La/the route

La/the route

Saturday, October 23, 2010

Olà! (English)

We left Madera on Thursday, October 14th to head for the island of Graciosa in the Canary's archipelagos and we arrived the next saturday at 21h local time. The crossing was somewhat quiet with South westerly winds at about 15 knots. We started . The morning after our arrival, we found out that the marina was full so we stayed anchored in the bay next to it. Apparently that area is protected and we are only suppose to anchor in the next bay over called the Frenchman's bay. However, that one was already full of boats so we took the risk of being kicked out. It's not possible to do any of the formalities in Graciosa so we were only planning on staying a couple of days anyway. The day after our arrival, Bruno, Elise and their guest, Edward from the boat Lakatoa joined us in the bay and introduced us to Loïc and Axèle fromShipibo. That covered our diner dates for the next few days since weexchanged turns on welcoming everybody on our boats. They got to taste Gaston's bananas flambé in rum and maple syrup. They literally licked the plates! In Graciosa, we could fish, swim, walk or sit on a terrace. That is about all there is to do. Gaston caught his first fish. The city is very small, the streets are in sand, no internet access and the islands is a desert. It's very quiet and the perfect place to take it easy.
We then left Graciosa to go to Arrecife on the island of Lanzarote. We are tied up to a mooring in the port that is next to the commercial port. Not many moorings are available and I had to dive 20 feet under the water to get the rope because the floater that was attached to it was gone. Some of the cement blocks are safer than others so it's a good idea to go check what you are tied to. It would be very difficult to use an anchor here since the bottom is all in rock. The good news are that it's free, it's well protected from the dominant winds, the water is clean and we are very close to the city. The bad news is that we have no access to fresh water, electricity or Internet. Since there hasn't been much wind since we arrived our batteries are too low for me to work on any picture montages and if I could, I couldn't send them anyway. If you are waiting for a reply to an email, you will have to be patient for a few more days. Bruno, Elise and Edward moved to Arrecife at the same time as us so we are keeping our diner dates. We have also crossed paths with Wolfgang again who is a German we met in Porto Santo. We went to do the entry formalities to realize that there really isn't any in this place. At the Policia National, a group assembled around our passports scratching their heads wondering what they should do. Finally, a woman came back and after handing us the documents told us that since we had an entry stamps for Portugal, we had no need for any other formalities while in the Canaries. If we really wanted a stamp, we could alway go see the maritime police. Wow! Quite a change from Portugal! Although the formalities where not very complicated in those Islands, we had to do them on each one. Now we are free to rom as we wish! So we have put away our Portuguese and taken out the Spanish one. So far, the Spanish don't speak French or English as much as the Portuguese do buy if they speak in Spanish slowly, they are much easier to understand. They are very friendly. In fact, on our first try at eating tapas for lunch, the owner of the restaurant payed us a round of drinks. In Arrecife, we are back in city life and surrounded by stores of the "Duty free" type since there is no tax here. It might take the opportunity to find a inexpensive camera that would take underwater pictures...

Olà! (Français)

Nous avons quitté Madère le jeudi 14 octobre pour mettre le cap sur l'île de Graciosa dans l'archipel des Canaries ou nous sommes arrivés le samedi suivant vers 21h heure locale. La traversée fut relativement calme avec un vent du SO d'une quinzaine de noeuds. Nous avons débuté au près et terminé au petit largue en débridant graduellement à chaque jour. Le lendemain matin de notre arrivé, nous avons découvert qu'il n'y avait plus de place à la marina alors nous sommes retournés nous ancrer dans la baie d'à côté. Techniquement, nous n'avions pas le droit d'y mouiller car c'est une réserve naturelle et nous aurions dû aller dans l'anse suivante qui se nomme la baie des Français mais il y avait déjà une quinzaine de bateau qui occupait cette baie qui n'est pas très grande. Il est aussi impossible de faire les papiers d'entré sur cette île alors nous ne sommes pas resté très longtemps. Par contre, Bruno, Elise et leur invité Edward du Lakatao que nous avions rencontré à Madère sont arrivés un jour après nous dans la même baie et nous ont présenté Loïc et Axèle de Shipibo, deux jeunes français qui étaient déjà sur place. Nous avons passé les trois jours suivants à alterner d'un voilier à l'autre pour pour souper. Ils ont gouté aux bananes flambées (sirop d'érable et rhum) de Gaston et ils ont tellement aimé qu'ils ont léché les assiettes. L'attrait de Graciosa est de nager, pêcher, prendre des marches et lambiner sur la terrasse d'un café. D'ailleurs Gaston a pêché son premier poisson. La ville principale est minuscule (comme son poisson), les routes sont en sable, il n'y pas d'accès Wi-fi et l'île est désertique. C'est très tranquille. Parfait endroit pour se la couler douce.

Ensuite, nous avons quitté Graciosa le mercredi 20 octobre pour se rendre à Arrecife sur Lanzarote. Nous avons pris un mouillage sur bloc dans le vieux port devant le centre-ville. Il n'y a pas beaucoup de mouillage disponible et j'ai dû aller récupérer la corde à 20 pieds sous l'eau. Certains blocs sont plus solide que d'autres. C'est une bonne idée de vérifier l'état en plongeant. Il est difficile d'utiliser l'ancre dans cet endroit car le fond est en roche. Ce qui est bien, c'est que c'est gratuit, bien protégé des vents dominants, l'eau est propre et nous sommes tout près de la ville. Par contre nous n'avons pas de service d'eau, d'électricité ou de wi-fi. Vu qu'il ne vente pas beaucoup nous n'avons pas assez de courant électrique pour que je travaille sur des montages photos et nous n'avons pas la connexion pour les envoyer de toute façon. Pour ceux qui attendent des réponses à des courriels, vous allez devoir attendre quelques jours encore. Bruno, Elise et Edward du Lakatao ont traversé en même temps que nous alors nous continuons nos souper commun. Nous avons aussi retrouvé Wolfgang, un Allemand rencontré à Porto Santo. Nous avons été faire nos formalités d'entrées hier pour se rendre compte qu'il n'y en a pas vraiment. Au bureau de la Policia National, ils ont formé un petit groupe autour de nos passeports qu'ils ont étudié en se grattant la tête et en se demandant ce qu'ils devaient faire. Finalement, une dame nous a rendu les documents en nous disant que vu que nous avions une étampe d'entré au Portugal, nous n'avions plus besoin de faire d'autres formalités pendant la durée de notre séjour aux Canaries. Wow! méchant changement du Portugal! Quoique que les formalités ne soient pas très compliquées dans ce pays non plus, il fallait en faire à l'arrivé de chaque port. Nous avons donc remplacé notre dictionnaire portugais pour un dictionnaire espagnol. Ils parlent moins l'anglais ou le français que les Portugais mais lorsqu'ils parlent lentement, leur espagnol est plus facile à comprendre. Ils sont aussi très amicals. D'ailleurs, nous nous sommes fait payer la traite par le proprio du restaurant ou nous avons été mangés des tapas pour dîner. Ils nous a offert un verre d'Amaretto comme digestif. A Arrecife, nous sommes en ville et il y a beaucoup de magasin du genre "Duty free" car tout est exempté de taxe. Je vais essayer de voir si je peux pas trouver une caméra pas cher qui prendrait des photos sous l'eau...

Thursday, October 14, 2010

Nous quittons Madère

Aujourd'hui, nous quittons Madère pour aller à la première île des Canaries c'est-à-dire Graciosa. Nous devrions avoir du vent du Sud-ouest de 10 à 15 noeuds pour les deux prochains jours. Nous espérons faire le plus de mile possible pendant ces deux jours car ensuite nous pourrions manquer de vent. Le trajet devrait prendre de 3 à 4 jours.

leaving Madera

We will be leaving Madera today and heading to the first of the Canary Island or Graciosa. We are expecting winds from the SO about 10-15 knots for the next couple of days. We will try to take advantage of that as much as possible because there might not be any wind after that. We expect the trip to take 3 to 4 days.

Monday, October 11, 2010

This and that

Gaston always tell me that the proper way of writting is to make links in between paragraphs. Well I must appologize for the following because I only have unconnected stories to tell. So buckle your seat belts because we will be jumping from head to tail and back again. (BTW i know the expression doesn't exactly work but I couldn't come up with anything better when translating from French).To follow up on our story, we found out why it was so expensive. We needed to get burning alcohol or methyl hydrate or methanol. They are pretty much the same. What we got was ethanol. The "m" is like missing! So now we have 25 liters of alcohol used for cocktails and pure at 96%. It will still work for our stove but we will have to chain the drum to the boat so that it won't get stolen by the first drunk who walks by. We might also run into trouble with customs offers who might want to confiscate it (how much alcohol do you have on board? Euh! 25 liters!).
In Funchal, it's not a good idea to follow an "Estrada". We found ourselves in an alley surrounded by barking dogs and no exit. The locals where probably thinking: ''Great! More lost tourists!" When we arrived at the end and at the door of a private house, we realized that we would have to walk all the way back making every dog in the alley (and there are a lot of them!) bark again! Difficult to go unnoticed.
The portuguese always greet you according to the time of day. They won't use a more general "Ola" unless they know you. So the morning is "bom dias", the afternoon "boa tarde" and the evening "boa noite". Of course, Gaston and I never get to use ''bom dias'' or rarely. The most used word is thank you. The men say ''obrigado'' and the women ''obrigada". It's a grammatical thing that doesn't exist in english so kind of hard to explain but the translation would be "I'm
obligated to you" which changes if it's either masculine or feminine like most latin languages. Anyway, they are so polite that they even thank you after serving you.
We even saw a bus driver get off his bus to go explain somethings in the schedule to a passenger. It's great.

Did you know that lizards eat other things than insects? I know, we fell off our picnic table bench too. We had been hiking and we got to the top of a mountain with a beautiful view on the ocean when we decided to sit down and eat an apple. At the site of the apple, the first lizard came closer to us. We hadn't even taken a bit! When we started eating, lizards were coming out from all over the place. They can't really be interested in the apples, right? We threw a piece to find out. They jumped all over it. The piece was four times the size on their heads but they grabbed it and ran. When we were done, we threw our core... Party time!
One of the main attractions of Madeira are the Levadas. These are irrigation canals that cover a big part of the island. Since they have to be maintained, we can walk next to them for kilometers after kilometers in the mountains and around farming lands. While
we were walking one of the trails, we realized that all the farming is done manually. Hours or walking without earring the sounds of an engine. Actually, the distance between the lands and the streets is very far and can only be traveled by foot. It must be quite so
mething to get the harvest to the market. Too bad we don't speak portuguese because we would of had many questions to ask the farmers. Anyway, now that we know the work that is put in, our fruit and vegetables taste so much better.

There was a turism day on September 27th in Madeira. In consequence all the museums were free for the day so we grabbed the opportunity to visit the "Photographia-Musea Vincentes". This photographer opened the first photography studio on the island in the late 1800 and they turned it into a museum. He was the official photographer for the queen of Australia among other achievements. We got to see many pictures of Funchal in the late eighteen hundreds and early nineteen hundreds. There was also cameras and equipment dating back to the same era.
Portugese folk music is called Fado. The songs are usually sung by women and tell sad stories like: "my man is out at sea and I am waiting for him to come back". I have used this type of music in quite a few of my picture montages. However, listening to this music in Portugal is quite a challenge! In the restaurants we ear Diana Krall and Celine Dion and on the radio, it's Timberland and Lady Gaga!
We had planned on leaving this place after a couple of weeks but the weather is not cooperating. There is a depression on the Azores at the moment and Otto the hurricane seems to want to make it's way over here. So we will be staying put until at least next wednesday before we head to the Canaries.

Faits divers

Gaston me dit toujours que d'un paragraphe à l'autre, il faut faire des liens. Et bien, oubliez ça pour aujourd'hui car j'ai plein de faits divers à partager. Attachez vos ceintures on va passer du coq à l'âne!Pour faire suite à notre acquisition d'alcool, nous avons compris pourquoi c'était si cher. Nous cherchons de l'alcool à brûler ou de l'hydrate de méthyle ou de l'alcool à bois ou du méthanol. Tous ces produits reviennent au même. Ce que nous avons reçu est de l'ethanol... Il manque le ''m'' genre. Donc nous nous retrouvons avec 25 litres d'alcool qui va dans les cocktails pure à 96%. Il va falloir enchaîner le bidon sur le bateau pour ne pas se le faire voler par le premier ivrogne qui passe! Sans compter que les douaniers pourraient vouloir nous les confisquer.(Combien de litres d'alcool avez-vous à déclarer ? ...Euh ! 25 !?)
C'est pas une bonne idée à Funchal de suivre un "Estrada". Nous nous sommes retrouvés dans une ruelle sans issue avec des chiens qui aboient partout. Les locaux se disent: "Bon! encore des touristes perdus!''. Pis quand nous sommes arrivés à la porte d'une maison privée pis que nous avons réalisé que nous avions fais une erreur, il a fallu retourner sur nos pas et faire japper tous les chiens de la place (pcq il y en a en titi!) encore un fois. Difficile de passer inaperçu!
Les Portuguais saluent toujours en fonction de l'heure de la journée. C'est-à-dire que le matin est ''bom dias'' , l'après-midi est "boa tarde" et le soir est "boa noite", Bien sûr, Gaston et moi n'utilisons jamais "Bom dias" ou presque. Le mot le pl
us utilisé est merci qui se traduit en obrigado pour une homme (je vous s
uis obligé) et obrigada pour une femme (je vous suis obligée). Obrigado par ici, obrigada par là. Ils sont tellement polis qu'ils l'utilisent même après nous avoir se
rvi. On a même vu un chauffeur d'autobus sortir du bus en plein parcours pour explique à un passager quelque chose sur l'horaire. C'est génial!
Un serveur dans un restaurant à Machico, m'a dit que mon portugais était très bien. Hé! hé! hé! Ben oui! Les 10 mots que je connais, je les prononce bien! J'aurai imaginer qu'il voulait un bon pourboire mais celui-ci est déjà inclus dans le prix. Par ailleurs, nous avons rencontré un Suisse à Porto Santo. Si vous connaissez les suisse un peu, vous savez que ceux-ci parlent généralement au moins trois langues. Donc celui rencontré disait que si quelqu'un arrive à commander deux bières dans une langue, il connait la langue. Selon cette théorie, Gaston parlent plus de langues que moi!
Saviez-vous que les lézards ne mangent pas juste des insectes? Ben oui! Nous aussi sommes tombé en bas de notre banc de table à
pique nique. Nous étions rendu dans le haut d'une montagne où il a un superbe point de vu sur la mer et nous nous sommes assis pour manger une pomme. A la vue de la pomme et avant même que nous ayons pris une bouché, un petit lézard s'approche de nous. Puis un autre et un autre... nous prenons la première bouché et encore d'autres arrivent. Toujours pas convaincu que c'est la pomme qui les attirent nous en jettons un petit morceau par terre. Et bien, ils se lancent dessus! Quand nous avons jeté nos coeur, c'était le party!
Les levadas sont un des grands attraits de Madère. Ce système d'irrigation couvre une grande partie de l'île et vu qu'ils sont entretenus, ces lévadas offrent plusieurs kilomètres de sentier pédestre dans les terres agricoles mais aussi dans les montagnes.
Pendant une marche, nous avons découvert que l'agriculture est entièrement fait à la main. On entend aucun bruit de moteur. D'ailleurs, la distance entre les terres et les routes est très grande et ne peut s'effectuer qu'à pieds, dans des sentiers très étroits et très pentus. Ça doit être tout un travail d'apporter la récolte au marché. Dommage que nous ne parlons pas portugais car nous aurions posé plein de questions aux agriculteurs que nous avons croisés. En tout cas, nous pensons maintenant à tout ce travail quand nous mangeons nos bananes le matin et soudainement elles goûtent meilleures.

Il y a eu une journée du tourisme à Madère le 27 sept. En conséquence, l'entrée de tous les musées étaient gratuits pour la journée. Nous en avons donc profité pour visité le Photographia-Musea "Vincentes". C'est le premier studio de photo de Madère qui a été converti en musée. Le photographe a été au service de la reine d'Autriche en autre. Nous avons vu beaucoup de photo de la fin du 19e siècle et du début du 20ième. On y trouve aussi beaucoup d'équipement datés des même années pour la photographie et le développement.
La musique folklorique portugaise se nomme le Fado. Elle est habituellement chantée par des femmes et elle parle généralement de souffrance du genre "la femme qui attend son mari qui est parti en mer". D'ailleurs, J'ai agrémenté plusieurs de mes montagnes photos de cette musique. Pourtant entendre du Fado au Portugal n'est pas évident! Au restaurant, c'est Diana Krall et Céline Dion et sur les postes de radio des véhicules, c'est Timberland et Lady Gaga que nous entendons!
Nous avions prévu partir après deux semaines mais Monsieur météo fait son difficile. Il y a présentement une grosse dépression sur les Açores et un ouragan qui traverse l'Atlantique. Nous allons attendre le milieu de la semaine prochaine pour partir vers les Canaries.

Friday, October 1, 2010

Bonne fête à moi!

Nous n'avons rien planifié de spécial aujourd'hui. Je me suis dis que de traverser l'Atlantique, visiter les Açores et me retrouver à Madère était déjà pas mal pour un 40 ième anniversaire! Toutes les journées ont été spéciales depuis notre départ d'une manière ou d'une autre. C'est difficile à surpasser. Par exemple, nous sommes sortie de la marina avec le voilier hier pour faire un peu de pêche et nous sommes revenus avec un bouteillede vin plutôt que du poisson. Un pêche miraculeuse? Pas tout à fait. Nous avons croisé une annexe à la dérive sur notre chemin et l'avons repêchée. Un bateau à voile était à l'ancre dans un baie non loin d'où nous étions alors nous avons assumé que l'annexe leur appartenait. Nous avions raison. Le monsieur allemand était bien soulagé de nous voir arriver car ces copains étaient à terre et il n'avait plus de moyen d'aller les chercher. Si nous n'avions pas passé par là, il aurait été obligé de lever l'ancre et partir à sa recherche seul. Quand nous sommes arrivés a ces côtés, il avait déjà sorti une bouteille de vin. Une bonne action bien récompensée cette fois.
Ce matin, Ally et Tim du bateau Eleanore Tarr (Canadiens de la région de Toronto qui ont traversé un peu avant et nous et que nous croisons souvent dans les ports. Voir montage photo de Horta) sont venus me chanter "bonne fête" en français en jouant du you
koulélé. C'était trop mignon! Tellement que je n'ai pas pensé pren

dre une photo! Cet après-midi nous attendons un monsieur qui doit nous livrer de l'alcool à brûler pour notre poêle. C'est difficile à trouver au Portugal et de plus très cher. il ne nous en reste presque plus alors nous ne voulons pas manquer la visite de notre pourvoyeur. Les Portugais sont très serviables. Ils font beaucoup d'effort pour nous aider et c'est grandement apprécié. Gaston a eu une idée de génie: acheter une bouilloire et une plaque électrique! Nous ne dépenseront plus d'alcool lorsque nous seront dans une marina où l'électricité est fourni. Ce soir, mon chum me prépare à souper et je me suis achetée un gâteau au chocolat avec une bougie car en mettre 40 me causerait une dépression nerveuse. Merci à tous ceux qui m'ont envoyé des voeux de fête. Si j'avais un souhait, ça serait de vous avoir ici avec nous.
Par ailleurs, on est arrivé en ville! Il est difficile de trouver les mots exacts pour décrire Madère.... Immense, spectaculaire, superbe en sont quelques uns. Nous en aurions pour des mois pour tout voir! Funchal est un très grande ville on l'on trouve

de tout. Les fruits et les légumes poussent en abondance partout. Des montagnes à perte de vue. Des paysages a couper le souffle à chaque tournant. Nous sommes ici depuis une semaine et j'ai pris 400 photos mais j'ai encore l'impression d'avoir presque rien vu. La marina où nous nous trouvons est un peu étrange par contre. C'est tout neuf incluant les édifices à l'arrière. Ils ont commencé à construire une ville entière autour de la nouvelle marina mais ils se sont arrêtés et les bâtiments terminés ne sont pas habités. On vit dans un village fantômne... hooooooouuuuuuu! La bonne nouvelle est que la marina offre un service de navette jusqu'à Machico pour que nous puissions faire l'approvisionnement. Pour aller à Funchal, c'est un peu comme essayer de visiter Montréal à partir de Beloeil sans auto.
Notre portugais est rendu tellement bon que quand nous étions à la recherche de l'alcool à bruler, nous avons presque acheté du détergent par erreur. Pas certaine que ça aurait fait une grosse flamme mais ça aurait senti bon dans le bateau!

Happy Birthday to me

We haven't planned anything special for today. I figured that crossing the Atlantic, visiting the Azores and now being in Madera was special enough for a 40th B-day! Furthermore, everyday has been special in some way or another since wehave left so it's hard to top. Yesterday for example we left the marina with the boat to do a bit a fishing and came back with a bottle of wine. Miraculous fishing? Not quite. A dinghy crossed our path as we were trolling so we fished it out of the water. Judging by the direction of the wind, we figured it probably belonged to a sailboat that was anchored in a bay close by. We were right and the owner of the boat was very relieved to see us. He had left his friends on the ground and couldn't go get them anymore so he would of had to lift up the anchor and go after the dinghy alone. When we arrived next to his boat, he already had the bottle of wine next to him to give to us. One good deed that was properly rewarded!
This morning, Ally and Tim from the boat Eleanor Tarr (Can
adians from the Toronto region who crossed a few days before us and that we keep crossing in different marinas. See Horta pictures) came over to sign ''Happy Birthday'' in French while playing the youkoulele. They were just too adorable! So much so that I forgot to take a picture! This afternoon, we are waiting for a man to deliver burning alcohol for our stove. It's difficult to
find in Portugal and expensive. We are about to run out so we don't want to miss the visit. The Portuguese are very nice. They go out of their way to be helpful and that is very appreciated. Gaston had a genius
idea to buy a electric boiler and cooking plate so that when we are in a marina, we can use the already provided electricity and not our precious alcohol. Why didn't we think of it before? Tonight, my man is cooking me diner and I bought myself a chocolate cake with one candle because 40 would of cause a nervous breakdown. Thank you to everybody who has sent me Birthday wishes. If I had one wish today it would be to transport all of you here with us.
On Madera, we have made it to the big city. It is hard to find the exact words to describe the island but enormous,
spectacular, superb would be a few. We could go on visiting for months! Funchal is a large city were you can find anything you need. Fruits and vegetables grown in abundance everywhere. Mountains as far as the eye can see. Sceneries that take your breath away around each corner. We have been here over a week and I have taken 400 pictures but I still feel like I haven't seen much of it. The marina where we are staying is a bit strange however. It is bran new and they have built a city around it but the city is not finished, they are not finish it and was is finished is inhabited. It's like living in a ghost town.. whoooooooo! The good news is that the marina offers a shuttle service to Machico so we can go shopping. Going to Funchal is like trying to visit Montreal from Beloeil without a car.
Our reading of Portuguese had become so good that we almost bought detergent instead of burning alcohol when we were out looking for it. I don't think the flame would of been very big but the boat would of smelled nice!