à la réception: "Buenos Dias. Es necessitas una vacuna por hepatite. Es diponible aqui?" et de se croiser les doigts. Le Monsieur à la réception a compris ce que nous voulions mais a du ensuite nous faire comprendre qu'il fallait aller au gouvernement chercher une prescription, aller à la pharmacie pour acheter le vaccin et revenir à l'hôpital pour qu'une infirmière nous l'injecte. Évidemment, nous n'avons pas compris du premier coup. Il s'est montré très patient et souriant. Donc nous sommes repartis de l'hôpital pour nous rendre au bureau du gouvernement. Cette fois-ci, le Monsieur de la réception nous pointe vers un bureau où la Madame est pas tout à fait aussi patiente et souriante. La face de boeuf nous déboule toute l'info très rapidement en espagnol. Ma réponse :"que?" (quoi?) Elle a répété une deuxième fois tout aussi rapidement. Son voisin de bureau décide d'intervenir en anglais! Alléluia!!! Donc nous découvrons qu'elle veut nous donner un rendez-vous avec un médecin qui vient seulement sut l'île le vendredi matin et, de l'autre côté de la ville. Le prochain vendredi arrive et notre rendez-vous est à 10h. A notre arrivé, nous sommes accueilli par la même "air bête" et cette fois-ci elle nous remet un formulaire à remplir tout en espagnol sans aucune explication. Un chance que je traîne toujours un dictionnaire. Nous étions toutefois un peu inquiets de la discussion avec le médecin mais elle était tout à fait charmante. Elle parlait un mélange d'anglais, d'espagnol et de français mais nous avons tout compris. Nous sommes sorti avec nos prescriptions pour l'hépatite ainsi qu'une prescription pour le médicament contre la malaria et tout plein d'informations utiles. De plus, c'était gratuit! Nous avons du faire deux pharmacies pour avoir tous les médicaments car nous ne voulions pas attendre au lendemain et ceux-ci n'étaient pas gratuits! Par ailleurs, c'est comparable au prix canadiens. Finalement, nous sommes retournés à l'hôpital où nous avons attendu un gros 5 minutes pour voir une gentille infirmière qui nous a injecté nos vaccins pour l'énorme sommes de 3 Euros par personne. Toujours pas certaine de tout ce qu'elle nous a dit par contre. Nous sommes maintenant plus majeur et vacciné qu'avant!