La/the route

La/the route

Friday, December 31, 2010

Dakar, Senegal

Dakar, c'est pollué, c'est sale et ça pue. Un Français vous dirait que "c'est crasse". Par ailleurs, nous n'avons pas le choix d'y aller pour faire les papiers d'entrée. Étrangement, ça vaut l'expérience quand même. Imaginez un grande ville Européenne avec ses ronds points et ses gros édifices. Des gens d'affaires avec de beaux vêtements et de belles voitures se promènent ici et là. Ajoutez de grands panneauxpublicitaires à l'américaine avec de belles images et des slogans du genre "L'élégance Africaine" ou tout les figurants sont noirs. A ce portrait, il faut aussi ajouter des structures qui tombent en morceaux et des poubelles qui traînent par terre. Chaque coin de trottoir disponible est rempli d'abris à la bidonville. Maintenant, imaginez les squigys (pas certaine del'orthographe) de Montréal (pour ceux qui ne sont pas de Mtl, les squigys sont des jeunes sans abris qui nettoient les pare-brises aux feux rouge obligeant les conducteurs à leur donner de la monnaie) multipliez le nombre par 10 000pour que vous en voyez des dizaines par coin de rue et donnez leur à vendre des tupperwares, des pièces de voiture, des montres Rolex, des toiles, des serviettes, des gougounes (babouches), ... Ils sont partout et ils cherchent des opportunités.
A travers tout se fouillis, les Sénégalais sont toujours bien habillé. C'est important. La maison, la voiture, ... on s'en fou mais les vêtements, il faut qu'ils soient beaux. De plus, les Sénégalais sont très sympathiques et pas du tout agressif. Autre que de faireattentions à sa caméra et son porte-feuille, nous ne nous sentions pas en danger. Nous n'avons pas fait énormément de tourisme faute de temps car nousétions attendu en Casamanceet de plus, la ville ne comportait pas beaucoup d'attraits. Habituellement, les gens restent le temps d'obtenir une autorisation d'importation temporaire de 6 mois pour le bateau. Nous n'avons pris qu'un mois mais noussommes restés une semaine pour faire les démarches afin d'obtenir un visa pour le Brésil. Entre nos démarches, nous avons été faire une tour à Thies et Fandème mais je vais raconter cette promenade dans le prochain article. Nous avons célébré Noël au CVD (club de voile de Dakar). Le club est un oasis enplein milieu de la ville. Je ne suis pas né dans les années soixante mais si j'avais à m'imaginer une commune hippie, ça ressemblerait au CVD. Donc chaque navigateur apportait un plat et nous avons passé la soirée à manger et à discuter. C'était tranquille comme soirée. Gaston et moi avons apporté une paëlla et du jus de pain de singe. Étrangement, à la fin de la soirée, tous les Sénégalais présent se sont retrouvé autour de nous. Je ne sais pas si c'est les blagues de Gaston ou le jus de pain de singe mais nous étions populaires. Nous avons quitté Dakar le lendemain pour la Casamance. Commencez-vous à vous demanderce qu'est du jus de pain singe? À suivre...
Une conversation typique avec un chauffeur de taxi Wolof:
-Salamolekoum
-Molekoumsalam
- Ça vas?
- Ça vas. Ça vas?
- Oui, ça vas.
- Ça vas.
- Et la famille, ça vas?
- Oui, ça vas. La tienne?
- Ça vas. Les enfants?
- Ça vas. Ça vas.
- Combien pour aller à Dakkar?
- Pour toi, c'est pas cher... 4000 CFA (Environ 8$)
- C'est trop cher. Pas plus que 1500 CFA (Environ 3$).
- Tut! Tut! Je travaille fort. Ça ne couvre pas mes frais.... 3000 CFA (environ 6$).
- Non. Non. C'est trop cher. 1500 c'est raisonnable.
- Il faut que je rapporte de quoi à la famille.... 2000 CFA (environ 4$)
- D'accord pour 2000 CFA.
A noter que nous n'avons pas de connexion internet pour l'instant donc pas de photo...
Bonne année tout le monde!!!


We are not in Kansas anymore Toto!!!

Dakar... It's polluted, it's dirty and it stinks. However, we don't have a choice but to stop so we can do the entry paperwork. Strangely, it's worth the experience. Imagine a big European city with it's big buildings and it's round abouts. Business people can be found with nice close and nice cars here and there. Tall billboards with nice pictures of only black people and slogans like "The African elegance" arehung a bit everywere. To this picture add structures that are falling appart and garbage on the ground. On every available space of sidewalk there are huts made of wood pilers and sheet-iron roofs. Now imagine the Montreal squigys (not sure how it's spelled. They are kidswho live on the street and clean your windshield at red lights for change) and multiply them by 10 000 so that you see very many on each block. Then give them to sell some tupperwares, car parts, Rolex watches, paintings, towels, flip flops, ... They are everywere and they are looking for an opportunity.
A native Wolof is always well dress even if everything around is chaos. The house, the car, ... who cares but the clothes have to be nice. They are also very likeable and not at all agressive. Besides keeping an eye on your wallet and camera because of pick pockets, there are no security worries. Usually, people stay the time it takes to acquire a 6 month temporary importation permit for the boat. We only took a month so it was immediate but we needed to get a visa for Brazilwhich took a week. We didn't do much tourism inside of Dakar because of lack of time and lack of interest.
We did however go to Thies and Fandème but I will talk about these places in my next post. We celebrated X-mas at the CVD (Dakar sailing club). It is like an oasis in the city. I wasn't born in the sixties but if I had to imagine what a hippie encampment would look like th
e CVD would be it. So each
sailor brought a plate of food and we spent the evening eating and talk
ing. It was pretty quiet. We brought a paëlla and monkey bread juice. Strangely, by the end of the evening all the local present were sitting around Gaston and I. I don't know if it was because of Gaston's jokes or my monkey bread juice but we were quite popular. We left the next day to go on the Casamance river. Are you wondering yet what monkey bread juice is? to be continued...
In the french version I added a typical conversation with a Wolof taxi driver. Senegal being french, some of the subtilities would be lost if I translated it... sorry.
Note that we do not have a internet connection at the moment so no pictures...
Happy New Year everybody!

Tuesday, December 21, 2010

On the way to Dakar

We have arrived in Dakar! When navigating, our shifts tend to make it hard to figure out which day is which and what happened on what day. So in general, we had the wind in our back at about 10 knots or less and we had a sail on each side. We also did about 50 hours with the engine to cover the times with no wind. We only got some stronger winds on the last night. Bidule reacted like a horse that wants to head back to the stables! There was way too many Cargo ships on this heading for our taste and enough dolphins to satisfy. Speaking of dolphins, if you like them, you will love the new movie I added on the web site (the one on Gran Canariais has also been added). A lot of ''First'' happened during this crossing; my first complete crossing of the Atlantic (Gaston's third), the first time we both set foot in Africa, the first time we use our hydorgenerator because the windmill doesn't work when the wind comes from the back and the solar panels where in the shadows of thesails, our first flying fishes (and they really do fly!), the first use of our new GPS since the old one was dying and it would of cost too much to repair (it was about 15 years old), catching the first dorados. Gaston caught a second one which was 43 inches long and weighed 14 lbs. Since then, that is all we have been eating. We have made grilled dorado, dorado cooked in lemon juce and served in coconut milk, dorado in the oven, dorado in coconut milk and curry, dorado in a paella, dorado in a soup and we froze some dorado... Don't I sound like Baba with his shrimps in Forest Gump?So far, we had a first impression of Africa but I will not share it just yet. Bec
ause I'm a bit shocked and would like to live the experience more fully before I start sharing. In the mean time, some people have asked me how we can update the blog from the boat when we do not have an internet connection. It's magic you see. Ok, it's not magic but it's not very complicated either. We are amate
ur radio operators and we can send emails thought the high frequency radio using a special modem. However, it doesn't go faster than 1400 bauds. Kind of reminds us of the old days about 20 years ago before the internet when we use to BBS (bulletin board system). Wow, that was geeky! We also use blogger.com (Google blog) and this site let's us update by sending an email. So in short, we send an email to a special google address from our HF radio and voila! The only down side is that considering the very slow transmission speed, I can only send my witty comments, the pictures have to wait until we get back on the ground.




Le chemin vers Dakar

Nous sommes arrivés à Dakar!. En navigation, les quarts nous font un peu perdre la notion du temps et les jours qui se succèdent se ressemble et deviennent difficile à différencier. Donc en résumé, nous avons surtout fait du vent arrière avec une dizaine de noeuds de vent qui poussait la grande voile et le foc tangonné en ciseaux. Une cinquantaine d'heures au moteur pour combler les moments sans vent. Les vents plus forts sont seulement arrivés la dernière nuit. Bidule s'est comporté comme un étalon qui veut rentrer à l'étable! Il y avait beaucoup trop de cargo à notre goût et des dauphins à notre satisfaction. D'ailleurs, si vous aimez les dauphins, vous allez être servi avec le film que j'ai ajouté sur notre site web (J'ai aussi ajouté celui deGran Canaria). Cette traversée fut celle de bien des premières pour nous. Ma première traversée complète de l'Atlantique (la troisième pour Gaston), la première fois quenous mettons les pieds sur le continent africain, la première fois que nous utilisons notre hydrogénérateur car l'éolienne ne fonctionne pas vent arrière et les panneaux solaires étaient à l'ombre des voiles, nos premiers poissons volants (pis c'est vrai que ça vole pas à peu près!), la première utilisation de notre nouveau GPS car l'ancien était en train de rendre l'âme et le faire réparer n'aurait pas valu la peine (il avait une quinzaine d'année), les premières dorades pour Gaston. Il a attrapé une deuxième dorade de 43 pouces et 14lbs. Depuis, on ne mange que ça. Nous avons fait dela dorade grillée dans la poêle, de la dorade cuite au citron servi dans le lait de coco, de la dorade en papillote, de la dorade dans le lait de coco et curry, de la dorade en paella, de la dorade en soupe et congelé de la dorade ... Es-ce que vous trouvez que je commence à ressembler à Baba avec ses crevettes dans Forest Gump?
Nous avons eu quelques premières impression de l'Afrique jusqu'à maintenant mais je ne veux pas les décrire tout de suite étant encore sous le choc. Je veux vivre l'expérience africaine un peu plus longtemps avant de partager. En attendant, on m'a demandé comment je faisais pour ajouter des messages à notre blog pendant que nous sommes en mer et n'avons pas accès à l'internet.
C'est pas compliqué, c'est de la magie. Ok, c'est pas de la magie mais c'est pas très compliqué non plus. Nous pouvons à l'aide de notre radio haute fréquence (car nous sommes radio amateur) et un modem spécial envoyer des courriels. Par ailleurs, ce modem communique à environ 1400 baud maximum ce qui rappelle le bon vieux temps des débuts de l'internet d'il y 20 ans. De plus, nous utilisons blogger.com (Google blog) comme site et celui-ci permet de mettre à jour un blog par courriel. Donc voilà, j'ai une adresse spéciale pour envoyer des emails sur Google et j'envoie des messages à cette adresse par le modem qui est connecté à notre radio haute fréquence. Le seul problème est que vu la rapidité d'exécution lente, je peux seulement écrire mes conneries! Les photos doivent attendre l'arrivée sur terre.




Tuesday, December 14, 2010

Il a réussi!!!!! He did it!!!

See english below
Et oui! Gaston a pêché sa première dorade coriphene! Elle était superbe et mesurait environ 26 pouces. Il l'a remonté comme un pro. Elle n'a pas eu de chance. Nous sommes en train d'en préparer des filets pour le souper et je salive déjà.
Depuis 24h, des dauphins se promènent autour du bateau. Ils vont peut-être au Sénégal aussi. J'ai essayé de les filmer avec le petit IPOD. J'ai bien hâte de voir ce que cela à donné et de travailler sur le montage.

_________
Yes! Gaston caught his first fish (don't know the name of it in english. Will add a picture when we have the Internet on board). It was about 26 inches long and so beautifull. He brought it in like a pro. It didn't have a chance. We are cooking the first filets now and my mouth is watering.
Over the last 24h, some dolphins have been swimming around the boat. Maybe they are heading our way. I have tried filming them with the small IPOD. Can't wait to see how it turned out and work on the editing.


Monday, December 13, 2010

Vers Dakar/On the way to Dakar

See english below the line.

C'est la deuxième nuit de navigation vers Dakar et nous sommes beaucoup plus tranquille qu'hier. Entre les Canaries et la côte Africaine, les cargos se succèdent comme sur une autoroute. Il faillait être bien vigilant lors de nos quarts. Vu le manque de lumière en provenance des côtes, nous pouvons voir des milliards et des milliards d'étoiles. La dernière fois que j'en ai vu autant, j'étais chez une copine au Nouveau-Brunswick. Mais ici, il y a tellement d'étoiles filantes que nous ne savons plus quoi faire comme voeux. A l'heure du coucher du soleil, une quinzaine de dauphins sont venus faire un spectacle autour du bateau. On est toujours excité comme des enfants à chaque fois qu'ils apparaissent. Nous sommes au moteur présentement car depuis notre départ, nous manquons de vent à l'occasion et cette fois-ci, la houle secoue tellement les voiles que nos n'avons pas le choix d'affaler. La majorité du voyage s'est fait à voile par contre. Généralement, vent de travers à vent arrière et pas plus de 15 noeud de vent. Il n'y avait pas beaucoup de houle à notre départ mais celle-ci a augmenté jusqu'à deux mètre en provenance de l'ouest. Elle c'est calmée en début de nuit pour nous donner un peu de répit. Étrangement, nous nous rapprochons de plus en plus de l'équateur mais il ne fait pas très chaud. Nous passons nos journées et nos nuits habillé en long avec des polars. Le moral est bon, la bouffe et bonne... tout vas bien.
---------------------------------------------------------
It is the second night of navigation towards Dakar and we are much more at ease than yesterday. Between the Canaries and the African coast, the cargo ships go by like on an express way. We had to keep our eyes wide open all night. Because of the lack of light from the coast, we can see thousands and thousands of stars. The only other time I have seen so many was at a friends house in New-Brunswick. But here we also see so many shooting stars that we don't know what to wish for anymore. At sundown, we were visited buy about fifteen dolphins who gave us quite a show. We are still as excited as children every time they appear! We are presently using the engin since the wind dies down on ocasion. Most of the trip so far has been done with the sails however. Mostly, with the wind on our side or in the back with a max speed of 15 knots. There was much waves at the start of the trip but they swell pick up to 2m during the days and has died back down for the night to let us get some rest. Strangely, we are getting closer to the equater and yet it is cold. We have spent our days and night wearing long pants and polar sweaters. The Cew's moral is good and so is the food... all is good.

Friday, December 10, 2010

The Chase

There are moments in life were you wish your camera was on hand but instead it is neatly packed in it's case. Sunday evening was one of those missed moments. In Las Palmas, it was 36°C after sundown so we didn't want to cook inside an already warm boat and our propane tank for the BBQ is empty. Finding propane gas in Europe is like finding a needle in a haystack because they use butane. We did find some the next week by going all the way to a factory but they didn't have the proper adaptor. So no propane for us but that is another story. Back to this one, we decided to take our electric stove into the cockpit to cook a goulache (kind of like a beef stew with a lot of paprika). I'm inside cutting up some vegetables and Gaston is outside stirring everything in the cooking pot when a giant cockroach appears on one of our benches. By giant I mean we could of saddled it up to visit the island. So Gaston, armed with the wooden spoon used to stir the goulache starts hunting the reached bug. Tap! Tap! Tap! It is faster that he is and hides under the electric stove. All of a sudden, Gaston decides the meal is ready! So I take off the pots from the stove and he lifts it up but... no cockroach. Where did it go? It shows up in the cracks of our woden benches. Again, Gaston goes after it with his spoon and WAM! He turns it into fish food. Fiew! Gaston the Hero! Note that we have since installed traps all over the boat to get rid of these bugs. And the spoon was not use to stir the goulache again.
Yesterday, we decided to take a break from the preparation of our next trips so we could visit the island by car. Here is a tip, always keep an eye on the gas gage! On this Island the service stations are far apart. We found ourselves with the gage needle in the red on top of the highest volcano. The nearest station was at the base. Half way back down, a message that we were about to run out of fuel appeared on the dash. Gaston kept on going by avoiding to step on the gas as much as possible and keeping his fingers crossed (Thank God we were going downhill!). We finally managed to ge
t to the pump but we were running on vapors! It may be a good thing that we are not far-sighted because it would not give us any stories to tell other than the images of the mountains were so spectacular that our brains could barely assimilate them. We don't really enjoy staying in Las Palmas because it is a big city (noisy and polluted but we can find everything we need) but we really enjoyed the panoramic views of the rest of the island. Unfortunatly, I haven't started to put together my picture montage yet but I did add 3 others to the web site today (http://bidule.micro.org/Site/Canaries.html).
We will be leaving on Saturday morning to head for Dakar in Senegal. The trip should take us 7-8 days. According to our sources, the internet is available in the marina in Dakar so we should be able to give you more news from there.






La chasse

Il y a des moments dans la vie ou nous aimerions avoir sous la main notre caméra mais elle est bien rangé dans sa boîte. Dimanche soir dernier était un de ces moments ratés. Après le coucher du soleil, la température à Las Palmas était de 36°C. Nous ne voulions donc pas faire le souper à l'intérieur car le bateau était déjà chaud mais nous n'avions plus de propane pour faire un BBQ. Trouver du propane en Europe c'est comme chercher un aiguille dans une botte de foin car ils utilisent du butane. Nous en avons trouvé plus tard dans une usine à 20 km de Las Palmas mais ils n'avaient pas le bon adapteur. Donc pas de propane mais c'est une autre histoire.Si nous retournons à nos moutons, nous avons sorti notre poêle à deux ronds électriques dans le cockpit pour préparer une goulache. Pendant que je suis à l'intérieur à couper des légumes, Gaston est à l'extérieur à assembler les ingrédients dansle presto et une coquerelle (cafard) se présente sur un des bancs. Elle est probablement montée par une des amarres. Mais en parlant de monter, elle est tellement grosse que nous aurions pu lui mettreune selle et faire le tour de l'île. Gaston armé de lacuillère de bois qu'il utilise pour brasser la goulache se lance à la chasse. Tap! Tap! Tap! La coquerelle est plus vite que lui et se cache sous la plaque chauffante. Soudainement, il décide que le repas est prêt. J'entre donc les casseroles à l'intérieur, Gaston soulève le réchaud et.... pas de coquerelle! Oû est-elle? La voilà qui apparait entre les lattes des bancs de cockpit. Gaston reprend sa chasse à la cuillère de bois et WAM! la coquerelle devient de la bouffe pour poisson. Ah! Fiew! A noter que nous avons maintenant des pièges partout dans le bateau pour se débarrasser de ces bestioles et que la cuillère de bois n'est pas retournée dans la goulache.

Hier, nous avons décidé de prendre une pause de la préparation des voyages futur pour faire un tour de l'île en voiture. Petit conseil, toujours garder un oeil sur le niveau d'essence ! Ici les stations services sont très loin l'une de l'autre et nous nous sommes retrouvés avec l'aiguille dans le rouge sur le dessus du plus haut volcan. Pour trouver la première station, il fallait retourner à la base. À mi-chemin, un message est apparu sur le tableau de bord nous indiquant que nous allions manquer de carburant. Gaston a continué de descendre en appuyant le moins possible sur la pédale à gaz (une chance que nous descendions!). Nous somme arrivés à la station sur les vapeurs! Dans le fond, une chance que nous ne sommes pas très prévoyant car nous n'aurions rien à raconter sinon que les images des montagnes sont tellement spectaculaire que nos cerveaux avaient de la difficulté à les assimiler. Autant nous avons hâte de quitter Las Palmas car nous n'aimons pas particulièrement lesgrandes villes (c'est bruyant et pollué mais nous y trouvons de tout) autant nous avons trouvé le reste de l'île spectaculaire. Malheureusement, je n'ai pas encore faitlemontage photo. Par ailleurs, vous en trouverez trois nouveaux sur le site web (http://bidule.micro.org/Site/Canaries.html).
Nous quitterons Las Palmas pour Dakar au Sénégal samedi matin. Le voyage devrait prendre environ 7-8 jours. Selon certaine de nos sources, l'internet est disponible à la marina de Dakar alors nous pourrons vous donner de nos nouvelles.



Sunday, December 5, 2010

Leaving for Las Palmas

My new way of adding pictures to the site doesn't seem to work so I will go back to the old way... I will need a couple of days however...

In the mean time, we have been in Las Palmas, Gran Canaria for a few days. Our stay in Fuerto Ventura was very nice and the marina is very comfortable. Although there is little touristique interest in the village of Gran Tarajal, it is still very charming. We decdied not to rent a car  and only stick to walking around the same city. We got accainted with a couple on a boat called Anna-Pournâ devi (Indian godess of abondance). Pierre (french) and Candide (Portugese) told us so many interesting stories that we decided that our next stop should be Senegal.

So we are now in Las Palmas preparing our trip to the African coast. We beleive that we have for about a week's worth of work to do. We don't thing provisioning will be an issue around here... the city is hudge!

Thursday, December 2, 2010

Départ pour Las Palmas

Ouain! Ma nouvelle façon d'ajouter des photos sur le site ne semble pas fonctionner. Je vais donc retourner à l'ancienne méthode mais je vais avoir besoin de quelques jours...

Entre temps, nous avons quitté Gran Tarajal hier en milieu d'après-midi pour arriver vers 8h ce matin à Las Palmas. Notre séjour d'une semaine et d'un jour sur Fuerto Ventura fut très bien. La marina est confortable même si il n'y a pas énormément de service. Gran Tarajal n'est pas un lieu touristique très intéressant mais la ville est quand même charmante. De plus, nous avons choisi de ne pas louer de voiture. Nous avons fait la connaissance de Candide (Portuguaise) et Pierre (Français) sur Anna-Pournâ Devi (déesse hindou de l'abondance). Ils ont été partout et à force d'écouter leur histoires, nous avons décidé d'aller faire un tour au Sénégal.

Donc nous sommes maintenant Las Palmas ou nous allons faire nos préparatifs pour aller sur la côte Africaine. Nous avons un peu d'entretient à faire sur le bateau donc nous croyons avoir une semaine bien occupée. L'approvisionnement ne risque pas d'être un problème car la ville est énorme.

Friday, November 26, 2010

Départ de Arrecife

Nous avons célébré le60ième anniversaire de Gaston en louant une voiture pour faire le tour de l'île de Lanzarote en compagnie de Karry du Zaliah (BR) et Guy du Gaara (FR) (www.gaaraguy.com). Notre but premier était la visite d' el Parque Nacional de Timanfaya. C'est un parc de volcans qui ont fait irruption en 1730 créant de nouvelles montagnes sur l'île et un énorme champs de lave. Trèsimpressionnant comme paysage particulièrement pour les couleurs et les formes. Sur la montagne ou se trouve le point de départ de l'expédition en autobus, le restaurant utilise la chaleur du volcan pour faire cuire les grillades. Autre que le parc, nous avons fait un arrêt dans la jolie ville de Haria. Cette ville avec ses grands palmiers et ses lauriers est un oasis au milieu du désert. Nous nous sommes arrêté à Teguise pour un lunch de tapas. Pour ceux qui ne savent pas, les tapas sont de petites assiettes de nourriture quel'on partage. Dans ce cas ci, nous avons mangé de la pieuvre aux oignons et poivrons verts, des tomates avec jambon, fromage et sauce balsamique, des patates servi avec les sauce au piment et carry typique des Canaries, une tranche de tortillas (omelette aux patates typiquement espagnole)et des crevettes dans une sauce tomate. Pour le souper, nosdeux copains sont venus manger une paella (riz espagnole aux fruits de mer) que Gaston a préparé sur notre bateau. En passant, si vous vous demandez ce que font les trois amis sur la photo, ils comparent leurs cicatrices sur les tibias laissées par des pédales de vélo de montagne. (Dans un lointain passé pour ce qui est de Gaston)
Le dos de Gaston va mieux. Ou du moins il est capable de bouger alors nous avons décidé qu'il était temps de découvrir la prochaine île. Nous avons quitté Arrecife pour passer une nuit au mouillage à Playa Mujeres au sud de Lanzarote. C'est un beau mouillage mais seulement par temps doux car le fond est un mélange de roche et de sable donc la t

enu n'est pas assurée. Par mauvais temps, il faudrait aller à la marina de Rubicon juste à côté. Cette grande marina toute neuve et entourée de centres commerciaux est justement un peu trop commerciale pour nous. Nous sommes donc parti pour Fuerto Ventura tôt le matin car nous avions 80 milles à parcourir avant d'arriver à Gran Tarajal ou nous sommes présentement. Faute de vent, le voyage c'est fait au moteur. Petit fait intéressant de cette île est qu'elle est la plus proche des côtes africaines et plus précisément du Sahara avec seulement 60 miles nautiques de distance. Quand il y a des tempêtes de sable dans le désert, le sable est transporté par le vent sur les côtes de l'île et forme des plages de sable blanc sur une île brun foncé. Du mauvais temps est annoncé pour la finde semaine prochaine; quelques grains avec une trentaine de noeuds de vent du sud-ouest.
Nous allons donc rester bien sagement dans la marina de Gran Tarajal entouré de gros murs de béton jusqu'à ce que le beau temps revienne. La marina coûte 6,55 Euro par jour incluant électricité et eau mais pas de douche, de laveuse ou de Wi-fi. La douche et le lavage se font dans le cockpit et le Wi-fi au centre culturel qui est à 15-20 minutes de marche. Pour plus de photos, aller faire un tour sur le site web... Nous essayons une nouvelle formule. Donnez-nous vos impressions.

Leaving Arrecife



We celebrated Gaston's 60th Birthday by renting a car and visiting the Island of Lanzarote with Karry from Zaliah (BR) and Guy fromGaara (FR) (www.gaaraguy.com). The first goal of the visit was to see the Parque Nacional de Timanfaya. This is a park of volcanos which erupted in 1730 creating new mountains and a field of lava as far as the eye can see. It is impressive for it colors and shapes. On the mountain were the bus tourstarts, the restaurant uses the heat from one volcano to grill the food. Besides the park, we visited the lovely city of Haria. With it's tall palm trees, it is like an oasis in the middle of the desert. We stopped in Teguise to eat tapas for lunch. For those of you who don't know, tapas are small dishesthat are shared. Kind of like feeding yourself with different appetizers. Inthis case, we had some octopus with onions and green peppers, potatoes with curry and pimento sauce typical of the Canaries, tomatoes with ham, cheese and balsamic sauce, a slice of tortillas (spanish potato omelet) and shrimps in a tomato sauce. For diner, our two new friends joined us on the boat to enjoy a paella (spanish rice with seafood) cooked by Gaston. By the way, if you are wondering what the three of them are doing on the picture, they are comparing scares from bicycle pedals that have slipped and hit their shin-bone.Gaston's back is better. Or at least he can move now so we have decided to move on to the next Island. We first headed to Playa Mujeres in the south of Lanzarote to spend the night anchored next to the beach. It is a beautiful anchorage in nice weather but since the bottom is made of mix of rocks and sand, the hold in not guaranteed. In bad weather, the marina Rubicon which is right next to the beach would be a better option. However, it's new, it's big and it's surrounded by shopping centers... a bit too commercial for our taste. So the next morning we left early to head fo
r the island of Fuerto Ventura since we had about 80 nm to cover to get to Gran Tarajal. The trip was all done using the engine since we had no wind. An interesting fact about this island is that it is the closest to the African coast with only 60 miles to get to the Sahara desert. When a storm hits the desert, the sand is transported to Fuerto Ventura by the wind. This created beaches of white sand on an island that is otherwise all dark brown. We are expecting some bad weather for the weekend; a few stormsand 30 knots of wind from the SW. So since we are at present surrounded by concrete walls, we will sit still until the sun comes back. The marina is 6,55 Euros a night and includes electricity and water but no showers, laundry or wi-fi. The first two are done in the cockpit and the later in the cultural center which is about 15-20 minutes walking distance. If you would like to see pictures more pictures of the canaries, check out the web site. We are trying a new format for the picture. Let us know what you think.

Thursday, November 11, 2010

Still in Arrecife

Not moving much these days. The anchorage in Arrecife is a bit like "Hotel California"... "you can check out anytime you want but you can never leave". An Englishman has been here since May. A Frenchmen stayed because he hurt a finger and even after it finished healing, he stayed. Just before he was to leave a canadian hurt is back so he's been staying put since. No worries however, Gaston is healing slowly. We have had some winds of up to 25 knots but since they were from the North-East, we were well protected. However, in that much wind, there is a bit of wave in the bay which can turn into a shower when you try to get to the shore in the dinghy. We end up looking like people who peed in their pants. And when salt water dries, it leaves a white mark on your trousers. Very classy! This anchorage is actually more dangerous when there is no wind at all. The boats circle around the blocks according to current instead of wind so they go every which way and since the blocks are close to each other, there is a danger of collision. We crashed into our neighbor twice in one night without serious damage. I dived to get the rope of a second block close by the next morning. Using the two blocks has put enough distance between the two boats.
Since there is not way to fill up our fresh water tanks in this port and our water levels were getting low, we decided to start up our desalinisator which had never work before. Other than have to change the breaker because it was not strong enough, the start up went very well. We produced enough water to fill up our tanks again in a few days since we only produce around noon when the sun provides the most electricity. Our Katadyne produces between 4 to 5 liters of fresh water per hour using 4 amps. Not too bad!
Other than Arrecife, we visited Teguise the oldest city of the Island with our friends from Lakatoa. To keep ourselves busy, we also go on other boat to play cards, drink or eat and then we invite people on our boat an do the same. One night, Tony an Ozzy invited everybody in the bay over on his boat with their musical instrument for a jam session. His boat is name Ragin Cajun and he is a violin player. We were about 15 on the boat and Gaston had a ball playing his harmonica. I also go diving for glasses after someone jumped in forgetting to take them off.
Before we left Canada, Gaston and I received vaccines for most of the dangerous diseases but we could not get the last of the doses for the Hepatitis vaccine since we had to wait 6 month in between doses. So the 6 months came to anytime after October 24th. We are on a spanish speaking Island, not in a marina and we have no idea how the health system works. So we decide to show up at the first hospital, say to the receptionist : "Buenos diàs. Es necessita una vacuna por hepatite. Es disponible aqui?" and cross our fingers. The man understood! However he then needed to explain to us that we had to go to the government to get a prescription then to the pharmacy to get the medication and finally back to the hospital to get it injected. Of course, we didn't get all this the first time around but the man was very patient and all smiles! So we go to the government building and the receptionist sends us to an office where the woman is not quite as patient and smiling. Frowny face said something very fast in Spanish and I answered: "que?" so she said it again just as fast. A man next to her who noticed our "deer in headlights" expression talked to us in English. Alleluia!!! So we found out that she wanted to give us an appointment with a doctor that only comes to the island on Friday mornings in a totally different building. The next Friday, our appointment is at 10h and the same unhappy woman is at the desk and she gives us a paper all in Spanish to fill out. Fortunately, we have a dictionary with us but we are a bit worried about the conversation with the doctor. Turns out that she was absolutely charming. She spoke to us in a pot-pourri of French, Spanish and English and we managed to understand everything. We left not only with our prescriptions for the vaccine but also for malaria medication and a lot of useful information. All of this for free! We had to go to two pharmacies to get the medication because we didn't want to wait an extra day and that was not free but close to the same prices as in Canada. Then back to the first hospital and after waiting for about 5 minutes, a very nice nurse injected the vaccines. Still not quite sure what she said to us however.

Toujours à Arrecife

Nous ne bougeons pas beaucoup. Le mouillage dans le vieux port d'Arrecife est un peu comme "Hotel California" une fois attaché tu ne peux plus repartir. D'ailleurs un des bateaux, un anglais, est ici depuis le mois de mai! Un Français est resté car il s'est blessé à un doigt et même après la guérison, il n'est pas reparti. Juste avant son départ,un Canadien du nom deGaston c'est fait mal au dos alors, nous sommes encore ici. Pas d'inquiétude, il va s'en remettre. Nous avons eu quelques vents de 25 noeuds mais du Nord-Est alors nous somme bien protégés. Le seul problème de ces vents est qu'ils soulèvent un petit clapot dans la baie qui nous fait prendre un douche lorsque nous nous nous rendons en ville avec l'annexe. Une fois arrivé a destination, nous avons l'air de gens qui ont fait pipi dans nos culottes. Sans compter que l'eau salée laisse un cerne quand elle sèche. Ça fait vraiment classy! Ce qui est surprenant est que ce mouillage est plus dangereux quand il n'y a pas de vent. Les bateaux font alors des cercles autour de leur corps-mort selon les courants, c'est-à-dire un peu n'importe comment. Vu que certains blocs sont très près les uns des autres, il y a risque de collision entre les bateaux. Nous avons heurté le bateau voisin deux fois dans une nuit sans faire de dommage. Le lendemain, j'ai plongé pour aller chercher la corde d'un tout petit bloc tout prêt. En utilisant les deux blocs de béton, nous avons réussi à nous éloigner suffisamment.
Vu qu'il n'y a pas d'endroit pour remplir l'eau potable et que nos réservoirs baissait dangereusement, nous avons décidé de mettre en marche notre dessalinisateur qui n'avait pas encore servi. Mis à part un disjoncteur qui a sauté et que Gaston a du remplacer, la mise en marche a bien été et nous avons produit assez d'eau douce pour remplir les réservoirs. Notre Katadyne produit entre 4 et 5 litres à l'heure à 4 ampères / heure. Pas si pire!
Autre que la ville d'Arrecife, nous avons visité Teguise qui est la ville la plus vieille ainsi que l'ancienne capitale de l'ïle avec nos copains de Lakatao. Pour se garder occupé, nous allons régulièrement sur d'autres bateaux pour jouer au Tarot (jeu de carte français qui n'a rien à voir avec le Tarot de Marseille qui prédit le future), prendre un coup ou manger et ensuite, c'est à notre tour d'être les hôtes. Un soir, un Australien du nom de Tony a invité tout le monde du mouillage avec leur instrument de musique sur son bateau pour une session de jam. Nous étions une quinzaine sur le voilier et Gaston c'est lâché lousse à l'harmonica. Je m'amuse aussi a repêcher des lunettes quand quelqu'un saute à l'eau sans penser de les enlever ; ce qui me vaut le surnom de "sirène d'Arrecife".
Avant de quitter le Canada, Gaston et moi avons reçu une série de vaccins contre plusieurs maladie mais nous n'avons pas eu le temps d'avoir le dernier vaccin de l'hépatite car il faut attendre 6 mois. Donc le dernier vaccin était dû à partir du 24 octobre 2010. Hors a cette date, nous sommes sur une île espagnole et nous avons aucune idée de comment fonctionne le système de la santé. Nous décidons d'aller à l'hôpital le plus près, dire à la réception: "Buenos Dias. Es necessitas una vacuna por hepatite. Es diponible aqui?" et de se croiser les doigts. Le Monsieur à la réception a compris ce que nous voulions mais a du ensuite nous faire comprendre qu'il fallait aller au gouvernement chercher une prescription, aller à la pharmacie pour acheter le vaccin et revenir à l'hôpital pour qu'une infirmière nous l'injecte. Évidemment, nous n'avons pas compris du premier coup. Il s'est montré très patient et souriant. Donc nous sommes repartis de l'hôpital pour nous rendre au bureau du gouvernement. Cette fois-ci, le Monsieur de la réception nous pointe vers un bureau où la Madame est pas tout à fait aussi patiente et souriante. La face de boeuf nous déboule toute l'info très rapidement en espagnol. Ma réponse :"que?" (quoi?) Elle a répété une deuxième fois tout aussi rapidement. Son voisin de bureau décide d'intervenir en anglais! Alléluia!!! Donc nous découvrons qu'elle veut nous donner un rendez-vous avec un médecin qui vient seulement sut l'île le vendredi matin et, de l'autre côté de la ville. Le prochain vendredi arrive et notre rendez-vous est à 10h. A notre arrivé, nous sommes accueilli par la même "air bête" et cette fois-ci elle nous remet un formulaire à remplir tout en espagnol sans aucune explication. Un chance que je traîne toujours un dictionnaire. Nous étions toutefois un peu inquiets de la discussion avec le médecin mais elle était tout à fait charmante. Elle parlait un mélange d'anglais, d'espagnol et de français mais nous avons tout compris. Nous sommes sorti avec nos prescriptions pour l'hépatite ainsi qu'une prescription pour le médicament contre la malaria et tout plein d'informations utiles. De plus, c'était gratuit! Nous avons du faire deux pharmacies pour avoir tous les médicaments car nous ne voulions pas attendre au lendemain et ceux-ci n'étaient pas gratuits! Par ailleurs, c'est comparable au prix canadiens. Finalement, nous sommes retournés à l'hôpital où nous avons attendu un gros 5 minutes pour voir une gentille infirmière qui nous a injecté nos vaccins pour l'énorme sommes de 3 Euros par personne. Toujours pas certaine de tout ce qu'elle nous a dit par contre. Nous sommes maintenant plus majeur et vacciné qu'avant!

Saturday, October 23, 2010

Olà! (English)

We left Madera on Thursday, October 14th to head for the island of Graciosa in the Canary's archipelagos and we arrived the next saturday at 21h local time. The crossing was somewhat quiet with South westerly winds at about 15 knots. We started . The morning after our arrival, we found out that the marina was full so we stayed anchored in the bay next to it. Apparently that area is protected and we are only suppose to anchor in the next bay over called the Frenchman's bay. However, that one was already full of boats so we took the risk of being kicked out. It's not possible to do any of the formalities in Graciosa so we were only planning on staying a couple of days anyway. The day after our arrival, Bruno, Elise and their guest, Edward from the boat Lakatoa joined us in the bay and introduced us to Loïc and Axèle fromShipibo. That covered our diner dates for the next few days since weexchanged turns on welcoming everybody on our boats. They got to taste Gaston's bananas flambé in rum and maple syrup. They literally licked the plates! In Graciosa, we could fish, swim, walk or sit on a terrace. That is about all there is to do. Gaston caught his first fish. The city is very small, the streets are in sand, no internet access and the islands is a desert. It's very quiet and the perfect place to take it easy.
We then left Graciosa to go to Arrecife on the island of Lanzarote. We are tied up to a mooring in the port that is next to the commercial port. Not many moorings are available and I had to dive 20 feet under the water to get the rope because the floater that was attached to it was gone. Some of the cement blocks are safer than others so it's a good idea to go check what you are tied to. It would be very difficult to use an anchor here since the bottom is all in rock. The good news are that it's free, it's well protected from the dominant winds, the water is clean and we are very close to the city. The bad news is that we have no access to fresh water, electricity or Internet. Since there hasn't been much wind since we arrived our batteries are too low for me to work on any picture montages and if I could, I couldn't send them anyway. If you are waiting for a reply to an email, you will have to be patient for a few more days. Bruno, Elise and Edward moved to Arrecife at the same time as us so we are keeping our diner dates. We have also crossed paths with Wolfgang again who is a German we met in Porto Santo. We went to do the entry formalities to realize that there really isn't any in this place. At the Policia National, a group assembled around our passports scratching their heads wondering what they should do. Finally, a woman came back and after handing us the documents told us that since we had an entry stamps for Portugal, we had no need for any other formalities while in the Canaries. If we really wanted a stamp, we could alway go see the maritime police. Wow! Quite a change from Portugal! Although the formalities where not very complicated in those Islands, we had to do them on each one. Now we are free to rom as we wish! So we have put away our Portuguese and taken out the Spanish one. So far, the Spanish don't speak French or English as much as the Portuguese do buy if they speak in Spanish slowly, they are much easier to understand. They are very friendly. In fact, on our first try at eating tapas for lunch, the owner of the restaurant payed us a round of drinks. In Arrecife, we are back in city life and surrounded by stores of the "Duty free" type since there is no tax here. It might take the opportunity to find a inexpensive camera that would take underwater pictures...

Olà! (Français)

Nous avons quitté Madère le jeudi 14 octobre pour mettre le cap sur l'île de Graciosa dans l'archipel des Canaries ou nous sommes arrivés le samedi suivant vers 21h heure locale. La traversée fut relativement calme avec un vent du SO d'une quinzaine de noeuds. Nous avons débuté au près et terminé au petit largue en débridant graduellement à chaque jour. Le lendemain matin de notre arrivé, nous avons découvert qu'il n'y avait plus de place à la marina alors nous sommes retournés nous ancrer dans la baie d'à côté. Techniquement, nous n'avions pas le droit d'y mouiller car c'est une réserve naturelle et nous aurions dû aller dans l'anse suivante qui se nomme la baie des Français mais il y avait déjà une quinzaine de bateau qui occupait cette baie qui n'est pas très grande. Il est aussi impossible de faire les papiers d'entré sur cette île alors nous ne sommes pas resté très longtemps. Par contre, Bruno, Elise et leur invité Edward du Lakatao que nous avions rencontré à Madère sont arrivés un jour après nous dans la même baie et nous ont présenté Loïc et Axèle de Shipibo, deux jeunes français qui étaient déjà sur place. Nous avons passé les trois jours suivants à alterner d'un voilier à l'autre pour pour souper. Ils ont gouté aux bananes flambées (sirop d'érable et rhum) de Gaston et ils ont tellement aimé qu'ils ont léché les assiettes. L'attrait de Graciosa est de nager, pêcher, prendre des marches et lambiner sur la terrasse d'un café. D'ailleurs Gaston a pêché son premier poisson. La ville principale est minuscule (comme son poisson), les routes sont en sable, il n'y pas d'accès Wi-fi et l'île est désertique. C'est très tranquille. Parfait endroit pour se la couler douce.

Ensuite, nous avons quitté Graciosa le mercredi 20 octobre pour se rendre à Arrecife sur Lanzarote. Nous avons pris un mouillage sur bloc dans le vieux port devant le centre-ville. Il n'y a pas beaucoup de mouillage disponible et j'ai dû aller récupérer la corde à 20 pieds sous l'eau. Certains blocs sont plus solide que d'autres. C'est une bonne idée de vérifier l'état en plongeant. Il est difficile d'utiliser l'ancre dans cet endroit car le fond est en roche. Ce qui est bien, c'est que c'est gratuit, bien protégé des vents dominants, l'eau est propre et nous sommes tout près de la ville. Par contre nous n'avons pas de service d'eau, d'électricité ou de wi-fi. Vu qu'il ne vente pas beaucoup nous n'avons pas assez de courant électrique pour que je travaille sur des montages photos et nous n'avons pas la connexion pour les envoyer de toute façon. Pour ceux qui attendent des réponses à des courriels, vous allez devoir attendre quelques jours encore. Bruno, Elise et Edward du Lakatao ont traversé en même temps que nous alors nous continuons nos souper commun. Nous avons aussi retrouvé Wolfgang, un Allemand rencontré à Porto Santo. Nous avons été faire nos formalités d'entrées hier pour se rendre compte qu'il n'y en a pas vraiment. Au bureau de la Policia National, ils ont formé un petit groupe autour de nos passeports qu'ils ont étudié en se grattant la tête et en se demandant ce qu'ils devaient faire. Finalement, une dame nous a rendu les documents en nous disant que vu que nous avions une étampe d'entré au Portugal, nous n'avions plus besoin de faire d'autres formalités pendant la durée de notre séjour aux Canaries. Wow! méchant changement du Portugal! Quoique que les formalités ne soient pas très compliquées dans ce pays non plus, il fallait en faire à l'arrivé de chaque port. Nous avons donc remplacé notre dictionnaire portugais pour un dictionnaire espagnol. Ils parlent moins l'anglais ou le français que les Portugais mais lorsqu'ils parlent lentement, leur espagnol est plus facile à comprendre. Ils sont aussi très amicals. D'ailleurs, nous nous sommes fait payer la traite par le proprio du restaurant ou nous avons été mangés des tapas pour dîner. Ils nous a offert un verre d'Amaretto comme digestif. A Arrecife, nous sommes en ville et il y a beaucoup de magasin du genre "Duty free" car tout est exempté de taxe. Je vais essayer de voir si je peux pas trouver une caméra pas cher qui prendrait des photos sous l'eau...

Thursday, October 14, 2010

Nous quittons Madère

Aujourd'hui, nous quittons Madère pour aller à la première île des Canaries c'est-à-dire Graciosa. Nous devrions avoir du vent du Sud-ouest de 10 à 15 noeuds pour les deux prochains jours. Nous espérons faire le plus de mile possible pendant ces deux jours car ensuite nous pourrions manquer de vent. Le trajet devrait prendre de 3 à 4 jours.

leaving Madera

We will be leaving Madera today and heading to the first of the Canary Island or Graciosa. We are expecting winds from the SO about 10-15 knots for the next couple of days. We will try to take advantage of that as much as possible because there might not be any wind after that. We expect the trip to take 3 to 4 days.

Monday, October 11, 2010

This and that

Gaston always tell me that the proper way of writting is to make links in between paragraphs. Well I must appologize for the following because I only have unconnected stories to tell. So buckle your seat belts because we will be jumping from head to tail and back again. (BTW i know the expression doesn't exactly work but I couldn't come up with anything better when translating from French).To follow up on our story, we found out why it was so expensive. We needed to get burning alcohol or methyl hydrate or methanol. They are pretty much the same. What we got was ethanol. The "m" is like missing! So now we have 25 liters of alcohol used for cocktails and pure at 96%. It will still work for our stove but we will have to chain the drum to the boat so that it won't get stolen by the first drunk who walks by. We might also run into trouble with customs offers who might want to confiscate it (how much alcohol do you have on board? Euh! 25 liters!).
In Funchal, it's not a good idea to follow an "Estrada". We found ourselves in an alley surrounded by barking dogs and no exit. The locals where probably thinking: ''Great! More lost tourists!" When we arrived at the end and at the door of a private house, we realized that we would have to walk all the way back making every dog in the alley (and there are a lot of them!) bark again! Difficult to go unnoticed.
The portuguese always greet you according to the time of day. They won't use a more general "Ola" unless they know you. So the morning is "bom dias", the afternoon "boa tarde" and the evening "boa noite". Of course, Gaston and I never get to use ''bom dias'' or rarely. The most used word is thank you. The men say ''obrigado'' and the women ''obrigada". It's a grammatical thing that doesn't exist in english so kind of hard to explain but the translation would be "I'm
obligated to you" which changes if it's either masculine or feminine like most latin languages. Anyway, they are so polite that they even thank you after serving you.
We even saw a bus driver get off his bus to go explain somethings in the schedule to a passenger. It's great.

Did you know that lizards eat other things than insects? I know, we fell off our picnic table bench too. We had been hiking and we got to the top of a mountain with a beautiful view on the ocean when we decided to sit down and eat an apple. At the site of the apple, the first lizard came closer to us. We hadn't even taken a bit! When we started eating, lizards were coming out from all over the place. They can't really be interested in the apples, right? We threw a piece to find out. They jumped all over it. The piece was four times the size on their heads but they grabbed it and ran. When we were done, we threw our core... Party time!
One of the main attractions of Madeira are the Levadas. These are irrigation canals that cover a big part of the island. Since they have to be maintained, we can walk next to them for kilometers after kilometers in the mountains and around farming lands. While
we were walking one of the trails, we realized that all the farming is done manually. Hours or walking without earring the sounds of an engine. Actually, the distance between the lands and the streets is very far and can only be traveled by foot. It must be quite so
mething to get the harvest to the market. Too bad we don't speak portuguese because we would of had many questions to ask the farmers. Anyway, now that we know the work that is put in, our fruit and vegetables taste so much better.

There was a turism day on September 27th in Madeira. In consequence all the museums were free for the day so we grabbed the opportunity to visit the "Photographia-Musea Vincentes". This photographer opened the first photography studio on the island in the late 1800 and they turned it into a museum. He was the official photographer for the queen of Australia among other achievements. We got to see many pictures of Funchal in the late eighteen hundreds and early nineteen hundreds. There was also cameras and equipment dating back to the same era.
Portugese folk music is called Fado. The songs are usually sung by women and tell sad stories like: "my man is out at sea and I am waiting for him to come back". I have used this type of music in quite a few of my picture montages. However, listening to this music in Portugal is quite a challenge! In the restaurants we ear Diana Krall and Celine Dion and on the radio, it's Timberland and Lady Gaga!
We had planned on leaving this place after a couple of weeks but the weather is not cooperating. There is a depression on the Azores at the moment and Otto the hurricane seems to want to make it's way over here. So we will be staying put until at least next wednesday before we head to the Canaries.

Faits divers

Gaston me dit toujours que d'un paragraphe à l'autre, il faut faire des liens. Et bien, oubliez ça pour aujourd'hui car j'ai plein de faits divers à partager. Attachez vos ceintures on va passer du coq à l'âne!Pour faire suite à notre acquisition d'alcool, nous avons compris pourquoi c'était si cher. Nous cherchons de l'alcool à brûler ou de l'hydrate de méthyle ou de l'alcool à bois ou du méthanol. Tous ces produits reviennent au même. Ce que nous avons reçu est de l'ethanol... Il manque le ''m'' genre. Donc nous nous retrouvons avec 25 litres d'alcool qui va dans les cocktails pure à 96%. Il va falloir enchaîner le bidon sur le bateau pour ne pas se le faire voler par le premier ivrogne qui passe! Sans compter que les douaniers pourraient vouloir nous les confisquer.(Combien de litres d'alcool avez-vous à déclarer ? ...Euh ! 25 !?)
C'est pas une bonne idée à Funchal de suivre un "Estrada". Nous nous sommes retrouvés dans une ruelle sans issue avec des chiens qui aboient partout. Les locaux se disent: "Bon! encore des touristes perdus!''. Pis quand nous sommes arrivés à la porte d'une maison privée pis que nous avons réalisé que nous avions fais une erreur, il a fallu retourner sur nos pas et faire japper tous les chiens de la place (pcq il y en a en titi!) encore un fois. Difficile de passer inaperçu!
Les Portuguais saluent toujours en fonction de l'heure de la journée. C'est-à-dire que le matin est ''bom dias'' , l'après-midi est "boa tarde" et le soir est "boa noite", Bien sûr, Gaston et moi n'utilisons jamais "Bom dias" ou presque. Le mot le pl
us utilisé est merci qui se traduit en obrigado pour une homme (je vous s
uis obligé) et obrigada pour une femme (je vous suis obligée). Obrigado par ici, obrigada par là. Ils sont tellement polis qu'ils l'utilisent même après nous avoir se
rvi. On a même vu un chauffeur d'autobus sortir du bus en plein parcours pour explique à un passager quelque chose sur l'horaire. C'est génial!
Un serveur dans un restaurant à Machico, m'a dit que mon portugais était très bien. Hé! hé! hé! Ben oui! Les 10 mots que je connais, je les prononce bien! J'aurai imaginer qu'il voulait un bon pourboire mais celui-ci est déjà inclus dans le prix. Par ailleurs, nous avons rencontré un Suisse à Porto Santo. Si vous connaissez les suisse un peu, vous savez que ceux-ci parlent généralement au moins trois langues. Donc celui rencontré disait que si quelqu'un arrive à commander deux bières dans une langue, il connait la langue. Selon cette théorie, Gaston parlent plus de langues que moi!
Saviez-vous que les lézards ne mangent pas juste des insectes? Ben oui! Nous aussi sommes tombé en bas de notre banc de table à
pique nique. Nous étions rendu dans le haut d'une montagne où il a un superbe point de vu sur la mer et nous nous sommes assis pour manger une pomme. A la vue de la pomme et avant même que nous ayons pris une bouché, un petit lézard s'approche de nous. Puis un autre et un autre... nous prenons la première bouché et encore d'autres arrivent. Toujours pas convaincu que c'est la pomme qui les attirent nous en jettons un petit morceau par terre. Et bien, ils se lancent dessus! Quand nous avons jeté nos coeur, c'était le party!
Les levadas sont un des grands attraits de Madère. Ce système d'irrigation couvre une grande partie de l'île et vu qu'ils sont entretenus, ces lévadas offrent plusieurs kilomètres de sentier pédestre dans les terres agricoles mais aussi dans les montagnes.
Pendant une marche, nous avons découvert que l'agriculture est entièrement fait à la main. On entend aucun bruit de moteur. D'ailleurs, la distance entre les terres et les routes est très grande et ne peut s'effectuer qu'à pieds, dans des sentiers très étroits et très pentus. Ça doit être tout un travail d'apporter la récolte au marché. Dommage que nous ne parlons pas portugais car nous aurions posé plein de questions aux agriculteurs que nous avons croisés. En tout cas, nous pensons maintenant à tout ce travail quand nous mangeons nos bananes le matin et soudainement elles goûtent meilleures.

Il y a eu une journée du tourisme à Madère le 27 sept. En conséquence, l'entrée de tous les musées étaient gratuits pour la journée. Nous en avons donc profité pour visité le Photographia-Musea "Vincentes". C'est le premier studio de photo de Madère qui a été converti en musée. Le photographe a été au service de la reine d'Autriche en autre. Nous avons vu beaucoup de photo de la fin du 19e siècle et du début du 20ième. On y trouve aussi beaucoup d'équipement datés des même années pour la photographie et le développement.
La musique folklorique portugaise se nomme le Fado. Elle est habituellement chantée par des femmes et elle parle généralement de souffrance du genre "la femme qui attend son mari qui est parti en mer". D'ailleurs, J'ai agrémenté plusieurs de mes montagnes photos de cette musique. Pourtant entendre du Fado au Portugal n'est pas évident! Au restaurant, c'est Diana Krall et Céline Dion et sur les postes de radio des véhicules, c'est Timberland et Lady Gaga que nous entendons!
Nous avions prévu partir après deux semaines mais Monsieur météo fait son difficile. Il y a présentement une grosse dépression sur les Açores et un ouragan qui traverse l'Atlantique. Nous allons attendre le milieu de la semaine prochaine pour partir vers les Canaries.

Friday, October 1, 2010

Bonne fête à moi!

Nous n'avons rien planifié de spécial aujourd'hui. Je me suis dis que de traverser l'Atlantique, visiter les Açores et me retrouver à Madère était déjà pas mal pour un 40 ième anniversaire! Toutes les journées ont été spéciales depuis notre départ d'une manière ou d'une autre. C'est difficile à surpasser. Par exemple, nous sommes sortie de la marina avec le voilier hier pour faire un peu de pêche et nous sommes revenus avec un bouteillede vin plutôt que du poisson. Un pêche miraculeuse? Pas tout à fait. Nous avons croisé une annexe à la dérive sur notre chemin et l'avons repêchée. Un bateau à voile était à l'ancre dans un baie non loin d'où nous étions alors nous avons assumé que l'annexe leur appartenait. Nous avions raison. Le monsieur allemand était bien soulagé de nous voir arriver car ces copains étaient à terre et il n'avait plus de moyen d'aller les chercher. Si nous n'avions pas passé par là, il aurait été obligé de lever l'ancre et partir à sa recherche seul. Quand nous sommes arrivés a ces côtés, il avait déjà sorti une bouteille de vin. Une bonne action bien récompensée cette fois.
Ce matin, Ally et Tim du bateau Eleanore Tarr (Canadiens de la région de Toronto qui ont traversé un peu avant et nous et que nous croisons souvent dans les ports. Voir montage photo de Horta) sont venus me chanter "bonne fête" en français en jouant du you
koulélé. C'était trop mignon! Tellement que je n'ai pas pensé pren

dre une photo! Cet après-midi nous attendons un monsieur qui doit nous livrer de l'alcool à brûler pour notre poêle. C'est difficile à trouver au Portugal et de plus très cher. il ne nous en reste presque plus alors nous ne voulons pas manquer la visite de notre pourvoyeur. Les Portugais sont très serviables. Ils font beaucoup d'effort pour nous aider et c'est grandement apprécié. Gaston a eu une idée de génie: acheter une bouilloire et une plaque électrique! Nous ne dépenseront plus d'alcool lorsque nous seront dans une marina où l'électricité est fourni. Ce soir, mon chum me prépare à souper et je me suis achetée un gâteau au chocolat avec une bougie car en mettre 40 me causerait une dépression nerveuse. Merci à tous ceux qui m'ont envoyé des voeux de fête. Si j'avais un souhait, ça serait de vous avoir ici avec nous.
Par ailleurs, on est arrivé en ville! Il est difficile de trouver les mots exacts pour décrire Madère.... Immense, spectaculaire, superbe en sont quelques uns. Nous en aurions pour des mois pour tout voir! Funchal est un très grande ville on l'on trouve

de tout. Les fruits et les légumes poussent en abondance partout. Des montagnes à perte de vue. Des paysages a couper le souffle à chaque tournant. Nous sommes ici depuis une semaine et j'ai pris 400 photos mais j'ai encore l'impression d'avoir presque rien vu. La marina où nous nous trouvons est un peu étrange par contre. C'est tout neuf incluant les édifices à l'arrière. Ils ont commencé à construire une ville entière autour de la nouvelle marina mais ils se sont arrêtés et les bâtiments terminés ne sont pas habités. On vit dans un village fantômne... hooooooouuuuuuu! La bonne nouvelle est que la marina offre un service de navette jusqu'à Machico pour que nous puissions faire l'approvisionnement. Pour aller à Funchal, c'est un peu comme essayer de visiter Montréal à partir de Beloeil sans auto.
Notre portugais est rendu tellement bon que quand nous étions à la recherche de l'alcool à bruler, nous avons presque acheté du détergent par erreur. Pas certaine que ça aurait fait une grosse flamme mais ça aurait senti bon dans le bateau!