La/the route

La/the route

Thursday, November 2, 2017

Procédures d’entée et de sortie des pays.

Suite à mon article sur l'Administration d'un départ, je vous imagine en train de farfouiller sur le site web de voyage du gouvernement Canadien ou sur celui de France Diplomatie pour vérifier si vous avez besoin d'un visa pour le ou les pays dont vous rêvez de visiter. Quoique l'information sur ces sites est très pertinente, elle reste incomplète car elle s'adresse aux gens qui voyages en avion. Nous, les privilégiés, avons choisi de voyager et vivre sur notre bateau. Ceci implique plusieurs procédures supplémentaires. Le livre de Jimmy Cornell; Escales de grande croisière contient des informations utiles mais les procédures particulières changent plus rapidement que les éditions. Il a aussi mis sur pied un site web (en anglais) que les navigateurs mettent à jour selon leurs expériences. Je n'ai pas trouvé d'autre site gratuit et accessible à tous contenant un tel recueil de renseignements. L'idéal reste de chercher sur le net le site web du pays visité car de plus en plus, les pays créent des pages qui s'adressent directement aux plaisanciers.

Donc, qu'aurai-je de plus à écrire? Nous avons visité une trentaine de pays jusqu’à maintenant donc, je commence à avoir accumulé une certaine expérience qui me fait remarquer que tous les pays suivent à peu près la même logique. En connaissant ce fonctionnement et en ayant la paperasse habituellement demandée, il est possible de faire une entrée dans la majorité des pays sans problème. 

À qui aurez-vous affaires dans l'orde habituel:

Notez ici que dans certains pays, un seul douanier peut s’occuper de plusieurs des 4 premières tâches tandis que dans d’autres il faut visiter des bureaux différents pour chacune.
  • La Santé ou la Quarantaine: C'est pour eux qu'il faut hisser un drapeau jaune (Q Flag) dans les barres de flèches tribord à chaque arrivée dans un nouveau pays. Ils ont pour mandant de vérifier que personne n'est malade ou mort à bord du bateau et qu'aucune maladie infectieuse ne pourrait être transmise aux gens à terre. Ils pourraient possiblement vous demander votre carnet de vaccins mais, cela ne nous ai jamais arrivé. Si vous avez des animaux à bord, c'est aussi eux qui vont vérifier leurs papiers et décider de leur sort (nous en avons pas donc nous ne pouvons donner plus d’info sur le sujet autre que c’est compliqué). Une fois leur visite terminée, vous pouvez baisser le drapeau jaune. Dans certains pays tel qu'au Fidji, les représentants des autres bureaux vont attendre ce signe avant de se déplacer pour vous rencontrer. 
  • La Biosécurité: Eux s'assurent que vous n'importez pas de bestioles indésirables. Si vous avez des coquillages accrochés à votre coque ou des coquerelles (cafards) qui courent dans vos équipets, ils pourraient vous forcer (à vos frais bien sûre) à sortir le bateau de l'eau pour un carénage ou à le faire fumiger. Dans certains pays tel que les Galapagos, ce genre de découverte peut coûter très cher. Ils vont aussi vous enlever toute nourriture qui représente un risque à leur agriculture d'une part et, d'autre part, tout item tel que du bois, des coquillages, de la terre, etc qui représentent un risque de contamination de l'environnement. En bonus, ils prennent vos ordures. 
  • L'Immigration: la majorité des pays vont vous donner un visa tourisme de 30, 60 ou 90 jours à l'arrivée. Quelques fois, c'est le douanier qui vas s'occuper de mettre l'estampe dans le passeport. Dans ce cas, c'est seulement si vous avez besoin d'une prolongation de visa que vous allez devoir discuter avec un agent de l'immigration. Les démarches pour obtenir cette prolongation vont varier d'un pays à l'autre. Par ailleurs, si vous faites une demande pour un visa de tourisme et que vous prouvez que vous avez suffisamment de fonds pour vivre dans leur pays sans travailler, elles devrait être assez facile à obtenir.
  • Certains pays vont demander d'obtenir un visa dans une ambassade à l'avance et, si c'est le cas, ce n'est vraiment pas une bonne idée de se présenter sans visa. Même en prétextant un bris sur le bateau. Nous avons rencontré un couple qui n'avait pas fait les démarches pour l'entrée au Brésil. Ils ont été renvoyés au Canada à leur frais et devaient revenir avec un visa dans les deux semaines en plus de payer une amende pour récupérer leur bateau. Jusqu'à maintenant, le Brésil est le seul pays qui demandait un visa à l'avance. Par ailleurs, pour avoir plus de 90 jours en Polynésie française ou 60 jours en Indonésie, il faut aussi faire des démarches auprès d'une ambassade avant d'arriver. 

  • La Douane: Ils s'intéressent à la valeur de votre bateau et tout ce qui se trouve à l'intérieur. Donc, ils vont, par exemple, vérifier si vous avez acheté trop de Abuelo (rhum) à Panama pour échanger contre des sculptures aux Marquises. Chaque pays à ses limites pour l'alcool et le tabac. La plupart des douaniers ne vérifient pas trop si nous dépassons ces limites car ils savent que c'est pour notre consommation personnelle. Certains vont même dire que c'est correct du moins que tout reste à bord. N'empêche qu'un douanier zélé peut tout confisquer ce qui n'a pas été déclaré si le coeur lui en dit. Si vous avez déclaré plus que les limites ils pourraient soit mettre les biens sous scellé ce qui vous empêchera de boire vos bonnes bouteilles pendant votre séjour dans le pays soit, vous faire payer une taxe d'importation. De plus, tout matériel laissé dans le pays est sujet à des taxes d'importation alors à faire attention si vous pensez vendre quelque chose qui se trouvait sur votre bateau à l'arrivée. Sur le net VHF du matin à Trinidad, pendant les petites annonces, les navigateurs parlent de prix en "coconut" au cas où les douaniers seraient à l'écoute. Finalement, les armes à feux déclarées ont de bonnes chances d'être mis sous scellé jusqu'à la sortie. Ceci devient compliqué si la sortie n'est pas prévu au même port que l'entrée. 
  • Une fois les déclarations terminées, vous allez devoir faire une importation temporaire de votre bateau. Le nombre de temps alloué pour laisser un bateau dans un pays sans payer de taxes d’importation varie énormément d'un pays à l'autre. Par exemple, c'est 18 mois pour toute l'Union Européenne et 10 ans pour le Mexique. Il est important de bien faire la différence entre le temps alloué pour le visa et celui de l'importation temporaire car ce ne sont généralement pas les mêmes. Par exemple, quelqu'un m'a dit en Polynésie Française que les lois avaient changé et que nous pouvions maintenant rester 3 ans dans le pays. Euh, non. C'est la loi sur l'importation temporaire qui venait de changer donc notre Bidule avait le droit d’y demeurer 3 ans mais pour nous, les lois à l'immigration restaient les mêmes: 90 jours par 180 jours à moins d'avoir fait une demande de visa longue durée dans une ambassade avant l'arrivée. Une autre procédure, si jamais vous décidez de laisser le bateau et de sortir du pays par d'autres moyens, est de le faire mettre sous douanes. Au retour, vous demandez de retourner à une importation temporaire.  Pour ceux qui pensent vendre le bateau en chemin, si vous le vendez à un citoyen du pays où vous vous trouvez, il y aura des taxes d'importation à payer. Si vous le vendez à quelqu'un en transit, il va généralement devoir payer les taxes dans le pays où le bateau sera enregistré. Ça paraît peut-être bien compliqué mais, il suffit de partager vos plans avec l'agent de douane rencontré à l'entrée et il va vous donner les bons papiers à remplir et vous informer des délais. 
  • La Capitainerie ou Police maritime: il arrive souvent que les ports d'entrée sont aussi des ports commerciaux donc géré par des maîtres de port. Ils aiment bien recevoir un appel sur le 16 pour les avertir de votre arrivée. Ce qui les intéressent est de gérer le trafique qui se trouve sur leur territoire et récolter des frais de ports dans la plus part des cas. Ils aiment aussi vérifier que tous les papiers ont bien été remplis dans les bureaux précédents, au cas ou l'envie nous prendrait de sauter une étape ou deux.


De quoi vais-je avoir besoin?

Presque toujours:
Un passeport qui n'expire pas dans les prochains 6 mois pour chaque membre de l'équipage.
L'enregistrement du bateau
Une liste de l'équipage (crew list)
Le formulaire de sortie du pays précédent 
Pour plusieurs pays, les formulaires d'entré sont disponibles en ligne pour remplir à l'avance. Plusieurs pays du Pacifique demandent maintenant à ce que ces documents soient envoyés au moins 48h avant l’arrivée par courriel. 
Un stylo qui contient beaucoup d'encre.

Plus rarement:
Quelques administrations demandent un tampon propre au bateau ; mais cela est optionnel.
Licence radio VHF
Carnet de vaccins
Photos de passeport (surtout pour les prolongations de visa)
Photocopies des passeports, enregistrement bateau et crew list.
Un visa de tourisme avant l’arrivée 


Es-ce qu'il vas y avoir des frais?

C'est clair! Le processus est habituellement organisé pour vous donner la chance d’aller à la banque retirer de la monnaie locale car ils ne prennent que rarement les cartes de crédit. Donc, il n’est pas nécessaire d’échanger de l’argent avant d’arriver. Les plus demandant sont la santé et la biosécurité. Les frais de douanes varient beaucoup. L'immigration va souvent donner le premier visa gratuitement mais prendre des sous pour les prolongations. La Capitainerie peut exiger des frais de port souvent minimes. Il est difficile de savoir à l'avance combien il va falloir payer. Parmi les moins cher sont les départements ou territoires français (sauf la Polynésie). Si ma mémoire est bonne, nous avons payé 10$US de frais administratifs en Martinique par exemple. À l'autre extrême, les Galapagos avec un visa de 21 jours pour 1000$/US ou l'Australie avec un minimum de 270$ US juste pour la biosécurité. La consultation de sites web adressés aux plaisanciers est pratique pour ce genre d'information qui est porté à changer souvent. 

Comment ça vas se passer? 

Lentement! Si vous pensez que les bureaux ci-haut mentionnés vont être efficace et à la fine pointe de la technologie, vous n'avez pas été plus loin que les États-Unis. Dans biens des cas, il faut plutôt s'imaginer des bureaux rudimentaires avec des piles de papiers un peu partout. Certains vont sortir le papier carbone pour avoir plusieurs copies des formulaires à remplir. Vous ne vous imaginiez pas que ça existe encore, n'est-ce pas? Par ailleurs, les uniformes sont impeccable et ils s'attendent à ce que nous soyons aussi présentable. Il faut s'attendre à devoirs remplir plusieurs fois la même paperasse et que le processus soit long. Ça sera fini quand ça sera fini car perdre patience n’est pas de mise.

Ceci dit, nous n’aimons pas trop quand ils viennent fouiller à bord. Un petit truc pour garder la recherche courte; s'ancrer dans un mouillage un peu rouleur et fermer les écoutilles pour qu'il fasse bien chaud à l'intérieur. Ils débarquent avec des grosses bottines noires mais, des petits cœurs sensibles. Des teintes de vert vont apparaître sur leur visage assez rapidement les poussant à retourner dans le cockpit. 

 Il faut savoir que leur approche est souvent différente de celle dans nos pays occidentaux car ils ne vont pas directement au but. Quelques formules de politesses tel que demander si ça vas bien ou si ils ont des enfants s'imposent avant de remplir des formulaires. Un bonjour dans leur langue est aussi apprécié. Nous avons appris beaucoup de choses bien intéressantes en discutant avec eux.

Pot de vins ou politesse?

Non seulement quelques formules de politesses sont de mises au moment de rencontrer des agents mais s’ils s'installent dans le cockpit, ce n'est pas une mauvaise idée d'offrir quelque chose de non-alcoolisé à boire. Un simple verre d'eau fraîche peut être assez car l'idée est d'offrir comme de bons hôtes. D’ailleurs, vous remarquerez que dans les îles, quand vous débarquerez dans un village, la première chose que les gens qui vous accueil vont faire est de vous offrir quelque chose à manger ou à boire et ce, sans nécessairement s’attendre à quelque chose en retour. Rare ont été les demandes de pot de vins. C’est illégal dans la plus part des pays alors les demandes sont subtiles. Nous controns en faisant comme si nous ne comprenons pas. Au final, nous n’avons jamais payé de pot de vins.

Avons-nous le droit de débarquer avant d’avoir fait les papiers? 

Légalement, non. Dans la réalité, les agents viennent rarement à nous alors il faut aller vers les agents. Par ailleurs, aller les voir est quand même la première chose que vous devriez faire sous peine d’amendes pour ceux qui se font prendre. Des pays où il faut attendre à bord la visite des officiers; Galapagos, Nuie, Tongas, Fidji, Nouvelle-Zélande,  Australie et Etats-Unis (mais ce dernier dépend d’où). Nous n’avons pas visité toutes les îles des Antilles mais il fallait débarquer pour la plus part sauf à Cuba. Dans bien des endroits, les bureaux sont fermés les soirs et les fins de semaine alors il faut attendre l’ouverture à bord. D’autres font payer du temps supplémentaire en dehors des heures normales. Si vous attendez les heures normales pour débarquer mais que vous êtes honnête sur votre heure d’arriver, vous prenez la chance de payer des heures supplémentaires. Très peu ont un quai spécifique où il faut accoster le bateau pour faire les formalités. 

Et pour la sortie?

C’est rare d’avoir à retourner rencontrer les gens de la santé ou de la biosécurité. Par ailleurs, l’Immigration et la douane vont vouloir vous voir. Vous allez très probablement remplir les mêmes papier qu’à l’entrée mais en cochant sortie au lieu d’entrée dans le haut de la page. Apportez tous vos papiers et tous ceux qui vous ont été donnés à l’entrée. Le capitaine du port vas vouloir vous voir quand vous quitterez son port et non à la sortie du pays à mois que les deux se produisent en même temps. Si vous planifiez visiter plusieurs ports dans un même pays, on vas souvent demander que vous vous présentiez aux bureaux du Capitaine à chaque arrivé et à chaque départ. Les pays espagnols et portugais aiment particulièrement cette méthode de fonctionnement. 

Je dois acheter tous les pavillons de courtoisie à l’avance?

Pas nécessairement. Il n’y a pas de police qui vas vous coller une amende parce que vous n’avez pas hissé votre pavillon. Encore moins si vous attendez un jour ou deux le temps d’en trouver un dans un magasin. Tel que le nom l’indique, c’est une courtoisie mais, une qui est encore appréciée par les locaux. Je fabrique la plupart des miens avec une machine à coudre, des retailles de tissus et de la peinture acrylique. Mais si les motifs se compliquent, je l’achète sur place. C’est rare de ne pas trouver le pavillon du pays dans lequel on se trouve. Au pire, le cousin du beau frère du douanier en fabrique à la main (Si vous voyez ce que je veux dire.) Et, aller le rencontrer sera une aventure. 

La position des pavillons sur le bateau veut dire quelque chose alors pour ne pas offusquer plutôt que de flatter, hisser le bon pavillon au bon endroit n’est pas une mauvaise idée. Le pays d’enregistrement du bateau sur l’arrière et le pays visité dans la barre de flèche tribord. Si vous voulez soulignez une région d’un pays visité, tel qu’une province, un état, un territoire ou un département, celui-ci devra se trouver sous le pavillon du pays du côté tribord. Par exemple, le drapeau de la Martinique sous celui de la France ou celui de l’état de New York sous celui des États-Unis. Du côté de la barre de flèche bâbord se trouve tout le reste; pays d’origine de l’équipage (si autre que l’enregistrement du bateau), région de provenance de l’équipage (votre drapeau du Québec), club de voile, rally, ...


Et voilà notre expérience acquise jusqu’à maintenant. Il nous reste un autre moitié de la planète à parcourir alors l’apprentissage continue. J’espère vous avoir donné une bonne idée des marches à suivre même si elle est générale.

Sunday, October 15, 2017

Traversée/crossing NZ -) Vanuatu

Départ/Start: Opua, NZ
Destination: Port-Vila, Vanuatu
Milles à parcourir/Miles to sail: 1150

Bleu = Français
Red = English

Jour/Day: 1
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 19/05/2017 5h00
Miles restant/Miles to go: 1118
Position: 34 48,5 S 174 05,3E
Cap/Heading: 356
Vent/Wind:15 nœuds avec des rafales dans les 20 nœuds du SO.
                     15 knots with gusts in the 20 knots of SW.
Mer/Sea:2m NW

Nuageux avec quelques percées de soleil et quelques grains au loin qui influencent beaucoup notre vent. Il fait 18C dans le bateau. Nous avons quitté la marina d’Opua à 11h00 et étions à la voile presque immédiatement. En ce moment à 17h, nous avançons au grand largue avec foc de travail et GV 1 ris. La mer est forte pour l'instant. Nous avions bien anticipé le coup en préparant à l'avance une lasagne, un massalé, du riz, des crudités, des muffins et un pain aux bananes. Nous aurons qu'à faire réchauffer pour les deux premiers jours. Gaston a interdiction de pêche jusqu'à ce que je sois amarinée. Nous avons aussi un peu perdu notre équilibre après ce 6 mois de vie près de la terre. Nous allons avoir quelques bleus sur les hanches.


Cloudy with some sun and a few storm clouds on the horizon which seem to be affecting our wind. It is 18C in the boat. We left Opua marina at 11h00 and where sailing almost immediately. At 17h, we are going down wind slightly to our starbord side with the working jib and one reef in the main sheet. The waves are high. We prepared for that in advance by preparing lasagna, massalé, rice, vegetables, muffins and banana bread in advance. This way we only have to warm our meals for the next two days. Gaston is forbidden from fishing until the seasickness has passed. We have also lost some of our balance after 6 months close to land. We will have a few bruises on our hips for sure. 

Jour/Day: 2
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 20/05/2017 4h49
Miles restant/Miles to go: 9876
Position: 32 35,9 S 174 05,0E
Cap/Heading: 020
Vent/Wind: 25 nœuds avec des rafales dans les 30 nœuds du OSO.
                       25 knots with guts in the thirty knots from WSW.
Mer/Sea:3-4m WSW
Vitesse en nœuds/Speed in knots: 6.5

Nous avons passé près de perdre notre BBQ hier. Un boulon du support a mystérieusement disparu. Heureusement, nous nous en sommes rendu compte avant que le tout passe par-dessous bord et que nous le traînions par le tuyau relié à la bonbonne de propane. Il repose maintenant sur notre couchette avant car la mer est trop mauvaise pour effectuer une réparation et, de toute façon, nous n'avons pas très envie de faire un barbecue. Vers 2h30 dans la nuit d'hier, un grain accompagné de vent d’une trentaine de nœuds est venu vers nous. Après son passage, les forts vents et une grande houle sont restés. Nous sommes toujours au grand largue avec deux ris dans la GV et le foc de travail partiellement enroulé. Nous allons avoir beaucoup de vent pour les prochains jours selon les fichiers météo. La bonne nouvelle est que nous avançons rapidement.

We almost lost the BBQ yesterday. A screw has mysteriously disappeared. Fortunately, we caught it just before it went overboard and would be dragged by the pipe connecting it to the propane bottle. It is now resting on our front bed because the waves are too big to attempt any repair and we don't really feel like a BBQ at the moment. At 2h30 last night, a storm accompanied by thirty something knots of wind passed over us. After it left, the strong winds and sea stayed behind. The winds are still coming from the back slightly to starboard. We have two reefs in the main sheet and the jib is partially rolled up. According to the grib files, the wind is going to keep up for the next couple of days. The good news is that we are moving really fast.

Jour/Day: 3
Date & heure en UTC/ Date & time in UTC: 21/05/2017 5h33
Miles restant/Miles to go: 857
Position: 30 26,8 S 173 46,1E
Cap/Heading: 355
Vent/Wind: 20-25 noeuds SE/knots SE.
Mer/Sea:3m SSE
Vitesse en nœuds/Speed in knots: 6.3

Nous avons eu un peu de répit la nuit dernière. Par là, nous voulons dire que nous avons eu des vents dans les 20 nœuds au lieu des 30. Le vent a tourné du SO au S et maintenant au SE. Il devrait continuer jusqu'au NE et s'établir autour de 25 nœuds. Nous avons donc fait un peu de vent arrière ce matin avec la voile avant tangonnée. Nous sommes maintenant au grand largue mais tribord amure. Vu que le vent se remet à souffler, nous sommes toujours à deux ris dans la GV et le foc en partie enroulé. Un peu de soleil ferait du bien. Il n'y a pas beaucoup de lune non plus. La nuit est donc très noire et, avec la grosse houle et le vent, elle prend des airs plutôt sinistres. Par ailleurs, la température a augmentée de quelques degrés. Nous ne sommes pas encore en T-Shirt mais nos dents ont arrêté de claquer. De plus, les effets de l’amarrinage des premiers jours sont passés. Nous sommes plus alerte, n'avons plus de mal de cœur ou de maux de tête et notre appétit est de retour. Pas beaucoup de trafique. D'autres voiliers sont partis en même temps que nous mais tous en direction de Fidji alors, nous les avons vite perdu de vue . Le plus près des 4 cargos croisés (toujours sur le quart de Lizanne) était à un mille.

We had a bit of break last night. By that, we mean that the wind was blowing in the 20 knots instead of the 30 range. It has turned from SW to S and now SE. It should keep turning until it reaches NE and up to 25 knots. So we did some full back wind this morning using the pole on the jib. Now we are back to having the wind a bit on the side but on port side this time. Since the wind is picking up again, we still have two reefs in the main sheet and the jib partly rolled up. A bit of sun would be nice. There is not much moon either. The nights are very dark, and with the strong winds and big waves, it looks sinister. However, the temperature has gone up a few degrees. Not yet wearing T-shirts but we have stopped shivering. The effects of sea sickness have also passed. We are more alert, no more nausea or headaches and we are hungry. Not much traffic. Some other sailboats did leave at the same time as us but they are all heading to Fiji so we lost them fast. In the four cargos we have passed (all on Lizanne’s shift!) the closest one was a mile away.

Jour/Day: 4
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 22/05/2017 5h13
Miles restant/Miles to go: 730
Position: 28 19,7 S 173 41,2E
Cap/Heading: 354
Vent/Winds: 25 nœuds/knots NE.
Mer/Sea:4m E
Vitesse en nœuds/Speed in knots: 6-7

Les fichiers météo annoncent des rafales à 25 nœuds mais nous avons l'impression d'avoir plus. Nous avons 3 ris dans la GV et le foc est enroulé de 2/3. Nous avançons quand même entre 6 et 7 nœuds au vent de travers. La forte houle passe par-dessus le bateau à l'occasion. Nous restons à l'intérieur chacun avec notre liseuse à la main à moins d'avoir un ajustement à faire. Il semblerait que nous en avons encore pour une couple de jours avant que ça se calme. Le ciel est un peu plus dégagé.

The weather files are saying that we should have guts of 25 knots but it seems to us that we have more. We took 3 reefs in the main sheet and took off 2/3 of the jib. Yet, we are moving between 6 and 7 knots with the wind at the side. The stronger waves go over the boat sometimes. We are staying inside the boat each with our nose in our books. We only go outside to make adjustment to the sails. Seems we will still have strong winds for a couple of days. The sky is clearing up.

Jour/Day: 5
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 23/05/2017 5h13
Miles restant/Miles to go: 600
Position: 26 10,0 S 173 10,5E
Cap/Heading: 353
Vent/Wind: 20-25 noeuds/knots NE.
Mer/Sea:4m E
Vitesse en nœuds/Speed in knots: 6

Les vents et la houle les plus forts étaient annoncés pour la nuit dernière et nous confirmons que c'est ce qui arrivé. Le vent a aussi tourné au NNE. Puisqu'il ne serait pas bien amusant de faire du près dans ces conditions, nous sommes resté vent de travers. Toujours avec 3 ris dans la GV et le foc en grande partie enroulé. Nous avons donc perdu un peu de terrain vers l'ouest que nous essayons de reprendre aujourd'hui. Une petite accalmie ensoleillée ce matin nous a permis de changer les pales de notre hydro-générateur qui sont mystérieusement disparues. Es-ce qu'un requin aurait eu un petit creux? J'ai aussi réussi à faire un pain mais non sans faire de dégât. Retour de grains et de rafales de vent dans l'après-midi que nous subissons toujours. Semblerait qu'il nous en reste pour environ 12 heures avant que Neptune et Éole se calment le ponpon. 

The wind and waves were supposed to be at their strongest last night and we confirm that it is exactly what happened. The wind also turned to NNE. We didn’t think going upwind in these conditions would be much fun so we kept the wind to the side. Still with 3 reefs in the main sheet and the jib almost all rolled up. This made us loose a few miles to the west which we are trying to catch up today. During a short calm and sunny period this morning, we managed to change the blades on our hydro-generator which have disappeared. Maybe a shark got hungry? I managed to bake some bread but not without making a mess. The thunderstorms where back in the afternoon and are still going strong. Apparently, we have 12 hours to go before Neptune and Eole take a break.

Jour/Day: 6
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 24/05/2017 5h50
Miles restant/Miles to go: 453
Position: 24 03,5 S 172 18,1E
Cap/Heading: 320
Vent/Winds: 15-20 noeuds/knots NE.
Mer/Sea:3-4m E
Vitesse en noeuds/Speed in knots: 5-6

Les éléments se sont un peu calmés aujourd'hui. Ça fait drôle de trouver 20 noeuds de vent relaxant. Au moins, plus de vagues qui frappent le bateau. Ça fait un bruit d'enfer. Deux d'entre elles ont essayé de prendre d'assaut la descente mais, nous avions fermé les panneaux alors, seulement quelques gouttes ont trouvé le chemin de l’intérieur. Deux nouvelles petites avaries; l'élastique qui empêche l'aérien du régulateur d'allure d'aller trop loin a brisé et un des rail de nylon sur lesquels le panneau de descente glisse c'est déplacé. Réparation temporaire pour les deux en attendant du temps encore plus calme. Nous avons quand même réussi à nous doucher dans le cockpit cet après-midi et à préparer des repas plus élaborés.

The elements are quieting down today. It feels kind of strange to think of winds in the twenty something knots as relaxing. At least, the waves are no longer hitting the boat. That makes a very loud noise! Two of them tried to go down the companion way but the panels where closed so only a few drops made their way inside. Two new small repairs: the elastic which prevents the vane from the wind vane from going too far snapped and one of the nylon rails on which the hatch slides has moved out of place. We did temporary fixes on both since the sea is still a bit rough to get into anything more complicated. We did manage to take showers in the cockpit and make more elaborate meals.

Jour/Day: 7
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 25/05/2017 5h20
Miles restant/Miles to go: 333
Position: 22 34,0 S 170 51,1E
Cap/Heading: 322
Vent/Winds: 0-5 noeuds/knots NO.
Mer/Sea: 2m O
Vitesse en noeuds/Speed in knots: 4

Nous avons poursuivi notre route vent de travers avec deux ris dans la GV et le foc déroulé tout au long de la nuit dernière. Nous avions un vent de 15 à 20 noeuds alors nous avons fait de la belle voile. Au petit matin, nous avons relâché un des ris. Le vent a tourné au nord alors nous avons continué au près. Le train vague n'avait pas encore compris que le vent avait viré. Il est donc resté sur notre derrière ce qui rendait le près plus plaisant. En cette fin de journée, le vent a continué de tourner pour se retrouver au NO et mourrir sous les nuages de pluies. Nous devrions en avoir pour douze heures sans vent et donc, au moteur. Il reviendra du sud. Le mélange de soleil et de pluie nous fait d'immenses arc-en-ciels et n'ayant rien autour pour les influencer, les couleurs sont vivent. C'est de toute beauté. Nous allons essayer de passer au pied d'une d'entre elles et renflouer la caisse de bord!

We have sailed on for all of last night with the wind to the side using two reefs in the main sheet and the jib completely unrolled. We had winds around 15 to 20 knots so that made for some nice sailing. In the morning, we let go of a reef. The wind turned north so we had to sail upwind. The swell had not yet understood that the wind had changed so it was still coming from behind which was pleasant. In this end of the day, the wind has continued to turn to reach NW and die under clouds of rain. This lack of wind should last for the next 12 hours so the engine will be working. Then, it will come back from the south. The mix of sun and rain is creating huge rainbows. Since nothing gets in the way, the colours are very bright. It’s magnificent. We will try to pass at the bottom of one of them and refill our purse.

Jour/Day: 8
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 26/05/2017 5h40
Miles restant/Miles to go: 204
Position: 20 49,6 S 169 28,0E
Cap/Heading: 321
Vent/Winds: 10-15 noeuds SO/knots SW.
Mer/Sea: 2m SO
Vitesse en noeuds/Speed in knots: 5-6

Tel que prédis par les fichiers météo (que c'est plaisant quand ils disent vrai!), nous avons passé une nuit au moteur et remis les voiles tôt ce matin. Une superbe journée de voile à suivi au grand largue avec un ris dans la GV. Ça roule un peu car nous sommes au portant mais la mer est beaucoup plus calme. Rien à comparer à ce que nous avons subi les premiers jours. Le soleil est au rendez-vous et la mer est d'un beau bleu royal. Ça y est, on est en T-Shirt! Préparation de muffins aux dates et autre gâteries sans faire de dégât!

As predicted by the grib files (it’s nice when they are right!), we have spent the night motoring and raised the sails early this morning. We had a beautiful day of sailing with the wind at the back and one reef in the main sail. It’s a bit rolly; the way it is usually when the wind is in the back but, nothing like what we experienced in the first few days. The sun is out and the sea is a beautiful deep royal blue. We are down to wearing T-Shirts! Managed to bake muffins and other goodies without making a mess.

Jour/Day: 9
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 27/05/2017 5h12
Miles restant/Miles to go: 90.2
Position: 19 13,7 S 168 21,0E
Cap/Heading: 355
Vent/Winds: 10-15 noeuds SO.
Mer/Sea: 2m SO
Vitesse en noeuds/Speed in knots: 5-6

Un autre belle journée ensoleillée à la voile. La plus part de la nuit au vent arrière avec les voiles en ciseaux. Nous venons tout juste d'enlever le tangon pour nous mettre au grand largue. Nous avons passé une grosse partie de la journée dans le cockpit à profiter de ce soleil radieux. La terre n'est pas encore visible mais il y a plus d'oiseau, surtout des fous, qui nous survolent. Un cargo vient de nous passer au vent et nous sentons l'odeur du carburant à des milles. Il faut croire que l'odorat devient plus éguisé en mer. Nous pensons arriver vers midi demain (minuit UTC).

Another beautiful sunny day of sailing. We spent the night with the wind in the back and a sail on each side. We just removed the jib poll to take the wind a bit more on the side. Most of the day was spent in the cockpit enjoying the nice weather. Land is not yet visible but more birds, mostly gannets, are flying over us. A cargo ship just passed us up wind and we can smell his fuel miles away. I guess being at sea makes our sense of smell more sensitive. We estimate our arrival at lunch time tomorrow (midnight in UTC).

Jour/Day: 10
Date & heure en UTC/Date & time in UTC: 28/05/2017 01h28
Miles restant/Miles to go: 0
Position: 17 44,2 S 168 18,5E

Nous sommes arrivées! Notre dernière nuit a été tranquille avec une quinzaine de noeuds en moyenne pour le vent. Toujours au grand largue. Au levé du jour, nous pouvions voir une bande brunâtre à l'horizon sous un banc de nuages. Autant le vent au début de la traversée donnait hâte d'arriver, celui de la fin donnait le goût de rester en mer juste un peu plus longtemps. L'ancre a touché le fond vers midi. Tous les bureaux pour faire les formalité d'entrée sont fermés le dimanche ce qui ne nous fait pas trop de peine. Nous allons nous reposer et replacer le bateau. Prendre un petit verre de rouge pour célébrer. Nous irons à terre demain…

We have arrived! The last night was quiet with about 15 knots of wind. It is still coming from the back starboard side. When the sun came up, we could see a brown line on the horizon with a line of clouds above it. As much as the wind made us want to arrive as fast as possible at the beginning of this crossing, the one at the end made us want to stay at sea just a little longer. The anchor touched the bottom at noon. All the offices to do the formalities are closed on Sunday which we don’t really mind. We will rest and re-organize the boat. Maybe drink a little glass of red wine to celebrate. We will go to land tomorrow… 

Monday, October 2, 2017

Sailing NZ à voile 11-2016 à to 06-2017



Attention: Cet vidéo a été monté dans le but de vous donner l'envie de tout foutre en l'air et ficher le camps vers la Nouvelles-Zélande pour faire de la voile. Regardez à vos risques!

Warning: this video was created as an incentive to drop everything and take off to New-Zealand for some sailing. Watch at your own risk!




(English will follow the French. In red after the line)


Whangaroa
Bay of Islands
Ce n'est pas pour rien que les Kiwis gagnent le America's cup; c'est qu'ils ont un beau terrain de jeu pour s'entraîner. L'année dernière, nous avions profité de la Nouvelle-Zélande pour faire des réparations sur le bateau et pour se balader en camping-car. Cette année, nous avons choisi d'explorer une partie du plan d'eau. Il y a des endroits à visiter jusque sur l'île du sud mais il y avait aussi beaucoup de dépressions cette année. Et, événement très rare, un cyclone qui avait pris naissance au Vanuatu est passé par la Nouvelle-Calédonie pour finir son trajet dans la Bay of Plenty juste au sud d'Aukland. Donc, nous avons eu la flemme et nous sommes restés au nord de l'île du nord. Déjà, il y a amplement de quoi se garder occupé. J'ai mentionné la revue gratuite Gateway dans mes premiers articles pour dire que nous y trouvons toute la démarche à suivre pour l'entrée et la sortie du pays. De plus, s'y trouve des extraits d'un guide nautique pour tous les mouillages du nord. Ils sont gentils! (les photos sont extraits du Gateway pour vous donner une idée du nombre de mouillages.)

Great Barrier Island
Ce qui rend les mouillages de cette région intéressants sont leur protection et leur fond de vase raisonnablement profond (5-10m). Un petit coup de reculons au moteur une fois que la pioche est au fond et celle-ci s'enfonce bien profondément permettant de dormir sur ses deux oreilles mêmes par mauvais temps. Plusieurs mouillages se trouvent devant des terrains de camping ou des parcs gérés par le DOC (département of conservation) ce qui en font de bons endroits pour faire des balades à pieds. Il est aussi possible dans certains de ces parcs de laisser des ordures ou faire de l'eau. Moins intéressant sont les mouillages en face de zones résidentielles. Contrairement à l'accueil sur les îles du Pacifique où les gens sont heureux de vous voir débarquer sur leur plage, ici la mentalité est bien occidentale, c'est-à-dire des affiches où est inscrit : "Propriété privée".  Par ailleurs, il est possible de s'arrêter devant des petits villages touristiques pour acheter des vivres ou paresser sur une terrasse. 

La météo ressemble beaucoup à celle du Québec en été. Il peut faire un
beau soleil et une vingtaine de degrés Celcius mais l'eau reste froide. Un matin, je suis sautée à l'eau avec un wet de 3mm pour nager avec des dauphins qui passaient tout près du bateau et le front m'a saisi comme si j'avais mangé de la crème glacée trop vite. Bon, ça ne m'a quand même pas arrêté! Il peut aussi pleuvoir des cordes. Par ailleurs, les paysages sont spectaculaires et la pêche est bonne. Les vendeurs chez Burnsco à Opua se font un plaisir d'expliquer comment attraper des snappers ou des king fish. Il y a aussi de très bons coquillages comestibles à récolter sur les plages ou en plongeant. L'événement à ne pas manquer est le "Tall ship race" du Russell Yacht club au début
janvier. Une des catégories est réservée seulement au bateau de plus de 30 pieds avec deux mats. Ceci attire les capitaines de toute sortes de bateaux intéressants incluant des jonques et des vieux gréements. À Aukland se trouve un immense musée maritime qui vaut la peine d'être visité. 

Plusieurs endroits sont sauvages et manque de contact humain alors, nous avons fini par parler avec un canard. Mais pas n'importe lequel! Il est sur la liste des oiseaux en presque voie de disparition. Pas très étonnant considérant que celui-ci c'est étiré le cou tellement loin dans la descente pour voir si il n'y aurait pas un petit quelque chose à grignoter dans notre cuisine qu'il est parti cul par-dessus tête et, à atterri sur le plancher. Il ne peut pas voler alors il a monté les marches en sautant tranquillement mais, seulement après avoir picoré le plancher pour s'assurer qu'il n'avait rien pour sa panse. C'est certain qu'avec un instinct de survie de ce genre, c'est facile de finir en brochette. 



En jouant un peu de violon, nous avons réussi à obtenir un mois supplémentaire à notre visa sans faire de radiographie pulmonaire ou payer pour une nouvelle application. Ceci nous a permis de mieux choisir notre fenêtre météo pour la remontée que l'année précédente où nous n'avions pas eu de vent. Cette fois-ci, c'est pas ça qui a manqué! Mais, je gardes les détails de cette traversée vers les Vanuatu pour le prochain article.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Whangaroa
It's not surprising that Kiwis win the America's cup; they have a beautiful playground to train on. Last year, we took advantage of New Zealand to do repairs on the boat and to tour with a camper. This year, we chose to explore on the water. There are places to visit all the way to the south island but there were also many depressions this year. And, a very rare event, a cyclone that originated in Vanuatu and passed through New Caledonia finished its journey in the Bay of Plenty just south of Aukland. So we were lazy and we stayed north of the northern island. Already, there was plenty to keep us busy. I mentioned the free Gateway
Bay of Islands
magazine in my first articles to say that in contains a description of the process for entering and leaving the country. In addition, there are extracts of a nautical guide for all anchorages in the north. Isn't that nice! (the pictures are from the Gateway to give an idea of the number of anchorages).

What makes the anchorages of this region interesting are their protection and their reasonably deep mud bottom (5-10m). A bit of reverse with the engine when the anchor is at the bottom and it will sink in deeply making for a good night's sleep even in bad weather. Several anchorages are located in front of campsites or parks managed by the Department of Conservation (DOC), which make them good places to go hiking. It is also possible in some of these parks to leave garbage or get fresh water. Less interesting
Great Barrier Island
are the ones in front of residential areas. Unlike the Pacific islands where people are happy to see you land on their beach, here the mentality is western, which means signs that say "Private property". However, it is possible to stop in front of small tourist villages to buy food or to laze on a terrace.

The weather is very similar to that of Quebec in the summer. It can be a
beautiful sunny day with the temperature somewhere in the twenty degrees Celcius but the water remains cold. One morning I jumped into the water with a 3mm wetsuit to swim with dolphins passing close to the boat and my forehead became painfully as if I had eaten ice cream too fast. Didn't stop me however! It can also rain heavily. Moreover, the landscapes are spectacular and the fishing is good. The sales people at Burnsco in Opua are happy to explain how to catch snappers or king fish. There are also very
good edible shellfish to harvest on the beaches or by diving. The event not to be missed is the "Tall ship race" of the Russell Yacht club in early January. One of the categories is reserved only for boat over 30 feet with two masts. This attracts captains of all sorts of interesting boats including junks and old rigs. In Aukland there is a huge maritime museum that is worth visiting.

Several places are wild and lack human contact so we ended up talking with a duck. But not just any one! It is on the list of birds in almost extinction. Not very surprising considering that this one stretched it's neck so far down the companion way to see if there was something to nibble on that it fell and landed on our kitchen floor. He can't fly so he climbed the steps by jumping from one to the next slowly and, only after pecking at the floor to make sure he wasn't missing out on anything. With this kind of survival instincts, it is rather easy to end up on a skewer!




We managed to get an extra month to our visa without doing chest x-ray or paying for a new application. This allowed us to better choose our weather window for the next crossing than the previous year where we ended up with no wind. This time, we had plenty! But, I will keep the details of this crossing to the Vanuatu for the next article.

Saturday, September 23, 2017

L'administration d'un départ du Québec

Récemment, Sonia,une copine du groupe Facebook "Femmes en bateau" qui a quitté la France avec son conjoint en avril 2016 à écrit une article de blog sur les considérations administratives d'un départ. Quelques membres de ce même groupe ont montré un intérêt pour une version québécoise traitant du même sujet. J'ai donc créé le document ci-dessous. Notez qu'il se veut un complément à celui de Sonia. Alors, si vous voulez lire l'article original ou si vous êtes Français, cliquez sur ce lien. Voici donc quelques points à ajouter à votre liste de choses à régler avant votre grand départ vers l'aventure.

Assurances bateau:

Les différents pays visités ne vous obligeront pas à avoir de l'assurance. C'est donc un choix personnel selon la valeur du bateau et votre niveau de confort face aux risques. Les compagnies canadiennes en général ne vous assurerons plus à partir du moment où vous quittez les côtes.  Il faut donc trouver une compagnie extérieure qui voudra bien le faire. Un appel à tous sur les groupes de voileux FB peut vous offrir plusieurs solutions si vous avez le portefeuille assez garni. 

Par ailleurs, si vous pensez amarrer au quai d'une marina à l'occasion, vous allez avoir besoin d'une assurance responsabilité civile (ou tiers. C'est la même chose). Elle est régulièrement exigée. Encore une fois, il ne faut pas compter sur l'aide des compagnies canadiennes. Nous utilisons le broker français "Mer assurances" qui nous fourni une police anglaise que nous payons environ 500 Euros par année. Encore une fois, un appel à tous pourrait vous fournir d'autres options.

Assurances santé:

La RAMQ vous offre la possibilité d'une année de couverture à l'extérieur du Québec par 7 ans (peut faire quelques mois de plus dépendant du temps de l'année où vous quittez). Il faut faire une demande par écrit pour l'obtenir. Tous les détails se trouvent sur le site web de la régie. Vous pouvez essayer de leur offrir de continuer à payer des cotisations en échange de la continuation d'une couverture mais, la réponse sera non. Donc après la première année, vous pouvez vous assurer au privé si tel est votre choix. Encore une fois, les pays visités ne l'obligent pas pour l'instant. La seule demande que nous avons eu parmi la trentaine de pays visités jusqu'à maintenant était d'un agent en Polynésie Française qui voulait une preuve d'assurance avant de fournir, pour nous, la caution d'entrée. Les compagnies canadiennes offrent seulement des police pour compléter l'assurance offerte par la RAMQ. Je sais que DAN aux US offrent des plans mais ils y en a sûrement d'autres. 

Certains pays offrent des soins à prix raisonnables. Une consultation médicale peut coûter 50$ US en moyenne. Quelques uns offrent des soins gratuitement si vos blessures ont été causés par un accident tel que la Nouvelle-Zélande. L'obtention d'anti-biotiques au Vanuatu pour tuer un staphylocoque qui essayait de me bouffer la cheville a coûté la modique somme de 1$. L'injection d'un vaccin et la consultation avec une médecin spécialisée en maladies tropicales aux Canaries nous avait coûté 10 Euros plus le prix du vaccin. Ceci dit, une maladie grave, une chirurgie ou un accident sérieux peut faire monter la facture rapidement. À vous de décider comment gérer le risque.

Médicaments

Si vous decidez de continuer les paiements de l'assurance médicaments sur votre rapport d'impôt provinciale, vous pouvez retourner vous approvisionner au Qc une fois par année. Ce n'est pas très pratique si vous n'avez pas l'intention de rentrer. Vous devriez pouvoir vous procurer un an de médicaments avant de partir mais que faire ensuite? Ce n'est pas tout les pays qui ont tous les médicaments car ils ont chacun leurs lois. Donc, la première chose que j'ai fait est d'aller voir sur le site web du fabricant ou lui écrire pour demander où le médicament est disponible. J'ai aussi vérifié si il y avait des marques génériques ou équivalentes et j'ai fait la même recherche. Une fois que je sais où me les procurer, je commence toujours par vérifier avec une pharmacie locale car les médicaments qui nécessitent une prescription au Canada, en n'ont pas automatiquement besoin dans les autres pays. Si oui, une petite visite dans une clinique sera nécessaire. Aucun médecin nous a refusé une prescription jusqu'à maintenant. Mais, une lettre du médecin canadien qui explique la situation médicale en anglais peut aider. La quantité qu'il est possible de se procurer et les prix varient aussi d'un pays à l'autre.

Status et Impôts

Au Canada, on est résident ou ont ne l'est pas. Si le choix est de ne pas l'être, vous n'aurez plus d'adresse, de compte de banque, de permis de conduire, ...  et vous aurez une adresse à l'étranger. Ce n'est pas très pratique pour nous alors nous restons résidents. Ceci implique d'avoir une adresse au Québec avec quelqu'un qui s'occupe d'ouvrir votre courrier. Ce n'est pas une grosse tâche car il y en aura pas beaucoup. À ma connaissance, aucune agence n'offre ce service chez nous contrairement à nos cousins français. Vu que le nombre de personnes logeant à un endroit n'influence pas les taxes ou les impôts à moins d'être seul, il est plus facile de trouver un volontaire pour nous aider.

Nous n'avons pas de sécurité sociale une fois en voyage mais il faut quand même fournir une déclaration d'impôts annuelle. Notez que si vous n'êtes plus éligible pour l'assurance maladie, vous ne devez par non plus payer pour l'assurance médicaments qui est réclamée au moment de la déclaration. Ils sont un peu dure de comprenure sur ce point et nous devons leur rappeler à chaque déclaration au gouvernement du Québec. Vous pouvez remplir les déclarations par internet mais nous laissons une copine comptable les faire pour nous en échange de cadeaux exotiques d'un peu partout dans le monde. Il n'y a pas de démarches précises à effectuer auprès des gouvernements si vous restez résidents. 


Permis de conduire et Passeport: 

Contrairement à nos copains français, nous devons renouveler notre permis de conduire à toutes les années. Les paiements peuvent se faire à distance mais pas le renouvellement de photo qui se fait aux quatre ans (On me dit que c'est maintenant au 8 ans.) Il est possible d'obtenir une année supplémentaire "sans photo" si vous en faites la demande par écrit à la SAAQ. Donc vous allez devoir prévoir un retour au Québec à tous les cinq années (9 ans si vous avez le nouveau permis) pour ce renouvellement. Si votre photo devient périmée quelques mois après votre départ, sachez qu'il est possible de faire prendre la photo jusqu'à 6 mois d'avance et la faire mettre à votre dossier jusqu'au renouvellement. Pour plus de 6 mois, vous allez devoir revenir. Nous n'avons pas de permis international et personne ne l'a jamais demandé. Par ailleurs, sur le site web de la SAAQ se trouve une feuille explicative en anglais du permis que l'on peut imprimer et montrer en cas de besoin. 

Si votre plan est d'aller dans le sud, un visa n'est pas nécessaire pour plusieurs pays ou pour les États-Unis. Par contre si vous voulez sortir de cette zone, le passeport ainsi que des visas seront peut-être demandés.  Par exemple, si vous voulez passer plus de 90 jours en Europe, il faut appliquer pour un visa longue durée. Le site web de voyage du gouvernement canadien (https://voyage.gc.ca) offrent toutes les informations nécessaires. Pour un renouvellement de passeport à l'étranger, vous trouverez sur ce même site des informations sur les différentes ambassades qui offrent le service. Avant que l'expiration soit  à 10 ans, j'ai dû refaire mon passeport à Trinidad et en Nouvelle-Zélande sans problème mais tout en anglais. Avec le nouveau délai, la plupart des voileux seront rentrés avant d'avoir besoin de renouveler. Pour des informations sur les procédures d'entrées et sortie des pays en bateaux, le site le plus complet est celui de Jimmy Cornell (www.noonsite.com) qui est en anglais seulement. Je partage aussi des informations sur mon blog mais seulement pour les pays à l'extérieur des Antilles où c'est plus compliqué. 

Licence radio:

Selon la loi, vous devez obtenir un licence radio pour votre VHF si vous quittez le territoire. Ceci n'est pas la même chose que le certificat d'opérateur radio que vous devez avoir de toute façon au Québec. Les documents à remplir à l'arrivée dans un pays vont presque toujours vous le demander votre indicatif sans que personne ne semble vraiment vérifier. Mais bon, c'est la loi alors voici le site web : https://www.tc.gc.ca/fra/securitemaritime/epe-navigation-radiocomms-faqs-1489.htm.

Banques:

C'est une bonne idée de vérifier avec la vôtre ce que vous pouvez ou non faire à distance avant de partir. Je m'en sort mieux en effectuant des transactions à partir de mon compte à la Caisse populaire que celui à la BMO par exemple. Il y aura peut-être des dispositions à prendre ou des changements à faire. Une procuration peu aussi s'avérer utile. Nous avons remarqué des endroits où Visa est accepté et pas MasterCard ou vice versa. Ce n'est que pour de rare endroits mais, si vous partez pour un tour du monde, ce n'est pas une mauvaise idée d'avoir les deux. Comptez pas trop sur vos cartes de banques pour effectuer des retraits d'argent. Ça vas mieux avec les cartes de crédit. 

Budget: 

Mon expérience et mes lectures concordent avec ce qu'à écrit Sonia; un budget de 2000$ Can par mois pour deux est la moyenne. Bien sûr, certains vivent de poisson et de riz pour moins et d'autres aiment les marinas, les locations de voitures, les centres de plongée et ont besoin de plus. Soit les marins s'adaptent à leur budget, soit ils retournent au travail. Pour une idée d'un budget plus détaillée de quelqu'un qui vit dans les Antilles depuis des années, vous pouvez consulter le blog de Denis et Louise du voiler Prana (http://prana-qc.blogspot.co.id/p/guides-revues-net.html)

Communications:

Il y a eu un temps où l'on pouvait s'approcher de terre avec une antenne Wifi et trouver des réseaux internet ouvert et gratuit mais c'est moins vrai aujourd'hui. Et même, plus du tout à bien des endroits sauf dans certaines marinas. Le plus simple quand on est près des côtes est d'avoir un cellulaire avec accès débloqué pour tous les fournisseurs et qui peut aussi servir de point de connexion Wifi. Ensuite, il suffit d'acheter un SIM local pour le téléphone et l'Internet. Si il vous faut absolument un numéro fixe, Skype offre ce service. En mer, il y a le téléphone satellite, la BLU ou le radio HF. Nous sommes tous les deux radio amateur et nous ne regrettons pas encore notre choix car, même si nous entendons depuis presque 10 ans que cette technologie est vouée à disparaître, nous avons toujours été capable de communiquer. Chacun fait son choix mais, je le mentionne car si la radio est le vôtre, il faut penser d'obtenir la licence avant le départ. Pour plus d'info voir le site web du Réseau du Capitaine (www.lereseauducapitaine.qc.ca).

En espérant que ces quelques lignes vous aiderons à larguer plus facilement les amarres. Je me souviens bien de tout l'excitation et l'enthousiasme que nous avons ressenti à la préparation de notre départ. Si tel est votre projet, nous vous souhaitons une belle aventure.